Portail universitaire du droit

Parutions

Les dernières parutions

Portail  Recherche  Actualités  Toutes les parutions  Il était une fois... Analyse juridique des contes de fées
9782247168378


Parution : 10/2018
Editeur : Dalloz
ISBN : 978-2-2471-6837-8
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

Il était une fois... Analyse juridique des contes de fées

Sous la direction de Marine Ranouil, Nicolas Dissaux

Présentation

Quand le merveilleux rencontre le droit

Les contes de fées font partie des plus grandes idées et des plus beaux espoirs qu’ont nourris les hommes à travers les siècles. Le droit est, de son côté, la vraie philosophie, celle qui réveille l’âme et la spiritualité qui avait illuminé les aurores de la pensée.

Les articles que rassemble ce recueil entendent refléter cette grande idée des contes de fées et cette sublime espérance du droit où se confondent le rêve et la réalité. Ils ne proposent pas une théorie mais se présentent comme le résultat de la réflexion que chacun des auteurs a conduite, selon son point de vue personnel, appuyé par la compétence et l’expérience professionnelles. Ils obéissent cependant à une ligne éditoriale commune où se croisent et se fécondent mutuellement l’essentiel du droit et l’essentiel du merveilleux.
En conjuguant l’un et l’autre, il s’agit, pour le lecteur, d’aller à la recherche du paradigme perdu et d’y puiser sagesse et enseignement.

Jean-Luc A. Chartier
Avocat à la cour, lauréat de l’Académie française

 

Sommaire

Préface, par Jean-Luc Chartier, avocat à la cour d’appel de Paris
Avant-propos, par Marine Ranouil, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne et N. Dissaux, professeur à l'Université de Lille
PREMIERE PARTIE. À chacun son droit 
Illustration
 : Le roi grenouille tend une perle a la princesse, Carte postale illustrant le conte de Grimm, Allemagne, début 20e 
Le conte de fées, porteur de mythes universels, par Rémy Cabrillac, professeur à la faculté de droit et de science politique de Montpellier 
Méthodologie du conte et de la rhétorique juridique, par Pierre-Yves Gauthier, professeur à l’Université Panthéon-Assas 
Illustration : Petit poucet et ses frères dans la forêt, gravure sur bois d'après Gustave Doré, 1867
Savigny et les frères Grimm, par Yves-Edouard Le Bos, maitre de conférences en droit privé à l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle 
Illustration : Barbe Bleue, Chromo de Theodore Lix, France, fin du 19e siècle 
Engagement et promesses dans les contes de fées, par Luc Grynbaum, professeur à l’Université Paris Descartes 
- L’inexécution du contrat dans les contes de Perrault, par Romain Loir, maître de conférences en droit privé à l’Université de la Réunion 
Illustration : Les musiciens de Brème, conte des frères Grimm, Illustration, Allemagne, vers 1920 
L’intérêt de l’enfant dans les contes de fées, par Nicolas Dissaux, professeur à l’Université de Lille 
La famille, le droit et les contes du Grand Siècle, par David Deroussin, professeur à l’Université Jean-Moulin (Lyon 3)
Illustration : Tom Pouce, in Contes de Perrault, Éditions Garnier, Paris, fin 19e siècle, lithographie couleur d’après Frederic Theodore Lix (1830-97) 
Les choses et la responsabilité extracontractuelle dans les contes de fées, par Aline Vignon-Barrault, professeur à l’Université d’Angers, membre du Centre Jean Bodin
- La responsabilité sociétale des entreprises dans les contes de fées, par Virginie Mercier, maître de conférences HDR Marseille Université, directrice de l’Institut de Droit de l’Environnement et du Développement Durable (EA 4224) 
Illustration : “Who's been eating my Porridge?”, Illustration pour Once Upon A Time, the favourite nursery tales (Ernest Nister and E. P. Dutton, c 1890) 
Le statut de l’animal dans les contes de fées, par Grégoire Loiseau, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I) 
Illustration : Schéhérazade, Paul Emile Detouche (ou Destouches) (1794-1874), huile sur toile 
L’adaptation des contes de fées, par Camille Maréchal, maitre de conférences HDR à l’Université d’Angers 
Illustration : La Belle et la Bête, de Jean Cocteau avec Jean Marais, 1946, photographie 
Pouvoir, arbitraire et libertés dans les contes de fées, par Frédéric Pollaud-Dulian, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I) 
La norme dans les contes de fées, par Arnaud Coutant, maître de conférences en droit public à l’Université de Reims Champagne-Ardenne 
Illustration : Barbe Bleue : Les frères de l'épouse de Barbe-Bleue galopant vers le château, Gravure par Gustave Doré (1867) illustrant le Conte de Charles 
- Le temps dans les contes des frères Grimm, par Guilhem Julia, maitre de conférences à l’Université Paris XIII – Paris Sorbonne Cité 
Ogres, cannibales et anthropophages, par Louis de Carbonnières de Saint-Brice, professeur à l’Université de Lille 
Illustration : La Belle au Bois Dormant : le prince charmant embrasse la princesse pour la réveiller, Illustration pour le conte de Charles Perrault (repris par les Frères Grimm), vers 1900 
Le silence dans les contes de fées, par Maud Lagelée Heymann, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) 
Illustration : George et le Dragon, in King Albert's Book, publié en 1914, lithographie couleur de Briton Riviere (1840-1920) 
L’île dans les contes de fées, par Nicolas Mathey, professeur à l’Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité 
SECONDE PARTIE. À chacun son conte 
La suite de Cendrillon ou Le Rat et les six Lézards (Guillaume Apollinaire) : un voyage au pays du crime, par Julie Alix et Audrey Darsonville, professeurs à l’Université de Lille 
Illustration : « Micromegas saisit fort adroitement le vaisseau qui portait ces messieurs », in Francois Marie Arouet de Voltaire (1694-1778), Les Contes, gravure par Gérard Vidal (1742-1801) d’après Charles Monnet (1732-p.1808) 
Micromegas : Histoire philosophique, ou le droit international contemporain vu de Sirius, par Charlotte Beaucillon, professeur à l’Université de Lille 
Illustration : Le Chat botté, Gustave Doré (1832-83), gravure 
Le Chat botté, par Frédéric Bicheron, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) 
Illustration : Peau d'Ane, Peau d'Ane de Jacques Demy avec Catherine Deneuve, 1970 
 Peau d’âne. Ou il était une fois le droit, par Muriel Fabre Magnan, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) 
Illustration : La Belle au Bois Dormant : le prince charmant embrasse la princesse pour la réveiller, Illustration pour le conte de Charles Perrault (repris par les Frères Grimm), vers 1900 
La Belle au bois dormant, par Julia Heinich, professeur à l’Université de Bourgogne 
Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon (La Comtesse de Ségur), par Pierre Lemay, maître de conférences à l’Université de Lille 
Illustration : La Petite Sirène : La Petite Sirène épiant le prince, Illustration d'après le conte de Hans Christian Andersen, Carte postale autrichienne, vers 1907 
La Petite Sirène (Andersen, 1837), par Arnaud Montas, maître de conférences à l’Université de Brest 
Illustration : Le Petit Chaperon Rouge (conte de Perrault, Grimm) : le Petit Chaperon Rouge avec son panier, et le loup dans la forêt, Illustration par Jessie Willcox Smith, 1911 ( Little Red Riding Hood, Jessie Willcox Smith 1911) 
Les dissimulations constitutives d’un dol dès le conte du petit chaperon rouge, par Véronique Nicolas, professeur à l’Université de Nantes 
Moi, Martin, ours à cinq pattes. Lettre à mes juges, par François Ost, Université Saint-Louis, Bruxelles 
Illustration : La petite fille aux allumettes, École anglaise, 19e siècle 
Retour vers « le degré zéro du droit » après une lecture de La petite fille aux allumettes de Hans-Christian Andersen, par Emmanuel Putman, professeur à l’Université d’Aix-Marseille 
Illustration : Cendrillon, Dessin animé Cendrillon (Cinderella), 1950 (Walt Disney) 
Cendrillon, par Marine Ranouil, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne 
Illustration : Blanche Neige et les sept nains. Carte postale, Allemagne, 19e siècle, illustration de Otto Kubel (1868-1951) 
« Siffler en travaillant ». Variations sur un malentendu, par Pierre-Yves Verkindt, professeur à l’École de droit de la Sorbonne

Hors collection , 416 pages.  39 €