Portail universitaire du droit

Rituels et conduites ordaliques

Colloque

Rituels et conduites ordaliques

Injustices et vérités

Du mercredi 5 décembre 2018 au jeudi 6 décembre 2018

Présentation

 

Ce colloque transdisciplinaire prend appui sur quatre publications antérieures : La Vengeance (1981-1984 et 2004), Le Serment (1991), Les Justices de l’Invisible (2013) et Henry Lévy-Bruhl Juriste sociologue (2018).

Histoire et préhistoire, Droit et pré-droit, Philosophie et Anthropologie de la Nature, Ethnologie et Sociologie-, Sciences psychologiques et morales, religieuses et théologiques, Sciences du Langage, de la Vie et de la Santé… sont invités à croiser leurs regards sur le phénomène universel des ordalies, ces épreuves physiques vitales de véridicité ayant valeur de juste preuve.

Peut-on valablement étudier la notion de nature, cet objet énigmatique, qui n’est pas vraiment objet… qui est notre sol…ce qui nous porte, se demandait Maurice Merleau-Ponty, en ouverture de son cours sur la Nature au Collège de France ?

Lui faisant écho cinquante ans plus tard, dans sa leçon inaugurale le 29 mars 2009, Philippe Descola invite l’anthropologie à se métamorphoser en repensant son domaine et ses outils de manière à inclure dans son objet bien plus que l’anthropos… Pour parler d’une anthropologie de la nature, il fallait y inclure toute cette collectivité des existants liée à lui…

Dans la pensée religieuse des sociétés archaïques, Nature et son mystérieux Surnaturel, loin d’être séparés et isolés, forment un couple vital fondé sur les échanges interactifs entre les deux mondes visible et invisible.

Le propre du visible, selon l’auteur de l’Œil et l’Esprit, est d’être superficie d’une profondeur inépuisable ; la croyance est alors la preuve des réalités que l’on ne voit pas : il y a ainsi, en termes canoniques, un duplex oculus : corporalis propriè dictus et intellectualis, qui per similitudinem dicitur.

Cet œil spirituel permet de détecter les signes du sacré et conférer au pouvoir oraculaire la faculté de prédire l’avenir en fonction du passé et du présent. En premier lieu, les procédures divinatoires permettent de dévoiler les activités maléfiques et actes sacrilèges ; il revient ensuite aux procédures ordaliques de sanctionner la rupture des interdits et tabous portant atteinte à la vie humaine et sociale, tels le meurtre, l’adultère, le vol, la trahison, la sorcellerie…

Le crime de sorcellerie, peut-être le plus ancien au plan mythologique, retiendra ici particulièrement notre attention : en l’absence de sanctions pénales étatiques dans plusieurs pays d’Afrique noire, il est actuellement justiciable des ordalies élémentaires.

Ces ordalies primordiales sont présentes – et ont vraisemblablement leur raison d’être – dans les sociétés mettant en relation l’ordre social avec l’harmonie cosmique, et les humains avec les puissances supra-humaines.

Les preuves dites rationnelles (aveu, témoignage, ...) faisant défaut dans les procès de sorcellerie dont par définition les faits et actes maléfiques sont imperceptibles aux non-voyants, on fait alors appel dans un premier temps à la divination.

A la suite d’un malheur, le patient part en quête d’un malfaiteur en consultant les oracles : au vu de leurs révélations mettant en cause l’action maléfique d’un parent ou d’un proche, il porte plainte contre le présumé coupable devant un ordaliste ; engagé par un serment d’auto-malédiction au moment de se soumettre à l’épreuve élémentaire de l’eau ou du feu, il prend le risque vital de se vouer à la vengeance divine, s’il accuse à tort un innocent, qui, lui, sortira vainqueur de l’épreuve. Aussi il n’est pas rare qu’une personne, s’estimant à tort accusée de sorcellerie et blessée dans sa dignité, demande à subir une épreuve ordalique pour prouver son innocence.

Déjà, dans les tragédies grecques, selon Marie Delcourt, les éléments étaient les alliés naturels de l’innocent contre le coupable et étaient souvent invoqués par celui qui cherche à rassurer sa conscience en se faisant justice à lui-même. Puissances de vie, les Eléments, face aux forces impures du mal et de la mort, sont ainsi pris à témoin pour stigmatiser les transgresseurs des interdits vitaux et auteurs de parjures.

Cette brève évocation des ordalies élémentaires nous a permis de souligner l’ensemble tripartite divination-serment-ordalie, qui préside à l’instauration de la justice divine dans maintes sociétés actuelles.

Gustave Glotz, en quête des idées primordiales à la source même de l’institution ordalique et ses nombreux rituels (par l’eau, le feu, la terre…), dans la Grèce primitive, s’interrogeait en 1904 sur sa destinée dans la Grèce historique : il soulignait son merveilleux don de métamorphose dans le cadre de la Cité où elle exerça une infinie variété de fonctions : duel judiciaire, tirage au sort des prêtres et des magistrats athéniens…

C’est l’étude des nouvelles ordalies, dites conduites ordaliques qu’il nous faut à présent étudier…

Raymond Verdier

 

Programme

 

Mercredi 5 décembre 2018

 

9h00 : Accueil

9h15 : Session présidée par Denis Salas, Président de l’Association française d’Histoire de la

Justice

Note de présentation
Raymond Verdier

Les Quatre Eléments dans la philosophie pré-socratique
Alain Petit

L’ordalie et l’efficacité du religieux
Gérard Courtois

10h45 : Pause

 

11h00 : Session présidée par Gérard Courtois, Professeur émérite d’Histoire du Droit

Les expositions d’enfants dans la tragédie grecque : une pratique Ordalique ?
Sébastien Dalmon

Procédés ordaliques et pratiques du serment dans le monde grec d’époque romane
Andreas Helmis

Le serment par la Vie ; une conduite ordalique dans l’Egypte pharaonique ?
Bernadette Menu

 

13h00 : Déjeuner libre

 

14h15 : Session présidée par Antoine Garapon, S.G. Institut des Hautes Etudes sur la Justice

L’ordalie du Motendo chez les Masangu du Gabon
Christian Mayisse

L’interrogatoire du mort en pays Joula-Felup (Sénégal)
Odile Journet

Les ordalies dans l’Afrique subsaharienne : fondement et évolution
Papa Ogo Seck

Croix-Koma et les preuves ordaliques chez les Bakongo
Alphonse Ngoma

16h15 : Pause

 

16h30 : Session présidée par Jean-Pierre Poly, Professeur émérite d’Histoire du Droit

L’ordalie dite du poison en Afrique noire
Paulette Roulon-Doko

Les ordalies hier et aujourd’hui au Burkina-Faso
Blaise Bayili

La justice divine chez les Bobo-Fing du Burkina-Faso
Maurice Sanou

Le mal sorcier et la vérité du feu en pays Kabyè (Togo)
Raymond Verdier

18h30 : Fin de la 1ère journée

 

Jeudi 6 décembre 2018

 

9h00 : Session présidée par Sophie Démare-Lafont, Présidente de la Société d’Histoire du Droit

Le duel judiciaire en Irlande Médiévale
Christophe Archan

L’ilôt de l’honneur dans la société Viking
Gilduin Davy

Le duel judiciaire dans la chanson de geste
Philippe Haugeard

Résistance du duel judiciaire et réactions canoniques dans la chrétienté occidentale (XIIe-XIIIe s.)
Bruno Lemesle

La fabrique de l’ordalie dans l’Antiquité tardive
Soazick Kerneis

 

13h00 : Déjeuner libre

 

14h15 : Session présidée par Christiane Besnier, Rédacteur en chef de Droit et Cultures

Entre Jeu et Suicide, les conduites ordaliques
Marc Valleur, Medecin Psychiatre

A propos du suicide
Michel Debout, Professeur de médecine légale, membre du Conseil Economique et social

15h30 : Pause

 

15h45 : Session présidée par Marc Valleur, ancien médecin chef de l’Hôpital Marmottan

Un furieux désir de sacrifice, le sur-musulman
Fehti Benslama, Professeur de psychopathologie clinique Univ. Paris Diderot

17h00 : Fin du colloque

 

 

Contact : Nathalie Kalnoky : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Université Paris-Nanterre
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Salle des Conférences, Rez-de-chaussée
200 Avenue de la République
92000 Nanterre

Document