Portail universitaire du droit

Le malheur militant

Colloque

Le malheur militant

Colloque international – Ceraps – Crapul – Gresco

Du lundi 12 décembre 2016 au mardi 13 décembre 2016

Programme

Lundi 12 décembre 2016

9h : Accueil

9h30-10h : Introduction
Catherine Leclercq (GRESCO, Université de Poitiers)
Rémi Lefebvre (CERAPS, Université Lille 2)

 

10h-13h : Session 1. Comprendre la déprise. Les conditions sociales de la non-félicité militante.

Discutant : Stéphane Beaud (ISP, Université Paris Ouest Nanterre)

Manuel Cervera-Marzal (CESPRA, EHESS)
Podemos, un militantisme tiraillé ? Sociologie d’un mal-être et de ses stratégies d’apaisement

Walter Nique Franz (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le militantisme désenchanté. Les logiques sociales du désajustement entre expectatives militantes et pratiques organisationnelles dans un parti émergent.

11h15-11h30 : pause

Joseph Hivert (CRAPUL-IEPHI, Université de Lausanne ; Université de Mulhouse)
La genèse sociale d’un rapport malheureux au militantisme : le cas des enfants de détenus politiques au Maroc

Pierre Rouxel (CRAPE-Arènes, Université Rennes 1)
S'investir dans l'interpro', entre engagements renouvelés et espoirs déçus. Le cas de militants d'une UL CGT en Bretagne

 

14h30-17h30 : Session 2. Tenir sans plaisir ? Ressources et modalités d’adaptation au malheur militant.

Discutant : Bernard Pudal (CRESPPA-CSU)

Julie Pagis et Karel Yon (CERAPS, Université Lille 2)
Le désarroi militant au travail : regards croisés d’établis et de syndicalistes

Clémentine Comer (CRAPE-Arènes, Université Rennes 1) et Bleuwenn Lechaux (CRAPE-Arènes, Université Rennes 2)
(Fortune et) infortune de la femme engagée. Le malaise des militantes dans les organisations de la gauche radicale des années 1970

15h45-16h : pause

Inès Marie
Les logiques sociales d’adaptation au parti chez les cadres d’un parti politique français

Karine Lamarche (CENS, Université de Nantes)
L'exit par l'exil ? Penser le lien entre désengagement et émigration : le cas des militant.e.s israélien.ne.s contre l'occupation

 

Mardi 13 décembre 2016

9h30 : Accueil

10h-13h : Session 3. Comment remobiliser ? La gestion institutionnelle du désarroi.

Discutant : Frédéric Sawicki (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Nicolas Simonpoli (ISP, Université Paris Ouest Nanterre)
Condamné à rester ? Le désarroi d’un permanent cégétiste en reconversion professionnelle

Kevin Vacher (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)
Deuils politiques et politiques du deuil. Criminalités organisées, mobilisations sociales et engagements (in)attendus

11h15-11h30 : pause

Yann Raison Du Cleuziou (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux)
Entre mystique et sollicitude : les répertoires de gouvernement des prêtres éprouvés par la « tentation » (années 1940-1970)

Fabien Carrié (ISP, Université Paris Ouest Nanterre)
Politiser le désarroi militant : histoire sociale des concepts et labels de « végéphobie » et de « veggie pride » dans le mouvement animaliste français

 

14h30-17h : Session 4. Objectiver la souffrance. Outils scientifiques et transferts disciplinaires.

Discutante : Mathilde Pette (CRESEM, Université de Perpignan)

Nicolas Azam (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Des communistes français au parlement européen. La gestion incertaine de l’éloignement et de la pluri-appartenance institutionnelle

Philippe Gottraux, Cécile Péchu, Nuno Pereira (CRAPUL-IEPHI, Université de Lausanne)
Les scissions dans l’extrême gauche : entre malheur militant, épuisement des rétributions et dimensions politiques. Le cas d’organisations marxistes-léninistes en Suisse dans les années 1970

15h30-15h45 : pause

Stéphanie Dechezelles (CHERPA, IEP d’Aix-en-Provence)
La peine d’en être ? Emotions et rétributions dans l’engagement contre les siens. L’exemple des conflits autour de projets éoliens terrestres

16h45-17h : Conclusion
Olivier Fillieule (CRAPUL-IEPHI, Université de Lausanne)

 

Comité d’organisation :

Olivier Fillieule (CRAPUL-IEPHI, Université de Lausanne), Catherine Leclercq (GRESCO, Université de Poitiers), Rémi Lefebvre (CERAPS, Université Lille 2)

 

Comité scientifique :

Philip Balsiger (Institut de sociologie, Université de Neuchâtel), Stéphane Beaud (ISP, Université Paris Ouest Nanterre), Olivier Fillieule (CRAPUL-IEPHI, Université de Lausanne), Catherine Leclercq (GRESCO, Université de Poitiers), Rémi Lefebvre (CERAPS, Université Lille 2), Nicolas Mariot (CESSP-CNRS), Julian Mischi (CESAER-INRA), Julie Pagis (CERAPS-CNRS), Bernard Pudal (CRESPPA-CSU), Frédéric Sawicki (CESSP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales
Salle du Conseil Guy Debeyre
1, place Déliot
Lille 59000

Document