Portail universitaire du droit

Procréations assistées et filiation. AMP et GPA au prisme du droit, des sciences sociales et de la philosophie

Journée d'étude

Procréations assistées et filiation. AMP et GPA au prisme du droit, des sciences sociales et de la philosophie

lundi 25 juin 2018

Présentation

 

Les États généraux de la bioéthique, lancés le 18 janvier 2018 sous l’égide du Comité consultatif national d'éthique s’achèveront en juillet 2018. L’objectif est d’aboutir à une révision des lois de bioéthique, qui pourrait être soumise au Parlement à l’automne 2018.

Y sont abordées les questions soulevées par les procréations assistées : l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou procréation médicalement assistée (PMA), et la gestation pour autrui (GPA). La France réserve actuellement le recours à l’AMP aux couples hétérosexuels, interdit la GPA sur son territoire et ne reconnaît que partiellement la filiation des enfants nés à l’étranger via cette pratique. Les situations des Français qui recourent à l’AMP ou à la GPA à l’étranger soulèvent de nombreuses problématiques juridiques ; et mettent en évidence les effets du droit et des normes sociales sur le corps des personnes, la famille et la filiation : mise en concurrence des droits des différents pays dans un contexte de circulation des personnes, arbitrage des juges entre ordre public et intérêt de l’enfant, privation d’une partie de ses droits pour l’enfant dont la double filiation n’est pas reconnue, (in)égalité des couples face à la loi indépendamment de leur orientation sexuelle, risque de marchandisation des corps, etc…

À la demande du ministère de la Justice et de l’École nationale de la magistrature (ENM), la Mission de recherche Droit et Justice a lancé en 2014 un appel à projets de recherches sur ces sujets dans une perspective de droit comparé. Trois équipes de recherche ont rendu leurs rapports finaux en 2017. En parallèle, plusieurs chercheuses de l’Institut Juridique et Philosophique de la Sorbonne (ISJPS) ont mené et mènent des travaux sur les procréations médicalement assistées (AMP et/ou GPA) dans le cadre de l’Axe Genre de l’ISJPS. Cette journée d’études collaborative permet de réunir les différentes recherches pour apporter un éclairage plus exhaustif et compréhensif sur les procréations assistées.

À quelles conditions et en vertu de quels présupposés le droit pourrait-il, s'il le doit, accompagner les évolutions de la demande sociale qui se développe ?

 

Programme

 

Matinée - Les procréations assistées face au droit

 

9h00 : Accueil

9h30 : Mot d’accueil
Dominique Rousseau, Professeur de droit public, Université Paris 1, ISJPS

9h35 : Introduction
Kathia Martin-Chenut, Chargée de recherche au CNRS, Directrice adjointe scientifique de la Mission de recherche Droit et Justice
Julie Mazaleigue-Labaste, Chargée de recherche au CNRS, Responsable de l’Axe Genre de l’ISJPS

9h45 : Intervention de Valérie Delnaud, Directrice adjointe des affaires civiles et du sceau, Ministère de la Justice

 

Session 1 - Procréations assistées et filiation : perspectives juridiques comparées

Présidence de séance par Christine Noiville, Directrice de recherche au CNRS, Directrice du centre « Droit, sciences, techniques », ISJPS

 

10h00 : Introduction
Christine Noiville

10h15 : Panorama des législations et jurisprudences dans le monde
Nicolas Nord, Maître de conférences HDR

Problématiques de droit international privé
Delphine Porcheron, Maîtresse de conférences, Université de Strasbourg

10h45 : Pour une typologie des différents contextes nationaux : France, Israël, Belgique, Grande-Bretagne
Marie-Angèle Hermitte, Directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Directeur de recherche honoraire au CNRS

11h05 : Discussion avec la salle

11h20 : Pause

11h30 : Perspectives franco-canadiennes
Michelle Giroux, Professeure de droit, Université d’Ottawa
Laurence Brunet, Chercheuse, ISJPS

12h00 : Discussion de la séance par Marie-Xavière Catto, Maîtresse de conférences, Université Paris 1, ISJPS

12h20 : Questions et discussion avec la salle

 

12h45 : Déjeuner

 

Après-midi - Regards des sciences sociales, de la philosophie et de la bioéthique

 

Session 2 – AMP et GPA sur le terrain : ce que montrent les sciences sociales

Présidence de séance par Alexandrine Guyard-Nedelec, Maîtresse de conférences, Université Paris 1, ISJPS

 

14h10 : Introduction
Julie Mazaleigue-Labaste

14h20 : Approche anthropologique : les familles franco-québéquoises face à l’AMP
Jérôme Courduriès, Maître de conférences, Université Toulouse-Jean Jaurès

14h40 : Approche sociologique : l’embarras des magistrats entre l’intérêt de l’enfant et l’ordre public français
Martine Gross, Chercheuse (sociologie), CNRS, EHESS

15h00 : Approche démographique : dis-moi qui tu es et je te dirai où aller : le recours transnational à l’AMP et à la GPA
Virginie Rozée, Chargée de recherche à l’INED

15h20 : Discussion de la séance par Sophie Mollat, Magistrat, Présidente du TGI de Carcassonne

15h40 : Questions et discussion avec la salle

15h50 : Pause

 

Session 3 – Corps, filiation et familles : questions bioéthiques et politiques

16h00 : La critique de la marchandisation dans le débat sur la GPA : évaluation des arguments et propositions alternatives
Marlène Jouan, Maîtresse de conférences, université de Grenoble
Discutée par Élodie Bertrand, Chargée de recherche CNRS, ISJPS

16h40 : La GPA, une incitation à réinventer les mécanismes de filiation
Elsa Supiot, Maîtresse de conférences, Université Paris 1, ISJPS
Discutée par Laurence Brunet

17h20 : Questions et discussion avec la salle

18h00 : Fin


Amphithéâtre Dupuis, Centre Malher
9 Rue Malher
75004 Paris
Imprimer

Document