Portail  Actualités de la recherche  Manifestations  Théorie de la justice 50 ans après

Théorie de la justice 50 ans après
>
lundi22novembre2021
mercredi24novembre2021

Colloque

Théorie de la justice 50 ans après

Héritages et usages de Rawls


Présentation

 

Fin 1971 parait l’ouvrage de John Rawls : Théorie de la justice. Initialement cet ouvrage est destiné aux étudiants de Rawls à Harvard ; plusieurs manuscrits circulent dans des séminaires internes et font l’objet de discussions et de corrections. Dès sa publication, le livre connait un succès retentissant. Il constituera finalement le livre de philosophie le plus cité et commenté du siècle.

Les raisons de ce succès sont multiples. Il tient au fait que, rompant avec la domination de la métaéthique, Rawls ose y revenir de manière frontale à une question normative, la question des conditions les plus à même de réaliser la justice dans un contexte démocratique, initiant ainsi un renouveau de la philosophie morale et politique. Il s’explique également par la rupture que le livre opère avec la philosophie normative qui dominait les sciences économiques à l’époque, à savoir l’utilitarisme. Il se mesure enfin, et peut-être surtout, à l’influence considérable qu’exerça l’ouvrage dans plusieurs disciplines : débats avec des économistes, notamment de nombreux Prix Nobel d’économie – Amartya Sen, John Harsanyi, Edmund Phelps, Kenneth Arrow – et renouveau de la philosophie morale et politique à partir des thèses rawlsiennes. C’est ainsi que Robert Nozick, qui est pourtant l’un des critiques les plus farouches des thèses redistributives de Rawls, déclare par exemple en 1974 que Théorie de la justice est « une source d’idées éblouissantes » et que « les philosophes politiques doivent désormais ou bien travailler à l’intérieur de la théorie de Rawls, ou bien expliquer pourquoi ils ne le font pas ». Au-delà d’un retour sur ces débats, l’anniversaire des cinquante ans de la publication de Théorie de la justice est aussi l’occasion de réfléchir à la place de la philosophie politique rawlsienne dans la pensée philosophique, politique et économique contemporaine, ainsi que dans les politiques publiques, à la fois en termes d’égalité, d’identité et de raison publique, entre autres thématiques contemporaines.

L’objet de ce colloque est de montrer les héritages et usages de Rawls dans ce cadre pluridisciplinaire mais aussi dans un cadre international puisque la Théorie de la justice a été traduite en 28 langues. Une place privilégiée sera accordée au monde francophone où la théorie de Rawls a eu une résonance particulière, facilitée par l'initiative de traduction de Catherine Audard et par la révision par l'auteur (avec quelques changements par rapport à la version de 1971) de la traduction française. L'œuvre de Rawls, de fait, a contribué à développer l'approche contractualiste, fondamentale dans la tradition de la philosophie politique francophone. La réception de la Théorie de la justice a conforté, dans les pays de langue française, l'ambition d'appliquer l'approche contractualiste (ou d'examiner dans un registre critique les conditions de son application) aux questions économiques et sociales importantes pour l'éthique normative.

Son universalisme et son souci exigeant de la méthodologie scientifique en philosophie morale sont à bien des égards convergents avec les aspirations qui se formulent à l'adresse de la philosophie en tant que vecteur et soutien du débat public éclairé, dépassant les "appartenances" et héritages historiquement contingents. Sa distinction du "bien" et du "juste", comme son attention à la valeur équitable de la jouissance des droits et libertés, ont des affinités, dans le cas de la France, avec les valeurs de laïcité.

La coïncidence temporelle avec la publication en français de Justice et équité de S.-C. Kolm a favorisé des débats approfondis entre spécialistes d'économie (ou d'autres sciences sociales) et spécialistes de philosophie morale et politique dans l'aire culturelle francophone. Pour autant, la réception de l'œuvre a aussi été marquée, dans ce registre, par certains malentendus, dont certains méritent d'être mis en lumière (s'agissant par exemple de la manière d'appliquer le "principe de différence"). L'œuvre de Rawls a aussi été l'occasion d'utilisations (ou déformations ?) idéologiques, tendant à relativiser l'importance du principe d'égalité au profit d'une "équité" plus souple et moins substantielle.

Des contributions montrant la richesse des héritages et usages de Rawls sont attendues que ce soit dans les débats que la théorie a ouverts que dans les programmes de recherche que l’auteur a souvent (volontairement) laissés sans réponse. Sans prétention à l’exhaustivité, au-delà des débats évoqués au-dessus, les programmes (qui seront regroupés en session) peuvent porter sur :

La distinction entre théorie idéale et théorie non idéale. Le cadré idéal de la justice comme équité peut-il être complexifié pour penser les injustices liées à l’immigration, à la race ou au genre ?

Les limites spatio-temporelles des circonstances de la justice : justice domestique, justice internationale, justice cosmopolitiste, justice intra-ou intergénérationnelle. La théorie de Rawls permet-elle de penser la justice à l’égard des générations futures ? A l’échelle internationale ? ou le problème de la justice climatique ? Les outils-concepts de Rawls peuvent-ils ainsi nous servir cinquante ans après dans d’autres contextes ? Ou doit-on les dépasser ?

Le statut des critiques de Théorie de la justice. Les nombreuses critiques adressées à Rawls, qu’elles émanent par exemple des communautariens, de libertariens ou des néo-républicains se situent-elles en dehors du cadre rawlsien ou s’y intègrent-elles en le modifiant de manière substantielle ?

Les engagements métaéthiques de Rawls. Quelle est l’actualité des engagements métaéthiques constructivistes et cohérentistes de Rawls ? De quelle façon ont-ils contribué au renouvellement des débats en métaéthique ?

Normes, critères et pratiques de la justice distributive : Distribuer quoi et à qui ? Quelle est la pertinence du prisme de la distribution pour penser la justice ?

Ethique, morale, le sens de la justice et le pluralisme des valeurs. Quelle est la pertinence de la conception rawlsienne du sens de la justice ? Suffit-il à assurer la stabilité des institutions dans un contexte de pluralisme des valeurs ? La pertinence contemporaine de la conception rawlsienne du pluralisme raisonnable. Comment l’approche rawlsienne de la raison publique est-elle capable de répondre à la crise de la représentation démocratique ?

Philosophie politique post-rawlsienne, démocratie, raison publique et émancipation. Comment les débats ayant fait suite à la parution de Théorie de la justice ont-ils agi sur la perception des enjeux contemporains ?

Perspective rawlsienne des politiques publiques. Quels sont les impacts de Théorie de la justice sur les choix de politiques économiques ? Quelle réponse apporter à la crise environnementale comme à la crise sociale ?

Les archives de Rawls. En quoi le travail sur les archives de Rawls ou ses commentateurs permet-il de donner un nouvel éclairage sur l’œuvre et la réception de l’auteur ?

Rawls et l’histoire de la philosophie. Si dans Théorie de la justice, Rawls affirme inscrire sa démarche dans le cadre des théories du contrat social, quel rapport entretient-il avec la tradition philosophique et quelle pratique de l’histoire de la philosophie endosse-t-il ?

Le colloque prendra la forme de conférences plénières et de sessions introduites et animées par des invité.es.

 

Programme

 

Lundi 22 Novembre 2021

(Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Bâtiment Vauban)

 

8h30 : Accueil et petit déjeuner (Hall Vauban)

9h15 : Mot de bienvenue et présentation du programme (Amphi I)

9h30 : Plénière - Philosophie politique et démocratie : comment Rawls nous a réappris à parler du juste et du bien en politique
Catherine Audard, London School of Economics (Amphi I)

10h30 : Pause-café (Hall Vauban)

 

11h00 : Session « Rawls, la justice fiscale et la démocratie de propriétaires »

(Amphi I)

Des inégalités économiques à la justice sociale : Piketty et Rawls
Benoit Walraevens, Centre de Recherche en Economie et Management, Université de Caen

Une justice fiscale pour le XXème Siècle : avec Rawls, contre Rawls
Patrick Turmel, Université Laval

Le libéralisme égalitaire de John Rawls, une « option distincte du capitalisme » ? Analyse de la propriété et de la gestion des entreprises chez Rawls
Camille Ternier, Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal

 

11h00 : Session « Rawls et l’environnement en Afrique »

(Amphi II)

50 ans après la Théorie de la justice, comment John Rawls peut-il encore être utile dans les forêts classées de Côte d’ivoire ?
Jean Marcel Koffi, UMI Résiliences, IRD

Quelle justice environnementale pour les pêcheries sénégalaises face à l’exploitation pétro-gazière ?
Alioune Kane, Ndickou Gaye, UMI Résilicences, IRD

L’accès équitable à l’eau potable pour les habitants de Dakar
Anastasie Mendy, UMI Résiliences, IRD

 

12h30 : Déjeuner

 

13h30 : Plénière « Rawls et l’Europe »

(Amphi I)

Quatre rencontres, trois désaccords
Philippe Van Parijs, Université Catholique de Louvain

Appliquer la Théorie de la justice ? La solidarité comme nouveau telos de l’Union Européenne
Céline Spector, SND, Sorbonne Université

15h00 : Pause-café

 

15h30 : Session « Républicanisme, multiculturalisme »

(Amphi I)

Un libéralisme républicain et multiculturel ? la justice comme équité reconsidérée
Sophie Guérard de Latour, ENS Lyon

La tension entre société et communauté chez John Rawls à l’épreuve de la critique communautarienne de l’universalisme libéral
Félix Megret, Sociologie, Philosophie, et Antropologie politique, Université de Nanterre

Rawls en Israël. Evaluer la part de vérité des critiques communautariennes
Juliette Tommasi, SND, Sorbonne Université

 

15h30 : Session « Rawls et l’égalitarisme »

(Amphi II)

Le grand renoncement des égalitaristes
Marc Fleurbaey, Paris School of Economics

Riche et pauvre. Egalité et principe de différence
Florent Guénard, ENS Paris

Rawls et le néolibéralisme
Pierre-Yves Néron, Université catholique de Lille

 

15h30 : Session « Inégalité de genre, vulnérabilité et protection sociale »

(Amphi III)

Quels principes de justice pour la famille ? L'égalitarisme libéral face aux injustices de genre
Marie Bastin, ISJPS‐CPCS‐NoSoPhi UMR 8103, Université Panthéon Sorbonne

Protection Sociale et lutte contre les inégalités à Madagascar : l'apport de la théorie de la justice de Rawls ?
Claire Gondard, UMI Résiliences, IRD

Justice sociale, vulnérabilité et résilience : cas du harcèlement sexuel chez les femmes diplômées en quête d'emploi à Abidjan, Côte d'Ivoire
Chiaba Alida Nado, Institut d'Ethnosociologie, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire

17h00 : Fin de la 1ère journée

 

Mardi 23 Novembre 2021

(Campus Condorcet - Saint Denis)

 

8h30 : Accueil et petit déjeuner

8h45 : Mot de bienvenue et présentation du programme

 

9h00 : Plénière « Théorie politique normative »

Les libéralismes non-métaphysiques de H.L.A Hart et John Rawls
Bertrand Guillarme, CRESPPA LabToP, Université Paris

Rawls et le tournant normatif de la philosophie politique
Luc Foisneau, CNRS, CESPRA/EHESS

10h30 : Pause-café

 

11h00 : Session « Les archives de Rawls »

Les archives de Rawls
Ophélie Desmons, SND, INSPE de Paris, Sorbonne Université

Dans les archives de John Rawls ou les coulisses d'une révolution symbolique
Mathieu Hauchecorne, CRESPPA LabToP, Université Paris 8

De la place des archives de Rawls dans Théorie de la justice et ses révisions
Rima Hawi, CEMOTEV, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

 

11h00 : Session « Rawls et les sentiments moraux »

Honte et justice
Laurent Jaffro, PHARE, Université Panthéon Sorbonne

Honneur et estime de soi
Hugo Lorgeril, SND, Sorbonne Université

Le premier parmi les biens : inégalités, privation relative et torts relationnels
Pedro Lippman, ISJPS-CPCS-NoSoPhi UMR 8103, Université Panthéon Sorbonne

 

11h00 : Session « Raisons et rationalité(s) chez Rawls »

A la recherche d'un consensus stable : le modèle de la raison publique de Rawls et sa critique
Cyril Hédoin, REGARDS, Université de Reims

Justice distributive et efficacité au-delà de la rationalité maximisatrice
Pierre-Etienne Vandamme, Université Libre de Bruxelles

Quelle rationalité dans la Théorie de la Justice de John Rawls ?
Jean-Sébastien Gharbi, REGARDS, Université de Reims

 

12h30 : Déjeuner

 

13h30 : Plénière « Justice et Race »

Rawls, Race and Religion
Cécile Laborde, Oxford University

Justice, race, et réparation
Magali Bessone, NOSOPHI, Université Panthéon-Sorbonne

 

15h00 : Pause-café

 

15h30 : Session « Rawls et… »

De Rawls à Ricoeur les paradoxes de la justice
Fériel Kandil, AMSE, Université Aix Marseille

Le silence de Rawls sur la critique hayekienne de l'idée de justice sociale
Jean-Fabien Spitz, ISJPS-CPCS-NoSoPhi UMR 8103, Université Panthéon Sorbonne

Que faire de la manne qui tombe du ciel ? Sur une expérience de pensée utilisée par Nozick et Cohen pour réfuter la Théorie de la justice
Augusto Sperb Machado, Université de Lausanne

 

15h30 : Session « Rawls, minorités, justice migratoire, stabilité »

Rawls et la justice migratoire transnationale
Juliette Monvoisin, ISJPS-CPCS-NoSoPhi UMR 8103, Université Panthéon Sorbonne

Quel avenir pour la conception rawlsienne de la "stabilité pour les bonnes raisons" ?
Daniel Weinstock, Université McGill

Les frontières de la citoyenneté : Rawls à l'épreuve de la citoyenneté post-nationale
Michel Bourban, Université de Warwick

 

15h30 : Session « La distinction entre théorie idéale et théorie non idéale »

Les devoirs conditionnels et inconditionnels de la justice chez Rawls
Andrew Lister, Queen's University, Department of Political Studies

Qu'est qu'une philanthropie juste ?
Sacha-Emmanuel Mossu, Université Laval

La tentation post-coloniale de Rawls
Soumaya Mestiri, Université de Tunis

17h00 : Fin de la seconde journée

 

Mercredi 24 Novembre 2021

(Campus Jussieu - Paris)

 

8h30 : Accueil

 

9h00 : Plénière « Epistémologie morale et constructivisme »

Rawls realistic utopia : toward the construction of a normative community
Carla Bagnoli, Université de Modène

Retour sur l'épistémologie morale rawlsienne : une défense partielle de la théorie normative idéalisante
Jocelyn Maclure, Université McGill

10h30 : Pause-café

 

11h00 : Session « Justice environnementale et justice mondiale »

Une théorie de la justice ? L'impact du nationalisme méthodologique
Dimitru Speranta, CERSES, CNRS, Université Paris-Descartes

Rawls au défi de la justice climatique : principes et méthode
Pierre André, FNRS, Université Catholique de Louvain

Priorité rawlsienne de la liberté et écologie
Cécile Degiovanni, Université d’Oxford

 

11h00 : Session « Rawls, coopération sociale et droits sociaux »

Le conflit des libertés
Charles Girard, IRPHIL, Université Lyon 3

Rawls et la question de la constitutionnalisation des droits sociaux
Patrick Savidan, Université Paris EST Créteil

La théorie de la justice face à la division du travail social
Nathan Cazeneuve, LIER-FYT, EHESS

 

11h00 : Session « Rawls et la Laïcité »

Tolérance versus laïcité
Géraldine Lepan, IHRIM, ENS Lyon

Rawls et la laïcité : Neutralité, égale liberté de conscience, égalité des opportunités et valeur équitable des libertés
François Boucher, KU Leven

 

12h30 : Déjeuner

 

13h30 : Plénière « Le principe de différence est-il ambigu ? »
Alain Boyer, Sorbonne Université

 

14h30 : Session « Au-delà de la Justice distributive »

De l'extension de la théorie Rawlsienne à une approche alternative : l'idée de justice de Sen
Muriel Gilardone, CREM, Université de Caen

Y a-t-il un argument Rawlsien en faveur de la décroissance ?
Christian Arnsperger, Institut de Géographie et Durabilité, Université de Lausanne

La contribution de Cohen à une critique méthodologique de la Théorie de la justice
Fabien Tarrit, REGARDS, Université de Reims

 

14h30 : Session « Désaccord raisonnable »

Qu'est-ce qu'une norme politique ? De l'abstinence épistémique à la théorie idéale : David Estlund contradicteur-continuateur de Rawls
Théophile Pénigaud, Triangle, ENS Lyon

La théorie agonistique de la démocratie contre le libéralisme politique rawlsien : opposition théorique ou usage stratégique ?
Didier Mineur, IEP Rennes

Le désaccord justifie-t-il la démocratie ?
Juliette Roussin, Université Laval

 

14h30 : Session « Epistémologie et usage de Rawls »

Le sens de la justice : un exemple de validation empirique de l'hypothèse anthropologique de John Rawls
Maxime Parodi, OFCE, Sciences po Paris

Regards épistémologiques croisés entre John Rawls et Noam Chomsky
Guillaume Mathelier, Université Laval

Rawls without Rawlsology ? Using Rawls in non-Rawlsian Research and teaching
Annabelle Lever, CEVIPOF, Sciences Po Paris

16h00 : Pause-café

 

16h30 : Table ronde – Rawls : Traduire, éditer, et enseigner Rawls en Français

Avec :
Catherine Audard, London School of Economics
Bertrand Guillarme, CRESPPA LabToP, Université Paris 8
Soumaya Mestiri, Université de Tunis
Philippe Van Parijs, Université Catholique de Louvain
Daniel Weinstock, Université McGill

18h00 : Cocktail de clôture

19h00 : Fin du colloque

 

 

Inscription : https://rawls2021.sciencesconf.org/registration



Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines
Bâtiment Vauban
47 boulevard Vauban
78280 Guyancourt


Campus Condorcet
20 Avenue George Sand
93210 Saint Denis


Campus Jussieu
Université Pierre et Marie Curie
4 Place Jussieu
75005 Paris

Université Paris-Saclay
Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Université de Reims Champagne-Ardenne
Université Paris 8 - Vincennes - Saint-Denis
Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron
Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne
Laboratoire Théories du politique
Conférence des Doyens
Université numérique juridique Francophone
Avec le soutien de l'Académie des Sciences Morales et Politiques
Avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
Copyright © 2021 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech