Portail  Recherche  Actualités  Parutions  Public

61a5cekxjgl


Parution : 03/2022
Editeur : Anamosa
ISBN : 978-2-3819-1046-8
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

Public


Présentation de l'éditeur

« Après trois décennies où l’on avait cru pouvoir s’en passer, tout indique que nous avons plus que jamais besoin des mots du public. Face aux risques de dévoiement d’un État qui se détourne de son cadre public, ils sont les mots clés de mobilisations sociales et politiques (…) et le meilleur thermomètre de notre vie collective et de nos démocraties. »

Au risque d’une crise de confiance dans l’État sans précédent, les citoyens en interrogent désormais la légitimité « publique », c’est-à-dire la capacité, voire la volonté, de se faire le relais des intérêts collectifs, et de protéger les citoyens. L’état général d’impréparation dans lequel s’est trouvé l’État au commencement de la pandémie aura servi ici de révélateur ; jetant une lumière crue sur l’action des gouvernements précédents qui avaient suivi une politique de réduction des coûts et d’efficacité gestionnaire au risque de priver les services hospitaliers des masques et des lits d’hôpital nécessaires. Dès lors que le gouvernement ne paraît plus agir en « pouvoir public », plus rien ne semble justifier l’exception étatique qui confère à cette organisation politique un statut dérogatoire et des pouvoirs exorbitants. C’est du reste cette tension qu’a révélé le mouvement des Gilets jaunes, marqué tout à la fois par des attentes fortes à l’égard de l’État des services publics (en termes de qualité et d’égalité d’accès aux hôpitaux, aux transports publics, etc.), et une défiance inédite à l’égard de gouvernants tenus pour responsables de l’échec de l’État à tenir ses promesses « publiques ». Cette crise de confiance ne pouvait pas tomber plus mal, alors que nous avons collectivement besoin d’un État et d’une Union européenne capables de conduire, au nom de tous, la conversion écologique de nos sociétés et de nos économies, et alors que nous devons faire face aux conséquences sanitaires, mais aussi économiques et sociales profondes de la pandémie Covid. Manière de dire, en somme, que la réflexion sur le « public » et les liens qu’il entretient avec l’État forme aujourd’hui un préalable à toutes nos discussions sur le changement d’orientation des politiques publiques. Les nouvelles théories démocratiques l’oublient parfois, toutes occupées qu’elles sont à faire apparaître de nouveaux horizons mobilisateurs – qu’il s’agisse de la transition écologique ou des nouvelles formes de démocratie participative. Mais, sans réfléchir à ce que l’État est devenu au fil des trois dernières décennies, ni aux chaînes de dépendance dans lesquelles il inscrit aujourd’hui son action, elles s’exposent au décalage en faisant comme si l’État était ce simple « levier » disponible et mobilisable, pourvu qu’on veuille bien lui donner le sens politique voulu. Or il y a précisément lieu d’en douter. C’est pourquoi il faut reprendre le fil du « public » et remettre sur le métier une notion qu’on avait paresseusement abandonnée comme une vieille relique. Il faut faire l’inventaire des glissements de terrain qui se sont produits depuis trente ans et ont fragilisé les soubassements publics de l’État, décrire leurs effets politiques et démocratiques, et explorer les voies possibles d’un nouvel esprit public du gouvernement.

« Le mot est faible » , 104 pages.  9,00€

Conférence des Doyens
Université numérique juridique Francophone
Avec le soutien de l'Académie des Sciences Morales et Politiques
Avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
Copyright © 2022 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech