Portail universitaire du droit

Parutions

Les dernières parutions

Portail  Recherche  Actualités  Toutes les parutions  L'accaparement des biens communs
27000100401370l


Parution : 12/2018
Editeur : Presses universitaires de Paris Nanterre
ISBN : 978-2-8401-6301-5
Notice SUDOC

L'accaparement des biens communs

Sous la direction de Pierre Crétois

Présentation de l'éditeur

La première partie de l'ouvrage:

La contribution de philosophie politique de Stéphane Haber met en discussion la trilogie que Schmitt considère comme fondatrice des sociétés politiques: prendre/partager/exploiter, pour en proposer une alternative: donner/posséder et gérer en commun/préserver, en s'appuyant notamment sur l'anthropologie du don et la théorie des communs. Sa conclusion vise néanmoins à mettre en garde contre toute tentative de réduction du réel à un modèle théorique pur. Le chapitre écrit par Pierre Crétois considérant la philosophie du droit de propriété, critique l'approche courante selon laquelle le droit de propriété comme contrôle absolu de l’individu sur son bien est un élément essentiel d’une théorie de la justice. Il montre que les différentes formes d’appropriation expriment et régulent des relations sociales quant aux ressources. Maxime Desmarais-Tremblay, proposant une étude de philosophie de l’économie, analyse, dans sa contribution, les prolongements qu’a connus un des concepts dû à Richard A. Musgrave, ayant fait l’objet d’une forte polémique parmi les économistes, à savoir celui de « bien méritoire ». En particulier, il vise à clarifier les différents arguments ayant été mobilisés jusqu’à aujourd’hui pour justifier la non-appropriation privative de ce type de biens. Martin Deleixhe, se plaçant sur le terrain de la théorie politique, met en lumière l’intérêt des tenants de la démocratie radicale pour les biens communs, pour autant que ces derniers sont associés à une autogestion durable de la production, réinstituant les parties prenantes en maîtres de leur propre destin. L’autogestion des biens communs apparaît alors comme la forme de référence du renouvellement des pratiques démocratiques.

La deuxième partie de l’ouvrage:

Tout d’abord, Léa Eynaud, entend revenir sur le problème de la fondation politique de la catégorie de biens communs. Plus précisément, son article vise, au travers d’une approche de sociologie pragmatiste, à étudier les pratiques d’acteurs qui s’engagent à contre-sens de la privatisation des ressources, notamment avec les cas d’une coopérative de fourniture d’énergie renouvelable (Enercoop) et d’une ressourcerie. Rémi Schweizer, quant à lui, se propose de revenir aux expériences historiques des communs en les explorant sous l’angle des dynamiques d’appropriation qu’elles impliquent. L’enjeu consiste à repartir du terrain pour en tirer certains enseignements pour les communs modernes. Le cas des Alpes suisses est pour ce faire mobilisé: à travers l’exemple des Bisses Valaisans, c’est-à-dire d’un réseau d’eau entretenu et utilisé au sein d’une communauté agricole. Loin d’échapper aux logiques d’appropriation et d’exclusion, l’enchevêtrement de droits qui accompagnent l’exploitation des bisses ne repose ni sur une négation de la propriété, ni sur une subversion qui romprait avec une tradition exclusiviste. Les bisses se rapprochent au contraire, à certains égards, de biens clubs au sein et à la marge desquels les relations de pouvoir et les inégalités doivent être interrogées. Le texte de la politiste, Eleonora Gentilucci, présente les arguments des opposants à la « biopiraterie », cette appropriation privée de semences qui sont considérées comme un bien commun de l’humanité. Un panorama des actions menées face à cette menace pour la biodiversité entend montrer l’efficacité de cette action quand elle est d’abord menée au niveau local. Natalia Frozel Barros, enfin, fait une analyse politique l’évolution du principe juridique de patrimoine commun de l’humanité gérant les ressources minières des fonds marins. D’abord élaboré dans un souci de communalisation de ces fonds, qui visait à empêcher une appropriation par les Etats, à réduire les inégalités internationales, et même à promouvoir la paix mondiale, celui-ci s’est orienté vers la possibilité d’une marchandisation et d’une appropriation étatique qui ne dit pas son nom. L’auteur mène cette étude en analysant les discours des négociateurs, qui disent vouloir s’adapter à la conjoncture internationale alors que ce sont eux qui participent de cette évolution libérale.

 

Sommaire

Élodie Bertrand, Pierre Crétois, Caroline Guibet-Lafaye, Philippe Poinsot, Cédric Rio, – Introduction générale

Antonio Negri – Préface

Chapitre 1 : Théories

Stéphane Haber, Prendre et donner. Remarques à partir d'un texte de Carl Schmitt. Pour un anti-nomos

Pierre Crétois – L'appropriation comme relation sociale

Maxime Desmarais-Tremblay – Le problème de la justification du concept de bien méritoire en perspective

Martin Deleixhe – Des conflits en commun ? La démocratie radicale et la gouvernance des biens communs

Chapitre 2 : Terrains

Léa Eynaud – La part des choses : enquête autour de la fondation politique de la catégorie de communs

Rémi Schweizer – Logiques d'appropriation et communs, le cas des bisses valaisans (Suisse)

Eleonora Gentilucci – Les commons des semences face à la biopiraterie 

Natalia Frozel Barros – Les fonds marins internationaux sous le Patrimoine Commun de l'Humanité : quand le bien commun devient un outil d'appropriation

Le social et le politique , 184 pages.  15,00 €