Portail  Recherche  Actualités  Parutions  L'ordre sanitaire national-socialiste

41u9p2yscvlsx353bo1204203200


Parution : 12/2015
Editeur : LEH Edition
ISBN : 978-2-8487-4632-6
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

L'ordre sanitaire national-socialiste

Rémanence, résiliences et récurrences au XXIe siècle. Manuel anti-nazi


Coll. Libre propos, 192 pages

 

Présentation de l'éditeur

Depuis 1945, Hitler incarne le mal absolu en politique et le nazisme sent le souffre. Ou plutôt le zyclon B des chambres à gaz, utilisées d’abord pour les malades mentaux, puis, à plus grande échelle, sur les Juifs. Au point qu’on a oublié qu’avant-guerre, avant que ces fruits immondes n’arrivent à maturité, « la bonne semence » était apparue à de grands esprits comme une expérience intellectuel­lement intéressante. Et la diabolisation qui a été faite du nazisme, après-guerre, aussi compréhensible soit-elle au plan moral, en occulte certains aspects que notre modernité a spontanément retrouvés, depuis la lutte contre le cancer jusqu’à la protection des animaux. Mais ce qu’un néo-nazi cynique pourrait oser appeler « l’héritage positif » du régime hitlérien ne peut pas dissimuler une seule seconde l’abjection profonde du système.

Se pourrait-il que celui-ci soit de retour derrière ces récurrences ? La question peut être posée quand on voit l’horreur éthique qui vient. L’idée de recourir à la déontologie pour moraliser l’exercice d’une profession et de codifier cette déon­tologie pour lui donner une force juridique, c'est-à-dire une force contraignante, apparaissent de prime abord comme des innovations contemporaines très largement positives. Mais l’horizon se ternit brutalement lorsqu’on découvre que le premier code de déontologie médicale d’Europe a été promulgué en 1937 sous Hitler, que l’euthanasie a occupé une place centrale dans la politique sanitaire nazie, que l’idée de l’amélioration humaine de l’homme ne peut engendrer que l’esclavage ou l’exter­mination des sous-hommes, que la mise sous tutelle comptable du système de santé nous mène lentement mais sûrement à l’abjection, qu’une société qui traite les animaux avec autant de considération que des humains est aussi une société où les hu­mains peuvent être traités aussi misérablement que des animaux.

Le nazisme ne serait-il pas de retour sous de nouveaux oripeaux ? C’est la question que soulève ce livre, qui s’efforce d’y apporter une lumière crue, ainsi qu’un vœu : « il faut vomir le nazisme chaque jour, de peur d’être étouffé par ses mirages ».

 

Antoine Leca est agrégé des facultés de droit, professeur à l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille et directeur du CDSA (EA n° 3242). 

 

Sommaire

Avant-propos « comique » 

Leçon 1 - De quoi la codification étatique de la déontologie médicale est le nom : l’avènement d’une nouvelle téléologie prioritairement au service de la collectivité (Gesundheitsführung)

Leçon 2 - De quoi l’euthaNAZIe est le nom : le droit de l’état d’autoriser à mettre fin aux vies indignes d’être vécues (Lebensunwerten Lebens)

Leçon 3 - De quoi l’idée d’améliorer la race est le nom : l’esclavage (Versklavung), l’extermination (Vernichtung)

Leçon 4 - De quoi l’avènement de la médecine de masse est le nom : un art médical qui n’est plus au service du malade

Leçon 5 - De quoi la maîtrise médicalisée des soins est le nom ou l’économie perverse

Leçon 6 - De quoi la désacralisation de l’humain est le nom ou l’avènement d’une politique de santé de type vétérinaire

Leçon 7 - De quoi les médecines naturelles sont le nom : une vision chimérique de la nature opposée au progrès scientifique

Conclusion - La bête immonde est de retour

Conférence des Doyens
Université numérique juridique Francophone
Avec le soutien de l'Académie des Sciences Morales et Politiques
Avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.