Portail universitaire du droit

L’état d’urgence / La République injuriée

Séminaires

L’état d’urgence / La République injuriée

Du lundi 29 avril 2019 au vendredi 3 mai 2019

Présentation

 

Olivier Beaud est professeur de droit public à l’université Paris II Panthéon-Assas. Ses domaines privilégiés de recherches sont le droit constitutionnel français et étranger, le droit constitutionnel comparé, la théorie générale de l’État, la philosophie du droit et l’histoire de la pensée juridique. Il mène une réflexion sur le statut des universitaires et l’université. Il a notamment écrit La puissance de l’État (PUF, 1994), Théorie de la Fédération (PUF, 2007) et Les libertés universitaires à l’abandon ? (Dalloz, 2010).

Deux séances exceptionnelles

 

Programme

 

Lundi 29 avril

 

14h00 : Présentation de l’ouvrage L’état d’urgence (en collaboration avec Cécile Guérin Bargues, LGDJ, 2e édition, 2018)
Olivier Beaud, Professeur de droit public, Université Paris II Panthéon-Assas

Discutante : Carine David, Professeur de droit public

La France a connu récemment, du 13 novembre 2015 au 1er novembre 2017, deux ans d’état d’urgence suite aux attentats du Bataclan. L’ouvrage revient sur cette expérience récente et présente cette législation de crise sous ses formes juridique, historique et politique. Il démontre notamment comment elle affecte les rapports entre pouvoirs publics en assurant la domination du pouvoir administratif sur les pouvoirs législatifs et judiciaires tout en autorisant des atteintes aux libertés publiques. Il en mesure enfin le legs, tant dans le droit commun français que par une approche comparatiste.

 

Vendredi 3 mai

 

14h00 : Présentation de l’ouvrage La République injuriée. Histoire des offenses au chef de l’État (à paraître aux PUF en septembre 2019)
Olivier Beaud, Professeur de droit public, Université Paris II Panthéon-Assas

L’ouvrage retrace pour la première fois l’histoire du délit d’offense au chef de l’Etat, de la II le République jusqu’à son abolition en 2013. Ce délit protégeait non seulement la personne, mais aussi l’institution présidentielle dont il entendait sauvegarder la dignité. Ce délit fut appliqué de façon très variable avec trois pics de grande intensité : la crise du 16 mai 1877 (Mac-Mahon), Vichy (Pétain) et la République gaullienne (1958-1969). S’appuyant sur une analyse exhaustive des archives et de la jurisprudence, l’ouvrage expose une triple histoire : une histoire politique et constitutionnelle - celle de la Présidence de la République- , une histoire des libertés publiques —illustrée par ce conflit récurrent entre l’obligation de respecter le chef de l’Etat et la liberté d’expression des écrivains et journalistes — et enfin une histoire de la justice qui révèle le lien de dépendance entre la magistrature et le pouvoir politique en France.

 

 

Entrée libre


Salle de réunion
Faculté de droit et d’économie
Université l des Antilles
Campus de Schœlcher
Route de l'Université
97275 Schoelcher

Faculté de droit et d'économie de la Martinique
Laboratoire caribéen de sciences sociales
Centre National de la Recherche Scientifique