Portail universitaire du droit

Violences envers les jeunes. Quantifier - Analyser - lutter

Colloque

Violences envers les jeunes. Quantifier - Analyser - lutter

Du jeudi 31 mai 2018 au vendredi 1 juin 2018

Présentation

 

La jeunesse généralement présentée comme une catégorie homogène correspondant à une classe d’âge spécifique de nos sociétés contemporaines, s’inscrit historiquement dans une catégorie masculine aristocratique ou bourgeoise, parfois populaire, selon les époques considérées (Galland, 2011 ; Caron, 2009). Toutefois, qu’il s’agisse de la jeunesse aristocratique, bourgeoise ou populaire, elle est assez systématiquement pensée dès la fin du XVII comme « l’âge des emportements ». Ceux-ci sont perçus comme une menace pour la société qu’il faut juguler, par l’éducation par exemple, tout autant que comme un renouvellement, l’origine du progrès social. Les comportements de violence semblent donc être l’apanage de la jeunesse qu’ils permettent par la révolution d’aboutir au changement social ou qu’ils constituent le danger contre lequel se prémunir. Ce paradoxe de la jeunesse perçue comme violente se retrouve dans une recherche bibliographique associant les termes « jeunes » (ou « jeunesses ») et « violence » où l’on constate, en France, la prédominance de travaux interrogeant la violence des jeunes. Bien sûr cette violence peut s’exercer à l’encontre d’autres jeunes. Mais la violence envers les jeunes s’inscrirait en creux, ne constituant pas l’objet premier. Catégorie hétérogène de fait, les jeunes évoqués dans ces travaux ne sont pas n’importe quels jeunes : jeunes garçons... des « cités », des quartiers relégués, issus de l’immigration, jeunesse délinquante ...

Ainsi la jeunesse serait-elle l’âge de toutes les violences, violences exercées et violences subies. À partir d’un examen systématique des différentes sources disponibles, Laurent Mucchielli (2004) invalide pourtant l’idée d’une violence qui serait spécifique à la jeunesse. Et si les statistiques émanant de la police, gendarmerie ou encore de la justice permettent une mesure (partielle) des violences exercées, d’autres sources offrent une connaissance des violences subies : enquêtes de victimation, enquêtes de santé publique comme le Baromètre santé (de 12 à 85 ans selon les années d’enquête), les enquêtes ESCAPAD passées aux adolescents lors de leur Journée défense et citoyenneté, les enquêtes du groupe ACSF dont une enquête portant spécifiquement sur les jeunes et l’entrée dans la sexualité adulte, l’enquête ENVEFF et enfin plus récemment l’enquête Virage dont le volet spécifique Universités. Si la plupart de ces enquêtes s’adressent aux personnes majeures, elles ont néanmoins l’intérêt de fournir de la connaissance sur différentes formes de violences (sexuelles, conjugales, intrafamiliales...) et leurs conséquences, mais aussi de mettre en lumière le poids de différents facteurs dont l’âge, le sexe, la classe sociale, l’origine ethnique... Ainsi, comme le souligne Zauberman (2013) à propos des enquêtes en santé publique, l’ensemble de ces sources permettent de constater que si « la violence physique est avant tout une affaire de jeunes », elle l’est comme auteurs mais aussi victimes.

Nous proposons dans le cadre de ce colloque de nous attacher aux violences exercées à l’encontre des jeunes dans leurs différents espaces de vie (famille, relations amoureuses et sexuelles, études, espace public, espaces festifs, travail...), ceci sans se limiter aux violences « physiques » et en privilégiant une approche intersectionnelle. Ce colloque réunira des chercheurs et chercheuses en démographie, droit, histoire, psychologie, sociologie mais également des actrices et acteurs de la prévention et de l’accompagnement des victimes de violences.

Différentes enquêtes réalisées en France, au Mexique ou en Grande-Bretagne y seront présentées qui contribuent à mieux quantifier mais aussi analyser ces violences. Il s’agira notamment d’interroger :

• Les différentes formes de violence vécues et leurs conséquences (en termes de santé, d’études, de rapport à la sexualité...)

• Les effets de sexe-genre, des orientations sexuelles, des origines ethniques (réelles ou supposées)...

• Les recours recherchés ou non, existant ou non.

Par l’apport de ces connaissances, il s’agit de contribuer à la lutte contre les violences à la fois par un éclairage sur les outils de la loi et la présentation d’actions de prévention et d’accompagnement des victimes de violences.

 

Programme

 

Jeudi 31 mai

 

9h00 : Mot d’Accueil

9h30 : La violence, attribut et stigmate de la jeunesse ; une approche socio-historique
David Niget, Maître de conférences en Histoire, Université d’Angers / CNRS – TEMOS

 

Les violences dans Les espaces publics

10h15 : La sur-exposition des jeunes aux violences dans les espaces publics : résultats à partir de l’enquête virage
Amandine Lebugle, Démographe, INED

Les jeunes gays et lesbiennes
Christèle Fraissé, Maîtresse de conférences en psychologie sociale, LP3C - UBO

De l’apprentissage d’un e-marchandage à caractère sexuel. Déconvenues et pièges d’une recherche de popularité très genrée
Sigolène Couchot-Schiex, MCF-HDR Genre éducation formation - Education Physique et Sportive, LIRTES EA 7313– Université Paris Est Créteil

Les violences juridiques faites aux jeunes migrants isolés
Sandrine Biagini-Girard, maître de conférences, LabLex EA 7480 – UBO

 

12h45 : Pause déjeuner

 

Lieux d’études

14h00 : Violences et vie étudiante, enquête virage
Zahia Ouadah-Bedidi, Démographe, Maîtresse de conférences Université Paris Diderot (URMIS), Chercheure associée en délégation à l’INED

Prévalence du harcèlement et des violences contre les jeunes : le cas de l’université autonome du Yucatan
Leticia Janet Paredes Guerrero, Université Autonome du Yucatan

Resisting and reimagining : Feminist students challenge gender-based violence
Ruth Lewis, Associate Professor, Faculty of Arts, Design and Social Sciences University of Northembria

 

Violences sexuelles

15h45 : Perception des violences sexuelles et des discriminations à l’université
Pascal Tisserand, Vice-Président délégué à l’égalité et à la diversité, Maître de conférences en psychologie sociale, Université de Lorraine et Joël Kaddour, docteur en psychologie

Les violences sexuelles dans virage : comparaison des résultats de l’enquête nationale et des enquêtes universités
Alice Debauche, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Strasbourg, (SAGE- UMR 7363) et Chercheuse associée à l’unité « démographie, genre et sociétés » de l’INED

L’excision en République de Guinée : une condamnation paradoxale
Yassine Mansaré, Docteure en anthropologie, CRBC EA 4451 / UMS 3554 – LABERS EA 3149 -UBO

Violences sexuelles sur mineur.e.s, en finir avec la prescription ?
François-Xavier Roux-Demare, Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, LabLex EA 7480 – UBO

18h00 : Conclusion de la journée

 

Vendredi 1er juin

 

Violences intra-familiales

9h00 : Violences intrafamiliales : État des lieux, impasses et possibilités de dépassement
Astrid Hirschelmann, Maître de Conférences–HDR en Psychopathologie et Criminologie, Université Rennes 2

Les enfants exposés à la violence conjugale : vers la fin du déni ?
Pierre Guillaume prigent, doctorant en Sociologie, CRBC EA 4451 / UMS 3554 – UBO
Gwenola sueur, Formatrice violences post-séparations

Les violences contre les jeunes au sein de la famille : une question de genre ?
Arlette Gautier, Professeure de Sociologie, CRBC EA 4451 / UMS 3554 -UBO

 

Prévenir et lutter contre Les violences

10h45 : Jeunesses violentées : un arsenal répressif spécifique
Sylvie Grunvald, Maître de conférences HDR, Faculté de droit et des sciences politiques - Université de Nantes, Laboratoire Droit et changement social UMR 6297

 

Table ronde

Avec : Elodie Bouliou, Mission DSU, Brest Métropole
Marion Clément, Chargée de mission aux droits des femmes et à l’égalité femmes - hommes, Finistère
Isabelle Ubach, Référente académique Lutte contre le harcèlement et les discriminations, académie de Rennes
Association Clashes (Collectif de lutte contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur)
Association Tom, Fifi et Cie, atelier de prévention des agressions faites aux enfants, interventions en milieu scolaire

13h00 : Fin du colloque

 

 

Tarifs : Personnels et étudiant.e.s UBO : gratuité - Etudiant.e.s, personnes en formation hors UBO : 20 euros - Autres : 40 euros – Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Faculté des lettres et sciences humaines UBO
Salle B001
20, rue Duquesne
29200 Brest

Document