Mathieu Petithomme

Maître de conférences HDR
Science politique.
UFR Sciences Juridiques Economiques Politiques de Gestion

Centre de Recherches Juridiques de l'Université de Franche-Comté
Responsable de la formation :
  • Mathieu Petithomme, Alicia Fernández García (dir.), L'Espagne et le Portugal d'aujourd'hui, Presses universitaires de Rennes, 2022, Mondes hispanophones, 174 p. 

    Mathieu Petithomme, Génération Podemos: sociologie politique d'un parti indigné, Presses universitaires de Rennes, 2021, Res Publica, 311 p. 

    Mathieu Petithomme, Alicia Fernández García (dir.), Contester en Espagne: crise démocratique et mouvements sociaux, Demopolis et OpenEdition, 2020  

    Violence de la crise payée au prix fort par les classes populaires après l’éclatement de la bulle immobilière, plans d’austérité drastiques et chômage avoisinant les 25 %, renouveau de l’émigration des jeunes, multiplication des affaires de corruption touchant jusqu’à la famille royale, radicalisation de l’indépendantisme en Catalogne, crise du bipartisme et des partis socialiste et conservateur, les éléments « dramatiques » ne manquent pas dans le tableau de l’Espagne d’aujourd’hui. La crise économique, sociale et politique enclenchée depuis 2008 marquera toute une génération. Mais ce livre montre que cette période troublée a aussi été marquée par le renouveau de la contestation et l’essor de nouveaux mouvements sociaux : luttes contre les expulsions, mouvement des indignés mobilisés à Madrid en 2011, résistances syndicales contre les plans d’austérité, « marées » citoyennes contre les coupes budgétaires dans l’éducation et la santé, mobilisations féministes et républicaines, renouveau des pratiques artistiques critiques. Neuf spécialistes offrent des analyses de l’intérieur de l’actualité sociale et politique espagnole, de l’indignation citoyenne à l’émergence de nouvelles alternatives politiques telles que Podemos et Citoyens

    Mathieu Petithomme, Alicia Fernandez Garcia (dir.), Contester en Espagne: Crise démocratique et mouvements sociaux, Demopolis, 2016, Quaero, 332 p. 

    Mathieu Petithomme, Alicia García-Herrero, Les nationalismes dans l'Espagne contemporaine (1975-2011): Compétition politique et identités nationales, Cairn et Armand Colin, 2016, Recherches  

    Comment les nationalismes, qu'ils émanent des partis nationaux ou des formations basques, catalanes et galiciennes, ont-ils repensé la « nation » espagnole depuis la transition démocratique ? Alliant l'histoire contemporaine et la science politique, ce livre retrace la réémergence des nationalismes « périphériques » et étudie leurs idéologies en Catalogne, au Pays basque et dans d'autres communautés autonomes depuis la mort de Franco en 1975. Il souligne aussi les stratégies des partis nationaux dominants, de droite comme de gauche, pour s'adapter à l'essor des revendications nationalistes et régionalistes dans le cadre démocratique de l'État des autonomies. Réunissant les meilleurs spécialistes français et espagnols, l'ouvrage constitue un outil de référence, à la fois accessible et érudit, sur les trajectoires nationalistes dans l'Espagne contemporaine

    Mathieu Petithomme, Un mur et des hommes: nationalisme et politique à Chypre du Nord, L'Harmattan, 2016, Politique comparée, 395 p. 

    Mathieu Petithomme, Dépolitiser l'Europe: comment les partis dominants évitent le conflit sur l'intégration européenne, l'Harmattan, 2015, Questionner l'Europe, 382 p.  

    La 4e de couverture indique : Comment les partis politiques se saisissent-ils des questions européennes ? Ce livre est une étude comparée des manières avec lesquelles différents types de partis en France, en Grande-Bretagne, en Irlande et en Espagne, ont adapté leurs discours et leurs stratégies au développement de l'Union Européenne, principalement de 1992 à 2007. lI se focalise sur la communication des partis, leurs conflits internes lors des référendums sur l'UE, et sur la sélection des eurodéputés et leurs stratégies lors des élections européennes. En utilisant de multiples sources (analyse de contenu et de discours, financement des partis et logiques de campagne), il remet en cause les idées d'une "européanisation" croissante des espaces politiques nationaux et d'une montée de l'"euroscepticisme". Il défend, preuves à l'appui, que les partis dominants développent de nombreuses stratégies pour éviter le conflit sur l'intégration européenne. Maintenir des lignes politiques floues et nationaliser cet enjeu permet aux partis de gouvernement d'agir librement au niveau européen, tout en évitant une politisation de l'UE qui bénéficie aux partis contestataires. Mais en dépolitisant activement les enjeux européens, les partis dominants renforcent la crise de la représentation, sont largement responsables du caractère secondaire des élections européennes et ne permettent pas aux citoyens ordinaires d'accroître leurs connaissances de l'UE par la critique et le débat public. Ce livre intéressera tous ceux qui ont un intérêt pour l'intégration européenne et/ou les partis politiques.

    Mathieu Petithomme, Alicia Fernández García (dir.), Les nationalismes dans l'Espagne contemporaine, Armand Colin, 2012, Recherches, 502 p. 

    Mathieu Petithomme (dir.), L'européanisation de la compétition politique nationale: adaptations et résistances en perspective comparée, Presses universitaires de Grenoble, 2011, Collection Europa, 379 p. 

    Mathieu Petithomme, Designing low-cost campaigns ?: the effects of party finance on national parties in European elections, Centre for the Study of Public Policy, University of Aberdeen, 2011, Studies in public policy, 36 p. 

    Mathieu Petithomme, Les Européens face au miroir turc: les représentations sociales de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne en perspective comparée, M. Houdiard, 2010, 169 p.   

    Mathieu Petithomme, Amandine Crespy (dir.), L'Europe sous tensions: appropriation et contestation de l'intégration européenne, l'Harmattan, 2010, Logiques politiques 

    Mathieu Petithomme, Les élites postcoloniales et le pouvoir politique en Afrique subsaharienne: la politique contre le développement, l'Harmattan, 2009, Études eurafricaines, 312 p. 

    Mathieu Petithomme, Amandine Crespy (dir.), L'Europe sous tensions: appropriation et contestation de l'intégration européenne, L'Harmattan, 2009, Logiques politiques, 341 p. 

    Mathieu Petithomme, Les européens face au miroir turc: une étude comparative des attitudes à l'égard de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne en France, en Belgique francophone et en Grande-Bretagne, 2007, 200 p. 

  • Mathieu Petithomme, « L’indépendantisme catalan : de la marginalité au mouvement social de masse », 2022  

    Depuis la naissance des premiers courants catalanistes en 1833 durant la Renaixença, l’indépendantisme a été assez marginal dans l’espace politique et social et l’histoire contemporaine de la Catalogne. Les nationalistes catalans regroupés en 1901 autour de la Lliga, ont formé un parti libéral-conservateur : libéral afin de séduire la bourgeoisie commerçante face aux élites madrilènes, et conservateur et provincialiste, pour attirer la classe moyenne, ce qui déboucha sur des demandes d’autono...

    Mathieu Petithomme, « Podemos et le 15-M : de l’indignation au gouvernement de coalition (2011-2021) », 2022  

    Le 15 mai 2011, les jeunes indignés occupaient la Plaza del Sol à Madrid, dans un mouvement social qui toucha ensuite l’ensemble de l’Espagne et marqua toute une génération. Au plus fort de la crise économique, ils demandaient des réformes du système politique et des partis, une plus forte participation des citoyens aux processus politiques, une lutte plus déterminée contre la corruption et une démocratisation générale des pouvoirs économique et politique. Pendant plusieurs semaines, leurs re...

    Mathieu Petithomme, « Radicalización nacionalista en Cataluña y pacificación en el País Vasco », 2020  

    Introducción Desde hace más de una década, en el contexto posterior a la crisis económica del 2008, un marco de referencia casi monolítico se ha impuesto en los medios de comunicación y en el espacio público, según el cual estaríamos asistiendo en Europa al auge de los «nacionalismos» y de los «separatismos». Las ideas preconcebidas, con una buena dosis de caricaturas y de tratamiento catastrofista de los acontecimientos sociales y políticos, son globalmente invariables: la mundialización y l...

    Mathieu Petithomme, « Politique et sociétés à Chypre aujourd’hui : une introduction », 2020  

    Plus de 45 ans après la partition de 1974, les enjeux qui taraudent les sociétés chypriotes grecque et turque demeurent nombreux : division et séparation géographique du territoire ; militarisation du Nord avec le maintien de la présence de l’armée turque ; imbrication de Chypre dans le conflit gréco‑turc ; maintien de nationalismes exclusifs de part et d’autre ; blocage politique des négociations « au sommet » entre des dirigeants qui refusent le plus souvent les compromis et gouvernent d’ab...

    Mathieu Petithomme, « Administration et dépendance dans un État de facto : les ambivalences de l’étatisation à Chypre du Nord », 2020  

    Depuis son indépendance autoproclamée en 1983, la « République turque de Chypre du Nord » (RTCN, Kuzey Kıbrıs Türk Cumhuriyet, KKTC en turc), soutenue par la présence de 30 000 militaires turcs, met en avant son autonomie vis‑à‑vis du Sud de l’île. À travers sa résolution 541 du 18 novembre 1983, le Conseil de sécurité de l’ONU, de même que la Grèce et la République de Chypre, considèrent que cette entité reconnue uniquement par la Turquie « n’a pas d’existence légale ». Mais sur le terrain, ...

    Mathieu Petithomme, « Militarisation de l’espace et représentations sociales du conflit à Chypre du Nord », 2020  

    Comment procède et quel est l’impact psychosocial de la militarisation de l’espace à Chypre du Nord ? Territoire de 3 355 km2 (36 % de la superficie de l’île), contrôlé par l’armée turque depuis la partition du 20 août 1974 et autoproclamé indépendant depuis 1983, la « République turque de Chypre du Nord » (RTCN, Kuzey Kıbrıs Türk Cumhuriyet, KKTC en turc) n’a « pas d’existence légale » suivant la résolution 541 du Conseil de sécurité de l’ONU du 18 novembre 1983. Dotée d’un gouvernement, d’u...

    Mathieu Petithomme, « Le discours médiatique du  populisme de gauche  : l’expérience de La Tuerka en Espagne », 2019  

    Lors des législatives de décembre 2015, Podemos, un parti de gauche alternative né en janvier 2014, obtint plus de 5 millions de voix (20,5 % des suffrages en coalition avec d’autres acteurs). Ce succès doit beaucoup à Pablo Iglesias – qui milita aux Jeunesses communistes puis à Izquierda Unida (IU), et devint docteur en science politique à l’université Complutense de Madrid. Depuis sa thèse sur les stratégies des altermondialistes et des Tute Bianche, puis sa participation au mouvement étudi...

    Mathieu Petithomme, « L’ activisme institutionnel  de Podemos : entre contestation et transformation organisationnelle », 2017  

    Móstoles, 11 mai 2015, meeting de Podemos, campagne des municipales. En cette fin d’après-midi ensoleillée, les orateurs se succèdent à la tribune. Des professeurs, des retraités, des étudiants, des gens d’horizons divers se sont regroupés en plein air sur la dalle du « rastrillo », le marché ouvert hebdomadaire de la principale ville de la banlieue ouvrière de Madrid. Au-delà du groupe local des militants de Podemos, l’assemblée réunit beaucoup de curieux. Jesús, un chômeur qui « ne vote plu...

    Mathieu Petithomme, « La Catalogne, du nationalisme à l’indépendantisme ? Les enjeux d’une radicalisation », Critique internationale , 2017, n° 75, pp. 133-155    

    À partir d’une synthèse de l’histoire du nationalisme catalan depuis le XIXe siècle et d’une analyse de sa trajectoire récente, cette réflexion sur les causes de la radicalisation indépendantiste montre que les principales caractéristiques du nationalisme catalan n’ont pas changé depuis la Renaixença : accent mis sur la « normalisation » linguistique et l’autonomie fiscale, vocation intégratrice du nationalisme dans le contexte d’une société divisée, tropisme conservateur de la bourgeoisie, phases de radicalisation dans les périodes où le modèle institutionnel de l’État est en crise. Certes, la radicalisation s’inscrit dans un contexte conflictuel dû au rejet des principales dispositions du statut d’autonomie de 2005 relatives à la reconnaissance de la « nation catalane » et de sa langue. Cependant, l’indépendantisme s’est également nourri de la crise de 2008. Tout en se diffusant grâce à l’activisme du mouvement social, il a été récupéré électoralement par la coalition Convergència i Uniò, et ce même si la Catalogne demeure malgré tout une « nation divisée ».

    Mathieu Petithomme, « L’émergence du nationalisme catalan sous la Restauration bourbonienne en Espagne (1874-1931) », Parlement, Revue d'histoire politique , 2016, n° 23, pp. 177-192    

    Cet article étudie le rôle du mouvement culturel de la Renaixença dans l’émergence du premier catalanisme politique. La trajectoire de la Lliga Regionalista illustre la pénétration du nationalisme catalan au sein des institutions, le renforcement de son pluralisme à partir de 1906 et la formation d’un courant catalaniste républicain. Une analyse sociohistorique des trajectoires des partis nationalistes catalans montre enfin leur rôle dans la modernisation du système politique espagnol.

    Mathieu Petithomme, « Mémoire et politique à Chypre du Nord », 2015  

    L’étude d’une société doit être fondée sur le dévoilement de son « historicité » à partir de ses événements historiques et de ses luttes sociales majeures (Bayart, 2006, 19-61). Mais les représentations du réel et du passé sont sujettes à des luttes idéologiques. La « mémoire collective » d’une nation, transmise par les institutions politiques et éducatives d’État à travers les commémorations patriotiques et l’école, contribue à socialiser un peuple dans une même narration historique sur son ...

    Mathieu Petithomme, « Système partisan et évolution des clivages politiques à Chypre du Nord (1974-2014) », 2015  

    Le 16 août 1960, l’indépendance de la République de Chypre fut proclamée sous l’œil intrusif des trois « puissances garantes » de sa souveraineté, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Grèce, depuis les accords de Londres et de Zurich de 1959-1960. Un système politique consociationaliste prévoyant des mécanismes de répartition des pouvoirs fut mis en place (Lijphart, 1977). Un président chypriote grec, Mgr Makarios iii (par ailleurs ethnarque orthodoxe) et un vice-président chypriote turc, Faz...

    Mathieu Petithomme, « Changements identitaires à Chypre du Nord : les Chypriotes turcs face à l’immigration turque », Critique internationale , 2015, n° 67, pp. 143-164   

    Mathieu Petithomme, Alicia Fernández García, « Structuration et trajectoires idéologiques des partis catalanistes et nationalistes catalans depuis la Transition », 2014  

    Comment se sont structurés les partis catalanistes et nationalistes catalans depuis la transition démocratique ? Quelles sont les convergences, les lignes de fracture et les dynamiques respectives des différentes composantes du nationalisme catalan ? Cet article a pour but de retracer la structuration et les trajectoires idéologiques des partis catalanistes et nationalistes catalans depuis la transition, en appréhendant le catalanisme politique dans sa pluralité, afin de montrer sa richesse e...

    Mathieu Petithomme, « Les effets des référendums européens sur les dynamiques de compétition des partis d'opposition : une perspective comparée », Revue internationale de politique comparée , 2011, n° 18, pp. 79-92    

    RésuméÀ travers une analyse comparée de huit référendums européens en Espagne, en France et en Irlande depuis le Traité de Maastricht en 1992, cet article s’intéresse aux effets du contexte référendaire sur les dynamiques de compétition des partis d’opposition. En faisant apparaître un « cartel du Oui », les référendums déplacent le clivage dominant entre gouvernement et opposition dans les démocraties majoritaires, augmentant le factionnalisme et diminuant la capacité de mobilisation des principaux partis de l’opposition, tiraillés entre soutien idéologique à l’intégration européenne et opposition stratégique au gouvernement, renforçant ainsi le rôle joué par les partis périphériques de l’opposition.

    Mathieu Petithomme, « Mark Bradbury, Becoming Somaliland », Afrique contemporaine , 2010, n° 234, pp. 192-195   

    Mathieu Petithomme, « L'évolution des attitudes et du vote nationaliste au pays basque espagnol depuis la transition démocratique : (1978-2008) », Pôle Sud , 2009, n° 31, pp. 103-128    

    Résumé Comme à la fin du xix e siècle, la société basque est toujours traversée par deux clivages gauche/droite et indépendantisme/centralisme, qui trouvent des appuis sociologiques différenciés territorialement. Bien que domine une double majorité, à la fois négative et consensuelle rejetant le centralisme, et positive soutenant l’autonomie, il n’existe pas de consensus sur le mode de gouvernement le plus approprié pour la communauté autonome, mais plutôt la persistance de trois minorités qui doivent coexister ensemble. La nature de ce pluralisme social a néanmoins évolué depuis la transition démocratique vers un renforcement du sentiment non-nationaliste, voire même du vote pour les partis étatiques engendrant une remise en cause relative de l’hégémonie traditionnelle du PNV. L’ambigüité idéologique du parti vis-à-vis de la perspective de l’indépendance lui a historiquement octroyé une fonction d’intégration politique surplombant la société, tout en réconciliant le nationalisme radical avec l’autonomisme libéral.

  • Mathieu Petithomme, « Podemos : nouvel espace militant entre parti classique et mouvement social », Définir et interroger les espaces sociaux : Théories, méthodes, actualité de la recherche, Dijon, le 22 juin 2018 

    Mathieu Petithomme, « Etats de facto et autres anomalies du système international : Quelle place pour la reconnaissance ? », le 19 janvier 2018  

    Journée d’études Sciences Po Aix

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Fadilou Ndoye, La politique extérieure du Sénégal , thèse en cours depuis 2023  

    Porte d'entrée océanique de l'Afrique de l'Ouest , limitrophe par voie terrestre de cinq États, un des pionniers d'une tentative fédéraliste postcoloniale , avant-centre contre la balkanisation du continent africain accédant à l'indépendance par la tentative d'une organisation d'intégration sous le sceau du panafricanisme parlant à tous les Africains du globe, siège régional de nombreuses organisations internationales, fort d'un réseau diplomatique de 54 ambassades et consulats pour un pays en développement, le Sénégal a très tôt été imprégné par la conduite des affaires internationales. Rangée dans le domaine réservé du Président de la République, la gestion des affaires mondiales du Sénégal suivra une trajectoire façonnée par les divers Chefs d'Etat sénégalais successifs de Léopold Sedar Senghor en passant par Abdou Diouf pour déboucher sur Abdoulaye Wade et basculer sous Macky Sall. Placée sous le signe dit de la théorie des cercles concentriques avec des séries de pérégrinations par étapes en vue d'une « conquête du monde » , la politique extérieure du Sénégal suit depuis la décolonisation plusieurs variables influencées en cela par la marque personnelle des Présidents en exercice. Si Léopold Sedar Senghor, agrégé de grammaire française , développait une attirance particulière dans le maintien de relations privilégiées avec la France , un combat pour la diplomatie culturelle avec les vecteurs de la négritude et de la francophonie , son successeur Abdou Diouf , futur secrétaire de l'appareil de promotion de la langue française dans la lignée de son prédécesseur maintiendra les mêmes thématiques à quelques nuances près avec en sus de la gestion du voisinage bouillonnant , le temps de la construction unitaire continentale. L'alternance de 2000 avec Abdoulaye Wade, d'inspiration libérale jette les bases d'une véritable diplomatie économique avec l'exploration de terrains jusque-là inconnus, contestation du modèle des institutions internationales, tentatives de réforme de l'organisation continentale africaine derrière des allures d' « immediatiste ». Le Président Macky Sall, par une combinaison des deux types de vision, recourant donc à un modèle hybride de conduite de la politique extérieure du Sénégal a entendu développer le Plan Sénégal Émergent (PSE) envisagé comme référentiel de l'ensemble des politiques publiques sénégalaises dont fait partie la politique étrangère. La mobilisation de la diplomatie pour faire de Dakar, un véritable hub est envisagée à terme. Ainsi, dans le cadre de cette thèse, il s'agira suivant une approche globale basée sur l'analyse linéaire de la politique extérieure du Sénégal depuis la décolonisation de déterminer dans un premier temps le choix des partenaires retenus, évaluer la logique de « benchmarking » de Dakar suivant cela, un point sur les domaines de coopération couverts, le cadre ou canal emprunté selon une approche bilatérale ou multilatérale. Dans un second temps, la fabrique réelle de la politique extérieure Sénégal, le poids des institutions, l'influence d'idéologie (s) de type socialisme africain, libéralisme ou des théories des relations internationales, l'influence de l'opinion dans des dossiers tels que le conflit palestinien avec une forte population musulmane, le regain du panafricanisme faisant tache d'huile dans le périmètre seront aussi évalués. Enfin, il sera question de s'interroger sur l'existence d'une stratégie d'ensemble , d'un modèle sénégalais de gestion internationale ou d'un pilotage à vue dans la conduite des relations extérieures du Sénégal.

    Etty Rodolphe Ghauly Koffi, Les jeunes patriotes en Côte-d'Ivoire : sociologie politique d'un mouvement nationaliste, thèse soutenue en 2022 à Bourgogne FrancheComté, membres du jury : N'Guessan Julien Atchoua (Rapp.), Christophe Roux (Rapp.), Leila Lankarani El-Zein, Richard Banégas et Marie-Émmanuelle Pommerolle  

    La Côte d'Ivoire a vu émerger une nouvelle forme de mobilisation menée par des jeunes rassemblés au sein de la Galaxie patriotique, à partir de 2002. Notre étude voudrait comprendre les facteurs déclencheurs de cette mobilisation et sa portée symbolique pour les générations futures. L'ampleur des rassemblements de ce groupe, de 2002 à 2011, et les messages qu'il diffuse ont suscité notre intérêt. Si l'objet de cette recherche a d'abord été bâti sur une observation empirique des meetings de la Galaxie patriotique, nous tenterons d'approcher cette nouvelle génération politique à partir d'entretiens et de données documentaires.

    Privat Nsem medjoto, La territorialisation des politiques d'autonomie des personnes âgées et handicapées , thèse en cours depuis 2022  

    La question de l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap est devenue un enjeu majeur de notre société contemporaine en raison notamment de l'accroissement de la population vieillissante inhérent à l'allongement de la durée de vie et de l'augmentation du nombre de PSH induite par l'élargissement de la notion de handicap et la prise en compte de la diversité des situations de handicap. Ces deux publics ayant des besoins spécifiques, il y a une nécessité de mettre en place des politiques d'autonomie adaptées pour répondre à cette spécificité. C'est à juste titre que les politiques publiques se sont donc progressivement orientées vers une territorialisation de l'action publique en faveur de l'autonomie. En effet, cette territorialisation des politiques de l'autonomie en France s'inscrit dans le prolongement de celle de l'action publique en général et de l'action sociale en particulier engagée depuis environ trois décennies. Dans cette perspective, si cette politique d'autonomie fait intervenir une multitude d'acteurs hétérogènes, le département, acteur principal, se révèle comme le niveau territorial de référence pour sa mise en œuvre. Toutefois, la territorialisation de ces politiques d'autonomie n'est pas sans poser des défis importants pour les départements en raison d'une pluralité d'injonctions ambivalentes qui pèsent sur eux. Ceux-ci en effet, dans la perspective de répondre aux besoins des publics concernés, sont encouragés d'un côté, à mettre en place des politiques d'autonomie de proximité ambitieuses, innovantes et favorisant une prise en charge optimale et personnalisée de ces publics. Dans cette optique, ils doivent répondre aux besoins des PA et des PSH en termes d'autonomie, de qualité de vie et d'égalité d'accès aux services publics. D'un autre côté, les départements sont soumis à des contraintes budgétaires de plus en plus fortes c'est-à-dire à des impératifs de rationalisation des dépenses publiques et de maîtrise budgétaire, ce qui limite leur capacité d'action dans ces politiques. Par ailleurs, il leur incombe également la responsabilité, dans le cadre de ces politiques, de dynamiser la démocratie locale dans une approche inclusive. Cette situation qui peut parfois mener à une pluralité de tensions notamment en termes d'accès aux services et d'égalité territoriale, est particulièrement prégnante dans les départements de Bourgogne Franche-Comté (BFC), où la territorialisation des politiques d'autonomie des PA et PSH est confrontée à des enjeux socio-économiques, géographiques et démographiques spécifiques. Fort de la complexité de ce contexte, la présente thèse se propose d'apporter sa modeste contribution aux débats sur la territorialisation des politiques d'autonomie des PA et des PSH. Dans ce sens, elle va se focaliser sur la manière dont le département, en tant qu'échelon territorialement compétent de la mise en œuvre de cette politique publique, répond à ces injonctions ambivalentes et les conséquences qui en découlent. Elle prendra appui sur le cas des départements de BFC qui offre un terrain d'étude pertinent pour analyser les défis et les dilemmes auxquels cet acteur territorial est confronté.

  • Babak Ghaedi, L'accession par déclaration unilatérale à l'indépendance vue par le droit international, thèse soutenue en 2021 à Bourgogne FrancheComté sous la direction de Leila Lankarani El-Zein, membres du jury : Olivier Dubos (Rapp.), Christian Mestre (Rapp.), Nathalie Ros  

    L'accession à l'indépendance par déclaration unilatérale étant en soi un acte politique, elle constitue en toute logique un phénomène extra-juridique. Il n’en demeure pas moins qu’elle produit des effets juridiques à l’égard desquels le droit international ne peut rester indifférent.L’étude de l'accession unilatérale à l'indépendance lors des processus de décolonisation et de démembrement et aussi les déclarations unilatérales d’indépendance d’entité situées à l’intérieur d’État issu de la décolonisation et du démembrement, de même que les accessions par déclaration unilatérale hors décolonisation, permet d'y déterminer le rôle opérationnel, ou non, et le contenu des principes juridiques de droit international (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, intégrité territoriale, droit à la sécession, non-intervention, reconnaissance d’État) . Les positions étatiques semblent le plus souvent guidées par leurs intérêts particuliers, parfois au détriment du respect des normes de droit international. La question de la neutralité, ou non, du droit international dans l'accession à l'indépendance devient une question de degré.