Damien Thierry

Maître de conférences HDR
Droit public.
Faculté de Droit, d'Economie et des Sciences Sociales

Institut de recherche juridique interdisciplinaire François Rabelais
  • THESE

    L'organisation des Nations Unies et le nouvel ordre mondial dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité internationales, soutenue en 1996 à Tours, sous la direction de Jean Rossetto 

  • Damien Thierry (dir.), Atteintes à l'environnement et santé, Société française pour le droit de l'environnement, 2020, 248 p. 

    Damien Thierry, Fabienne Labelle-Pichevin (dir.), Droit des sites et sols pollués: bilans et perspectives, L'Harmattan, 2018, Le droit aujourd'hui, 286 p. 

    Damien Thierry, Catherine Roche, L'essentiel des organisations européennes de coopération: OCDE, AELE, Conseil de l'Europe, OTAN, UEO, OSCE, Gualino éd., 2002, Les carrés, 84 p. 

  • Damien Thierry, Said Laribi, Gerben Keijzers, Oene van Meer, Sharon Klim [et alii], « HIV surveillance combining an assay for identification of very recent infection and phylogenetic analyses on dried spots », AIDS. Official journal of the international AIDS Society, 2017, n°3, pp. 407-416 

    Damien Thierry, Josiane Pillonel, Francis Barin, Syria Laperche, Pascale Bernillon [et alii], « Human immunodeficiency virus type 1 incidence among blood donors in France, 1992 through 2006: use of an immunoassay to identify recent infections », Transfusion, 2008, n°8, pp. 1567-1575 

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Emma Grassin, La démarche du parlement de Loire, un levier du changement de paradigme pour une planification territoriale écologique et participative ?, thèse en cours depuis 2023  

    A l'heure où les impacts du dérèglement climatique et de l'érosion drastique de la biodiversité sont de plus en plus visibles et leurs effets irréversibles, questionner, repenser et transformer nos manières de construire et de vivre le territoire s'imposent. C'est dans la perspective d'un changement de paradigme systémique lié aux enjeux environnementaux que naissent en parallèle d'une évolution classique du droit, des propositions innovantes pour impulser des réponses originales autour de ces enjeux. Parmi elles, la démarche du parlement de Loire porte l'idée d'un renversement de nos rapports au fleuve, appréhendé comme entité vivante, à travers quatre champs d'action : la reconnaissance de la personnalité juridique du fleuve, le dialogue inter-spécifique, la décolonisation des savoirs et la transformation des ingénieries territoriales. Initiée en 2019 par le POLAU - Pôle arts et urbanisme, la démarche est portée depuis par un collectif d'acteurs réunissant la Mission Val de Loire, la Maison des Sciences de l'Homme Val de Loire, l'Université Populaire pour la Terre de Tours, Ligere, Natexplorers, la Rabouilleuse et le POLAU. C'est par le prisme de cette démarche que ce travail de thèse se propose d'interroger la planification territoriale telle qu'elle existe. Elle représente un espace de décision où s'expriment et se jouent des arbitrages politiques déterminants pour nos sociétés à diverses échelles. Malgré les avancées du droit de l'environnement et son intégration renforcée, force est de constater que de nombreuses limites empêchent l'émergence de projets de territoires efficients et cohérents à l'échelle du bassin versant. Les documents de planification (SDAGE, SAGE, SRADDET, PCAET, SCOT, PLUi, etc.) sont par essence des supports et des modes d'expression de partis pris décisifs à moyen et long terme. Ils ont la capacité de réguler, cadrer et orienter les activités humaines, les destinations et les usages des sols. Du transport, à l'habitat, en passant par l'offre de service, l'emploi, la santé, l'eau, l'énergie, l'agriculture et d'autres encore, la planification territoriale est marquée par une grande transversalité. Cette transversalité fait des documents de planification un terrain propice pour penser des transformations systémiques en matière d'enjeux environnementaux. Pourtant, elle est aussi source d'une grande complexité et de conflits d'articulations et de cohérences des objectifs poursuivis. Au-delà de cette complexité de fond, les documents de planification sont souvent mal perçus (manque de lisibilité générale et densité), mal vécus (contrainte et mille-feuille juridique) et peu appropriés (relégués aux sphères technico-politiques). Cette thèse a pour ambition de mettre en perspective, à l'aune du parlement de Loire, une analyse critique des contenus (cadre juridique, place du fleuve), des articulations (hiérarchie des normes, périmètres et cohérence territoriale), des gouvernances (représentations des intérêts et participation) et des processus d'élaboration de projets de territoires (enjeux, outils et règles). Il s'agira ensuite de proposer les pistes opérationnelles d'un renouvellement des concepts et des pratiques pour une planification territoriale « environnementale et participative ». La démarche du parlement de Loire est porteuse d'une méthodologie et d'une boîte à outils singulière mêlant arts-sciences-territoires dans une dynamique de décloisonnement. Nous évaluerons en quoi cette approche est un levier de transformation des méthodes et plus largement du droit de la planification territoriale, à l'aune des outils juridiques existants. Nous explorerons les possibilités d'en faire naître de nouveaux en opérant un focus autour des démarches artistiques et culturelles comme levier d'émergence de projets de territoires renouvelés.

    Kamal El mahdaoui, Les relations Maroc-Union européenne dans le sillage de 'la Nouvelle Politique Européenne de Voisinage', thèse en cours depuis 2021  

    Les relations maroco-européennes ont été marquées par une croissante évolution et progrès depuis la signature et l'entrée en vigueur de l'Accord d'Association (2000), l'adhésion du Maroc à la Politique Européenne de Voisinage (2005), l'octroi au Maroc du 'Statut Avancé' (2008) et l'engagement du Maroc sur le plan régional à travers 'le Processus de Barcelone' (1995) et plus tard 'l'Union pour la Méditerranée (2008). Toutefois, il faut retenir que ces relations évoluent dans un contexte régional caractérisé par de constantes mutations et des enjeux géopolitiques importants , mettant à l'épreuve les relations entre l'Union européenne et son voisinage sud-méditerranéen, et notamment les relations maroco-européennes. Sur ce registre, le 'Printemps Arabe' a été un important défi poussant l'Union européenne à revoir les fondamentaux de sa relations avec son voisinage en adoptant en novembre 2015 sa 'Nouvelle Politique Européenne de Voisinage et à adopter en 2021 'le Nouvel Agenda pour la Méditerranée' où le Maroc est appelé a jouer pleinement son rôle de pilier régional et de partenaire stratégique pour l'Union européenne afin de tracer la voie à un avenir commun.

    Thuany De moura costa vargas lopes, Démocratie participative locale et la ville durable , thèse en cours depuis 2019 en co-direction avec Patrick Mozol  

    L'objectif principal de la recherche est d'analyser dans une perspective comparative le rôle de la démocratie participative dans la promotion de la ville durable. Plus précisément, la thèse fait référence à l'importance de la participation sociale pour la promotion du développement durable dans les villes. La pertinence de cette thèse est présente depuis les urgences environnementales actuelles à la suite des impacts environnementaux négatifs causés au cours des siècles. Elle part de l'hypothèse qu'un dialogue actif entre les différents acteurs de la société favorise une ville durable, dans laquelle les choix sont partagés et les réalités socio-économiques prises en compte. Parallèlement, s'appuyant sur des instruments historiques de concertation et de décision en matière d'environnement, la recherche d'une ville durable vis-à-vis de l'environnement est devenue un moteur pour une démocratie plus participative. C'est donc sur la base de cette interaction entre ville durable, environnement et démocratie que la recherche se développera.

  • Meï-Line Le Goueff-Duong, Le droit du développement durable comme facteur de développement différencié des états : de la théorie aux pratiques., thèse soutenue en 2019 à Poitiers sous la direction de Marie-Béatrice Lahorgue, membres du jury : Catherine Roche (Rapp.), Philippe Lagrange et Jean-François Brakeland  

    Despite the crisis in the global economy, politics and social-environment between the developed countries and thedeveloping countries, sustainable development law is a potential instrument that can manage to resolve disputesbetween countries of the North and countries of the South, and reconcile economic development with environmentalmatters. Consolidation of sustainable development law that was undertaken by the Stockholm Conference in 1972 andthe Rio Conference in 1992 has also had an impact on social and environmental justice. Indeed, it promotes a doublesynergy between the protection of the environment, the economic development and State action. In this regards, theintegrative function and the conciliatory function lead to the universal recognition and the affirmation of sustainabledevelopment law at international, national and regional level, especially within the international institutions and the legalcorpus including economic and social rights (i.e. Human Rights). Numerous treaties, constitutional and legislativeprovisions have been integrating sustainable development. The recognition of sustainable development law represents asignificant change to the current legal system guarantied by consistency, rationality, autonomy and structured inhierarchical layers. However, the emergence of sustainable development law and its recognition raised concern,questions and controversy about its legal prospect, sophisticated governance and structural limits due to theproliferation of sustainable development standards and the growing number of complex institutions. Besides, differingpractices between States point to the need to consider whether there is a genuine joint will of both developed countriesand developing countries to create a new paradigm which can reconcile environment protection with economicdevelopment. Thus raising the question whether sustainable development law is able to fulfil its function as aconciliator and to strike a balance between environmental, socio-economic issues to both developed and to developingcountries. Furthermore, the affirmation of sustainable development law at the international, regional and national levelrequires relevant law implementing and enforcement strategies for respecting, protecting and ensuring full enjoyment ofsustainable development law. It can help to address the issue of effectiveness and implementation. It also encourageswider participation of concerned public and private actors, NGO, decentralized authorities as well as of InternationalOrganization in the development of standards and its implementation and enforcement. Finally, the necessary legal,procedural and technical guarantees should be ensured in order to guarantee full compliance with sustainabledevelopment standards and to avoid a legitimacy crisis of sustainable development as well as a rupture of diplomaticrelations.

    Marianne Hanna Azar, La prolifération des menaces contre la paix et les nouveaux aspects de la capacité de sanction et de répression de la société internationale contemporaine, thèse soutenue en 2015 à Poitiers sous la direction de Marie-Béatrice Lahorgue, membres du jury : Syméon Karagiannis (Rapp.), Catherine Roche  

    Les conflits armés internationaux ne sont plus les seules menaces pour la paix et la sécurité internationales. Les violations des droits de l'homme commises lors de conflits armés internes, le terrorisme, les atteintes à l'environnement et la prolifération nucléaire sont également des menaces pour la paix. La capacité de sanction et de répression de la société internationale contemporaine est elle adaptée à ces menaces actuelles, en particulier par la mise en œuvre du chapitre VII de la Charte des Nations unies ? L'institution de juridictions pénales internationales et notamment d'une Cour pénale internationale afin de juger les individus responsables des crimes internationaux les plus graves n'est elle pas censée aussi jouer un rôle dans la prévention des conflits et la préservation de la paix ? La complémentarité entre les compétences du Conseil de sécurité et celles des juridictions pénales internationales devrait ainsi assurer une paix durable. Toujours est il que cette paix convoitée demeure précaire ; la capacité de sanction et de répression de la société internationale contemporaine souffrant de limites et d'obstacles qui réduisent considérablement sa portée.