AVANT : quelles sont les conditions pour réussir une licence en droit ?

Quel profil pour faire du droit ?

Quel profil pour faire du droit ?

Souvent décrites comme exigeantes, les études juridiques requièrent rigueur et méthode.
Pour réussir sa première année, il est souhaitable de posséder certaines qualités :
- maîtrise de la langue de la langue orale et écrite et une aptitude à la rédaction
- Une réelle motivation
- Une bonne culture générale
- Une sensibilité à la rigueur méthodologique
- goût pour le raisonnement
- curiosité intellectuelle
- motivation et aptitude à l’autonomie

Certaines facultés peuvent avoir des exigences supplémentaires comme un bon niveau en langue par exemple.

>>> En savoir plus sur les attendus

Quel bac pour faire du droit ?

Les titulaires du bac ES sont les plus nombreux puisqu’ils représentent à eux seul 45,2% des effectifs. Le reste des étudiants viennent principalement de la filière L (18,6%) et S (16,4%)*.
Les bacheliers généraux ont un meilleur taux de réussite. Les bacheliers technologiques et a fortiori professionnels sont moins bien préparés à des enseignements théoriques et à une approche parfois conceptuelle. S’ils sont motivés, ils pourront suivre une mise à niveau ou un accompagnement spécifique dans le cadre de l’accueil des « oui si ».
Dans le cadre de la réforme du baccalauréat général, aucune spécialité n'est absolument nécessaire pour entreprendre des études de droit. En revanche, si votre projet d'orientation est suffisamment avancé au moment d'entrer en 1ere, vous pourrez utilement choisir parmi la liste suivante : Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques ; Humanités, littérature et philosophie, Langues, littératures et cultures étrangères ; Littérature, langues et cultures de l'Antiquité ; Sciences économiques et sociales.
*Source : Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche – 2018.

Comment savoir si on va « accrocher » alors que sauf exception, on ne fait pas de droit au lycée ?

Ce n’est pas tout à fait vrai. En histoire, en instruction civique, certains apprentissages relèvent de l’organisation de la société et de la régulation des comportements qui sont appréhendés par le droit. Plus encore, en français (notamment du siècle des lumières) ou en philosophie, de nombreuses notions ont une porte juridique.
Si vous êtes dans la section littéraire, suivez l’option DGEMC. C’est une bonne entrée en matière.
Assistez au JPO dans les universités et si possible assistez à un ou deux cours d’amphithéâtre. Vous pourrez plus facilement vous projeter.
Faites le test d’auto évaluation (obligatoire pour valider un choix de licence en droit sur ParcourSup). Si vous y êtes très à l’aise, c’est bon signe.
Utilisez la plateforme DECID! ouverte tout l’été pour découvrir et vous familiariser avec le contenu de quelques enseignements de base et posez des questions à des étudiants sur le forum.

PENDANT : comment se déroule la licence en droit ?

Programme

La licence en Droit a pour objectif  de permettre à l’étudiant d’acquérir des connaissances générales en droit et de méthodologie propre aux juristes.
En raison de la diversité des matières complémentaires abordées dans le champ des sciences humaines et sociales (science politique, sociologie, relations internationales, économie, comptabilité…)  et de ses exigences en terme de maîtrise de l’écrit, elle atteste d’un bon niveau de culture générale qui permet aussi de poursuivre des études dans de nombreux domaines. La licence mention droit est un diplôme national mais chaque faculté à son propre programme et ses propres parcours.
Mais en principe, le socle commun en L1 et L2 est constitué d’enseignements disciplinaires de base :
-     en droit privé : introduction au droit civil, droit de la famille et des personnes, droit des contrats, droit pénal et procédure pénal…
-    en droit public : droit constitutionnel, droit administratif, finances publiques, droit fiscal, droit international et européen…
-    en histoire du droit et des institutions
L’acquisition du vocabulaire juridique et de la méthodologie se fait par le biais d'exercices totalement nouveaux : l'étude de cas, le commentaire d'arrêt ou la dissertation juridique. Ce socle est complété par des enseignements d’ouverture qui peuvent être :
-    la sociologie politique
-    les relations internationales
-    les langues étrangères
-    l’économie et gestion
-    l’informatique En L3, les options sont plus nombreuses. L’étudiant se spécialise dans le droit privé, le droit public, le droit de l’entreprise ou encore le droit européen et international en fonctions des parcours offerts par sa faculté. Le choix de ce parcours, sans être déterminant, peut avoir une incidence sur la poursuite d’études.
Certaines facultés proposent aux étudiants d'effectuer un stage et/ou une année à l’étranger le plus souvent dans le cadre des programmes d’échange Erasmus.

>>> Consulter des exemples de cours

Vie de classe et charge de travail

En première année, un étudiant suit 25 à 30h de cours par semaine auxquelles s’ajoute un important travail personnel (environ 15h par semaine).
Les enseignements s’articulent en cours magistraux et travaux dirigés en groupes généralement d’une trentaine d’étudiants.
Contrairement au lycée, les élèves sont peu encadrés. Ils doivent apprendre à être autonomes et à travailler seuls. Ceci étant, un tutorat d’accueil et d’accompagnement méthodologique est organisé à l’intention des étudiants de L1.

Diplôme et validation

La Licence se déroule sur 6 semestres répartis sur 3 ans (L1, L2, L3) et correspond à un total de 180 crédits européens ECTS. La licence est délivrée sous réserve d’avoir validé ces 180 ECTS. Diplôme reconnu au niveau européen (LMD), à bac+3.
Les étudiants sont évalués sous forme de partiels, mais aussi en contrôle continu (TD). Parcours spécifiques, sélectifs et doubles-diplômes.
La plupart des établissements proposent aussi des formations sélectives, permettant aux meilleurs lycéens d’approfondir en plus certaines matières dans le cadre des « collèges de droit » ou de diplômes d’université adossés à la licence : langue renforcée, droit international, histoire de l’art, management…
Dans d’autres cas, il s’agit plus radicalement de double licence ; droit-langue, droit-économie, droit-philosophie, voire droit-sciences.

>>> Trouver une licence en Droit et science politique près de chez vous

APRES : quels débouchés avec une licence en droit ?

Poursuite en Master

Le licencié souhaitant devenir un professionnel du droit sera amené en général à poursuive 2 ans de formation selon un dispositif de spécialisation progressive au sein de nombreuses mentions de masters juridiques. Chaque université ne les propose pas, ce qui peut nécessiter une certaine mobilité géographique en M1 ou en M2 car la diversité des parcours est encore plus importante en 5è année.
Ceux qui voudront intégrer une profession d’auxiliaire de justice devront encore passer un ou deux ans dans une école professionnelle. Certains masters sont proposés en alternance, ce qui permet de financer ses études tout en facilitant son insertion professionnelle Liste non exhaustive des mentions de master en lien avec le droit :
•    Administration publique
•    Droit
•    Droit administratif
•    Droit civil
•    Droit comparé
•    Droit privé
•    Droit public des affaires
Trouver une formation en droit•    Droit des affaires
•    Droit bancaire et financier
•    Droit de la propriété intellectuelle
•    Droit fiscal
•    Droit des assurances
•    Droit notarial
•    Droit du patrimoine
•    Droit de l'immobilier
•    Droit social
•    Droit de l'entreprise
•    Droit des collectivités territoriales
•    Droit pénal et sciences criminelles
•    Droit de la santé
•    Droit de l'environnement et de l'urbanisme
•    Droit européen
•    Droit international
•    Finances publiques
•    Droit constitutionnel
•    Droit des libertés
•    Droit public
•    Droit de l'économie
•    Droit du numérique
•    Histoire du droit et des institutions
•    Justice, procès et procédures

Formation en vue d’une insertion professionnelle rapide

- les concours administratifs
La plupart sont ouverts à bac +3 mais bien souvent exigent un  niveau supérieur, d’autres, comme le concours de commissaire de police ou de magistrat nécessitent même un niveau master.
Liste non exhaustive de concours accessible à partir d’études de droit :
•    Commissaire de police (Master 2)
•    Officier de police
•    Inspecteur des douanes
•    Inspecteur des impôts
•    Magistrat (Bac + 4)
•    Magistrat administratif
•    Commissaire dans les armées
•    Directeur des services pénitentiaires
•    Greffier
•    Greffier en chef
•    Juriste de collectivité territoriale : attaché territorial
•    Juriste de collectivité territoriale : rédacteur territorial
•    Lieutenant de sapeur- pompier profession
•    Postes d’ITRF
•    ENA
•    IRA

- Les licences professionnelles (accessible dès la L2).
Certaines sont proposées en alternance, ce qui permet de financer ses études tout en facilitant son insertion professionnelle. Liste non exhaustive des mentions en lien avec le droit :
•    Activités juridiques : assistant juridique
•    Activités juridiques : contentieux et recouvrement
•    Activités juridiques : marchés publics - métiers de l'achat public
•    Activités juridiques : métiers du droit de l'environnement
•    Activités juridiques : métiers du droit des sociétés
•    Activités juridiques : métiers du droit des transports
•    Activités juridiques : métiers du droit de l'immobilier
•    Activités juridiques : métiers du droit privé
•    Activités juridiques : métiers du droit public
•    Activités juridiques : : métiers du droit social
•    Assurance, banque, finance : chargé de clientèle
•    Assurance, banque, finance : supports opérationnels
•    Métiers de l'immobilier : gestion et administration de biens
•    Métiers de l'immobilier : gestion et développement de patrimoine immobilier
•    Métiers du notariat
•    Métiers des administrations et collectivités territoriales

- Evolution vers des carrières non directement juridiques : il existe de nombreuses passerelles notamment vers :
•    IEP
•    Ecoles de commerce ou de management, généralistes ou spécialisées,
•    Ecoles de communication ou de journalisme
•    Ecoles dans les métiers de l’immobilier ou de la banque

>>> Découvrir les métiers du droit