Les attendus sont les connaissances et les compétences nécessaires pour réussir dans chaque filière de l’enseignement supérieur.
Pour une même formation, les attendus sont communs dans toute la France (cadrage national). Ils peuvent être complétés en fonction des spécificités de chaque formation.
Les attendus sont destinés à vous renseigner au mieux sur les formations pour lesquelles vous souhaitez formuler des vœux, à vous permettre de faire des choix éclairés, en connaissant mieux les formations qui vous intéressent, et à vous aider à trouver votre voie et mieux vous accompagner vers la réussite.

Vous trouverez ci-après une explicitation des attendus de la licence en droit, tels qu’ils figurent sur Parcoursup.

 

« Savoir mobiliser des compétences d’expression écrite et orale qui témoignent de qualités rédactionnelles et oratoires »

Le Défenseur, Honoré DAUMIER © Photo RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, de la maîtrise de la langue française, écrite et orale, par le candidat. Le droit est une discipline où les qualités oratoires (la « plaidoirie ») et les qualités rédactionnelles (rédaction de courriers, d’actes juridiques, etc.) sont fondamentales. La précision qu’appelle le raisonnement juridique implique que le candidat maîtrise, ab initio, les fondamentaux de la langue. (Description de l'attendu sur Parcoursup).

Que signifie cet attendu ? Bien sûr, vous savez tous parler et écrire la langue française ! Néanmoins, certains sont plus à l’aise que d’autres avec les mots. Certains d’entre vous font beaucoup de fautes d’orthographe, d’autres ne maîtrisent pas la ponctuation… L’objectif est de vous faire comprendre que de trop graves lacunes dans la maîtrise de la syntaxe, de la grammaire et de l’orthographe françaises peuvent rendre plus difficile la réussite en licence de droit.

Pourquoi ? Parce que le droit est une discipline où la rigueur et la précision sont essentielles. Il suffit parfois d’une infime erreur pour changer totalement le sens d’un texte juridique. Considérez cet exemple, proposé par le site Neoprofs. Seule la ponctuation change, et pourtant le responsable de l‘accident n’est plus nécessairement le même !

  • Version 1 : L’automobiliste roulait en ville, à faible allure, à droite. Survint un cycliste qui traversa la rue sans avoir regardé. L’automobiliste sentit le danger. Le choc était inévitable.
  • Version 2 : L’automobiliste roulait en ville. A faible allure, à droite, survint un cycliste qui traversa la rue. Sans avoir regardé, l’automobiliste sentit le danger. Le choc était inévitable.

Tout au long de vos études de droit, et évidemment ultérieurement comme professionnel du droit, vous devrez savoir utiliser la langue française pour exprimer très exactement ce que vous voulez dire. Des bases correctes sont nécessaires, car à la Faculté de droit, vous n’aurez plus de cours de français. Cette compétence est supposée acquise. Elle sera utilisée quotidiennement pour rédiger des dissertations, des commentaires d’arrêts ou des cas pratiques.

 

« Disposer d’aptitudes à la compréhension, à l’analyse et à la synthèse d’un texte »

Tribunal des conflts Source gallica.bnf.fr / BnF

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à « comprendre » l’écrit. La formation en Licence de droit requiert en effet l'analyse combinée de nombreuses sources juridiques (constitutions, lois, règlements, textes internationaux, jurisprudence, doctrine) qu’il faut pouvoir comprendre, mettre en perspective et éventuellement critiquer sur la base d’un raisonnement juridique. (Description de l'attendu sur Parcoursup).

L’étude du droit requiert de nombreuses lectures. Bien sûr, il vous faudra vous plonger dans les sources du droit : la constitution, les conventions internationales, les lois, les règlements ou encore les décisions de justice. Avant cela, vous consulterez sans doute des manuels, ainsi que des articles dans lesquels des juristes chevronnés auront exposé des théories et développé des analyses qui vous aideront à comprendre les sources, leur contexte, leurs qualités et leurs défauts. Sur un même sujet, vous pourrez être confrontés à des textes multiples : tel décret complétant telle loi, il faut être en mesure de lire loi et décret de façon combinée pour comprendre leur portée réelle ; tel auteur contestant la thèse de tel autre, il faut pouvoir comprendre en quoi ils s’opposent. Ainsi, il est important, pour aborder des études de droit dans de bonnes conditions, de savoir lire et comprendre un texte, même relativement complexe. C’est une base indispensable pour appréhender les exercices qu’il vous sera demandé de réaliser à la Faculté de droit, et dont le degré de difficulté ira croissant avec le temps et l’expérience : fiche d’arrêt, commentaire d’article, commentaire d’arrêt, note de synthèse…

 

« Disposer d’aptitudes à la logique et au raisonnement conceptuel »

Image Concept

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à produire une argumentation structurée, même relativement simple, et à raisonner sur des concepts. La formation en Licence de droit requiert en effet une certaine capacité d'abstraction, de logique formelle et de déduction. (Description de l'attendu sur Parcoursup).

Le droit est une discipline où la logique tient une place essentielle. Très rapidement après votre entrée en Faculté de droit, on vous demandera de comprendre les raisonnements logiques réalisés par d’autres, en particulier les juges, qui appliquent notamment le fameux « syllogisme juridique ». Non moins rapidement, on attendra de vous que vous puissiez réaliser des raisonnements déductifs simples, puis progressivement plus complexes. A minima, on exigera que vous sachiez structurer votre argumentation en l’organisant selon un plan logique.

Naturellement, c’est à la Faculté de droit que vous apprendrez les arcanes de la logique juridique. Mais si vous avez un esprit rigoureux et ordonné, si vous avez démontré au lycée votre capacité à rédiger un plan structuré dans certaines disciplines comme la philosophie ou l’histoire-géographie, ou votre compétence pour résoudre des équations complexes en mathématiques, vous avez sans doute des qualités logiques qui vous aideront à réussir dans vos études de droit.

 

« Pouvoir travailler de façon autonome et organiser son travail »

Etudiants dans un amphithéâtre

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à travailler de façon autonome. La formation en Licence de droit laisse en effet une place substantielle à l’organisation et au travail personnel. L’encadrement est souple : seule une partie limitée des enseignements est obligatoire et donne lieu à des rendus obligatoires de travaux (les travaux dirigés). (Description de l'attendu sur Parcoursup).

A la Faculté de droit, les « cours magistraux » constituent une part essentielle des enseignements que vous suivrez. Le professeur dispense son cours et répond à vos questions. S’il attend de vous un travail régulier, il ne contrôle pas, en revanche, ce travail : il ne vérifie pas si vous notez convenablement le cours, il ne vous interroge pas pour vérifier si vous l’avez appris, il ne vous demande pas de rendre des exercices, il n’organise pas de contrôles de connaissances réguliers. Il est pourtant essentiel que vous fassiez toutes ces choses par vous-même, si vous voulez réussir vos examens en fin de semestre. Il faut donc non seulement faire preuve de discipline personnelle, mais aussi de capacité à organiser son travail. Les premières années, les cours magistraux seront cependant complétés par les « travaux dirigés » : dispensés en groupes plus restreints, ces enseignements se rapprochent un peu de ce que vous avez connu au lycée. Vos enseignants suivent de plus près votre travail, vous donnent des exercices réguliers et organisent des interrogations et contrôles pour vous permettre de vérifier si les connaissances et compétences sont acquises.

 

« Etre ouvert au monde et disposer de connaissances linguistiques »

Drapeaux UE

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, que l’étudiant ait un niveau suffisant de compétences dans au moins une langue vivante étrangère, notamment l’anglais. La formation en Licence de droit s’inscrit en effet nécessairement dans un contexte juridique européen et global qui implique, au cours du cursus, d’étudier d’autres systèmes juridiques que le système national, qui sont le plus souvent en langue étrangère. (Description de l'attendu sur Parcoursup).

L’idée que le juriste s’occupe principalement, voire exclusivement, « de ce qui se passe en France », est encore très répandue. Bien sûr, chaque Etat développe ses propres règles de droit qui s’appliquent sur son territoire. Le juriste français travaille donc principalement à partir du droit français. Mais il est cependant confronté, au quotidien, à d’autres systèmes juridiques. Il doit maîtriser, naturellement, le droit européen, qui constitue aujourd’hui une source majeure du droit français. Il doit connaître et comprendre le droit international, qui fixe les limites dans lesquelles se développe le droit français. Enfin, dans un monde largement interconnecté, il ne peut ignorer les spécificités des systèmes juridiques étrangers. Pour appréhender des études de droit dans de bonnes conditions, il est donc tout d’abord souhaitable d’avoir un minimum de culture « internationale » : connaître quelques éléments de géographie ; avoir une idée au moins générale des grands équilibres géopolitiques ; savoir quelles sont les principales évolutions historiques qui expliquent l’organisation mondiale actuelle. Il est ensuite recommandé d’avoir un niveau suffisant dans au moins une langue vivante étrangère, en particulier - mais pas exclusivement - l’anglais. Cette compétence permettra notamment à l’étudiant d’accéder à d’importantes informations qui ne sont pas toujours traduites en langue française.

 

« Etre intéressé par les questions historiques, sociétales et politiques »

Installation du Conseil d'Etat au palais du Petit-Luxembourg, le 25 décembre 1799 de Couder Louis Charles Augustet

Cet attendu marque l’importance, pour la filière juridique, que le candidat ait un niveau minimum de curiosité pour la société et le monde qui l’entourent. Le droit ne peut en effet être étudié indépendamment des réalités humaines, sociales et politiques auxquelles il s’applique. (Description de l'attendu sur Parcoursup).

Le droit fait partie des « sciences sociales », qui sont les sciences qui ont pour objet l’étude de la société. Le droit contribue en effet à organiser la société, en définissant les règles qui régissent les rapports entre individus. Il est un outil essentiel de mise en œuvre des politiques publiques. Faire du droit, c’est s’intéresser à la société, et donc la connaître un tant soit peu. Une bonne connaissance de l’histoire de la France, de sa culture, mais aussi des grands débats contemporains qui la mobilisent, constitue une base solide pour entamer des études de droit dans de bonnes conditions.