Portail universitaire du droit

Histoire du droit

Retrouvez la liste des parutions et manifestations sur ce même sujet :
  • Parutions

    Homicide Justified

    Homicide Justified

    Homicide Justified

    The Legality of Killing Slaves in the United States and the Atlantic World

    Andrew T. Fede

    Édition : 2017

    ISBN: 978-0-8203-5112-4

    Coll. Southern Legal Studies, 336 pages

    Présentation de l'éditeur

    This comparative study looks at the laws concerning the murder of slaves by their masters and at how these laws were implemented. Andrew T. Fede cites a wide range of cases—across time, place, and circumstance—to illuminate legal, judicial, and other complexities surrounding this regrettably common occurrence. These laws had evolved to limit in different ways the masters’ rights to severely punish and even kill their slaves while protecting valuable enslaved people, understood as “property,” from wanton destruction by hirers, overseers, and poor whites who did not own slaves.

    To explore the conflicts of masters’ rights with state and colonial laws, Fede shows how slave homicide law evolved and was enforced not only in the United States but also in ancient Roman, Visigoth, Spanish, Portuguese, French, and British jurisdictions. His comparative approach reveals how legal reforms regarding slave homicide in antebellum times, like past reforms dictated by emperors and kings, were the products of changing perceptions of the interests of the public; of the individual slave owners; and of the slave owners’ families, heirs, and creditors.

    Although some slave murders came to be regarded as capital offenses, the laws consistently reinforced the second-class status of slaves. This influence, Fede concludes, flowed over into the application of law to free African Americans and would even make itself felt in the legal attitudes that underlay the Jim Crow era.

    Andrew T. Fede is a law partner of Archer & Greiner, P.C., based in New Jersey, and, since 1986, has been an adjunct professor of law at Montclair State University. He is the author ofRoadblocks to Freedom: Slavery and Manumission in the United States South andPeople without Rights: An Interpretation of the Fundamentals of the Law of Slavery in the U.S. South.

  • Parutions

    Inventing American Exceptionalism

    Inventing American Exceptionalism

    Inventing American Exceptionalism

    The Origins of American Adversarial Legal Culture, 1800-1877

    Amalia D. Kessler

    Édition : 2017

    ISBN: 978-0-3002-2225-8

    Présentation de l'éditeur

    When Americans imagine their legal system, it is the adversarial trial—dominated by dueling larger-than-life lawyers undertaking grand public performances—that first comes to mind. But as award-winning author Amalia Kessler reveals in this engrossing history, it was only in the turbulent decades before the Civil War that adversarialism became a defining American practice and ideology, displacing alternative, more judge-driven approaches to procedure. By drawing on a broad range of methods and sources—and by recovering neglected influences (including from Europe)—the author shows how the emergence of the American adversarial legal culture was a product not only of developments internal to law, but also of wider socioeconomic, political, and cultural debates over whether and how to undertake market regulation and pursue racial equality. As a result, adversarialism came to play a key role in defining American legal institutions and practices, as well as national identity.

    Amalia D. Kessler is the Lewis Talbot and Nadine Hearn Shelton Professor of International Legal Studies at Stanford University and winner of the American Historical Association’s J. Russell Major Prize for A Revolution in Commerce.

    464 pages

  • Manifestation scientifique

    Le mariage dans l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à nos jours

    Le mariage dans l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à nos jours

    Le mariage dans l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à nos jours

    jeudi 21 septembre 2017
    Lieu de la manifestation :

    Athènes - Grèce
    Athènes - Grèce

    Organisé par Fabrice Boudjaaba, CNRS / CRH, Eugenia Bournova, NKUA /Department of Economics, Michaël Gasperoni, CNRS / CRM, Vincent Gourdon, CNRS / CRM et Olga Katsiardi-Hering, NKUA / Department of History and Archaeology

    Les sessions du matin auront lieu à la National and Kapodistrian University of Athens
    L’après-midi, elles se tiendront à la Faculté d’économie de l’Université d’Athènes

     

    Présentation

     

    Dans le cadre de cette rencontre internationale, nous nous proposons d’aborder l’histoire du mariage dans les pays du pourtour européen de la Méditerranée et de la Mer Noire, dans des perspectives comparatives et de longue durée, mêlant démographie historique, histoire de la famille, histoire sociale, histoire religieuse et politique, anthropologie historique du rituel de mariage ou encore histoire du droit. Le colloque s’articulera autour de quatre thématiques :

    Mariages civils vs mariages religieux

    La ritualisation du mariage

    Divorces et séparations

    Les mariages mixtes

     

    Programme

     

    Jeudi 21 septembre 2017

    (National and Kapodistrian University of Athens - 30, avenue Panepistimiou, amphithéâtre Argiriadis)

     

    9h30 : Accueil des participants

    9h45 : Introduction

     

    Mariages civils vs mariages religieux

    10h00 : The Byzantines between civil and sacramental marriage
    Katerina Nikolaou, National and Kapodistrian University of Athens

    "The Island of Love": wedding (civil) ceremonies of Middle-East nationals in the Republic of Cyprus
    Michela De Giacometti, EHESS

    11h30 : Pause-café

    11h45 : Des situations matrimoniales désespérées : étude des suppliques laïques adressées au cardinal Caprara (France, 1802-1808)
    Aïcha Salmon, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

    L’invention de la “préparation au mariage” dans l'Eglise catholique en France (1930-1960)
    Bruno Dumons, CNRS / LARHRA

    13h30 : Pause déjeuner

     

    La ritualisation du mariage

    (National and Kapodistrian University of Athens, Faculty of Economics - 11, rue Aristeidou, amphithéâtre Angelopoulos)

     

    15h00 : Contracting Marriage in Istria in the Late Medieval and Early Modern Periods : Customs and Usages
    Doblanović Danijela et Marija Mogorović Crljenko (Juraj Dobrila University at Pula

    Family or Institutions : Southern Italy’s Marriage and Customs in the XVIIIth and XIXth Centuries
    Angela Carbone, University of Bari Aldo Moro

    La dot du gendre : biens apportés en mariage par le lignage masculin et transformations sociales dans l’Archipel grec au XVIIIe siècle
    Eleftheria Zéi, University of Crete

    16h45 : Pause-café

    17h00 : Jewish Marriage Rituals during the Early Modern Period : A Mediterranean Perspective
    Roni Weinstein, Hebrew University of Jerusalem

    Jamila bat Yosef Harabun and Her Two Husbands : Betrothal and Marriage of Ottoman Jews in the Sixteenth Century
    Minna Rozen, University of Haifa

    Parrains, témoins et accompagnateurs aux mariages dans l’Espagne moderne. Une étude comparative
    Ofelia Rey Castelao, Universidad de Santiago de Compostela

    19h00 : Fin de la journée

     

    Vendredi 22 septembre 2017

    (National and Kapodistrian University of Athens - 30, avenue Panepistimiou, amphithéâtre Argiriadis)

     

    Divorces et séparations

    9h30 : Proving incest : Proof by witness in legal theory and the practice of Florentine marriage dispensations and divorces (1460-1540)
    Jasmin Hauck, Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt / Università Roma 3

    Divorcing in Naples under the Napoleon’s Civil Code (1809-1815)
    Domenico Rizzo, Università di Napoli “L’Orientale”

    Entre deux hommes, entre deux femmes : mariage, adultère et divorce à Zante à la fin du XVIIIe siècle
    Katerina Konstantinidou, National and Kapodistrian University of Athens

    11h15 : Pause-café

    11h30 : Couples unis et couples séparés : le mariage dans le diocèse de Dimitrias (Volos) à la fin du XIXe siècle
    Dina Moustani, University of Thessaly

    Le divorce en France et en Italie entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale
    Sandra Bree, Cristina Munno, Université Catholique de Louvain

    Renouveau de la religion en droit européen dérivé : exemple du règlement Bruxelles II bis à travers l’institution du mariage et sa dissolution
    Trouzine Belkacem, Université de Mascara

    14h00 : Pause déjeuner

     

    Les mariages mixtes

    (National and Kapodistrian University of Athens, Faculty of Economics - 11, rue Aristeidou, amphithéâtre Angelopoulos)

     

    15h30 : Les mariages mixtes à Venise autour du concile de Trente
    Jean-François Chauvard, Université Lyon 2

    Les mariages mixtes catholiques de Paris 1869-1909
    Vincent Gourdon, Cyril Grange, CNRS / CRM

    16h30 : Pause-café

    16h45 : Mobilité et Mariage mixte dans l’Europe du Sud-Est (XVIIIe et XIXe siècles)
    Constanta Vintila-Ghitulescu, New Europe College, Bucarest

    Badante o amante ? Représentation sociale d’un mariage "hors normes", dans l’Italie contemporaine
    Glora Paganini-Rainaud, Université de Nantes

    18h00 : Conclusions

     

     

    Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Parutions

    Taming the Past

    Taming the Past

    Taming the Past

    Essays on Law in History and History in Law

    Robert W. Gordon

    Édition : 2017

    ISBN: 978-1-3166-4400-3

    Coll. Studies in Legal History

    Présentation de l'éditeur

    Lawyers and judges often make arguments based on history - on the authority of precedent and original constitutional understandings. They argue both to preserve the inspirational, heroic past and to discard its darker pieces - such as feudalism and slavery, the tyranny of princes and priests, and the subordination of women. In doing so, lawyers tame the unruly, ugly, embarrassing elements of the past, smoothing them into reassuring tales of progress. In a series of essays and lectures written over forty years, Robert W. Gordon describes and analyses how lawyers approach the past and the strategies they use to recruit history for present use while erasing or keeping at bay its threatening or inconvenient aspects. Together, the corpus of work featured in Taming the Past offers an analysis of American law and society and its leading historians since 1900. 

    Robert W. Gordon is a Professor of Law at Stanford University, California. He was President of the American Society for Legal History in 2000–2, has served on several bar association committees and task forces devoted to reform of the profession, and has previously taught at the University of Wisconsin, Yale University, Connecticut, Harvard University Massachusetts and the University of Oxford. 

     

    Sommaire

    Introduction

    Part I. The Common Law Tradition in Legal Historiography

    1. The common law tradition in American legal historiography
    2. Holmes' common law as legal and social science

    Part II. Legal Historians

    3. James Willard Hurst, against the common law tradition - social-legal history's pioneer
    4. Hurst recaptured
    5. Morton Horwitz and his critics: a conflict of narratives
    6. The elusive transformation
    7. Method and politics: Horwitz on lawyers' uses of history
    8. E. P. Thompson's legacies
    9. Owen Fiss, the constitution of liberal order at the 'Troubled Beginnings of the Modern State'

    Part III. History and Historicism in Legal History and Argument

    10. Historicism in legal scholarship
    11. Critical legal histories
    12. The past as authority and social critic
    13. Taming the past: three lectures on history in legal argument
    14. Originalism and nostalgic traditionalism
    15. Undoing historical injustice.

  • Parutions

    The Foundations and Traditions of Constitutional Amendment

    The Foundations and Traditions of Constitutional Amendment

    The Foundations and Traditions of Constitutional Amendment

    Richard Albert, Xenophon Contiades, Alkmene Fotiadou

    Édition : 2017

    ISBN: 978-1-5099-0825-7

    Coll. Hart Studies in Comparative Public Law, 416 pages

    Présentation de l'éditeur

    There is growing interest in constitutional amendment from a comparative perspective. Comparative constitutional amendment is the study of how constitutions change through formal and informal means, including alteration, revision, evolution, interpretation, replacement and revolution. The field invites scholars to draw insights about constitutional change across borders and cultures, to uncover the motivations behind constitutional change, to theorise best practices, and to identify the theoretical underpinnings of constitutional change. 

    This volume is designed to guide the emergence of comparative constitutional amendment as a distinct field of study in public law. Much of the recent scholarship in the field has been written by the scholars assembled in this volume. This book, like the field it hopes to shape, is not comparative alone; it is also doctrinal, historical and theoretical, and therefore offers a multiplicity of perspectives on a subject about which much remains to be written. 

    This book aspires to be the first to address comprehensively the new dimensions of the study of constitutional amendment, and will become a reference point for all scholars working on the subject. The volume covers all of the topics where innovative work is being done, such as the notion of the people, the trend of empirical quantitative approaches to constitutional change, unamendability, sunrise clauses, constitutional referenda, the conventional divide between constituent and constituted powers, among other important subjects. It creates a dialogue that cuts through these innovative conceptualisations and highlights scholarly disagreement and, in so doing, puts ideas to the test. The volume therefore captures the fierce ongoing debates on the relevant topics, it reveals the current trends and contested issues, and it offers a variety of arguments elaborated by prominent experts in the field. It will open the way for further dialogue.

     

    Sommaire

    Introduction: The State of the Art in Constitutional Amendment
    Richard Albert

    I. Defining the Field
    II. The Architecture of Constitutional Amendment Rules
    III. Amendment as Constitution

    Part I: The Foundations of Constitutional Amendment

    1. Amendment Power, Constituent Power, and Popular Sovereignty: Linking Unamendability and Amendment Procedures
    Yaniv Roznai

    I. Introduction
    II. Unamendability and Constituent Power
    III. The Constitutionalisation of Primary Constituent Power
    IV. The Spectrum of Constitutional Amendment Powers
    V. Conclusion

    2. Constitutional Theory and Cognitive Estrangement: Beyond Revolutions, Amendments and Constitutional Moments
    Zoran Oklopcic

    I. Introduction: The Person of 'The People' and A Three-Fold Cognitive Estrangement
    II. Beyond 'The People': New Tropes, Old Anxieties
    III. Three Forms of Estrangement-prevention: Holmes, Pettit, Dworkin
    IV. Tertium Datur: Mapping Constitutional Change Between the Revolution and the Amendment
    V. Towards a Different Familiarity: 'The People', The Paradox and The Sacrifice

    3. Constraints on Constitutional Amendment Powers
    Oran Doyle

    I. Introduction
    II. A Doctrine of Unconstitutional Constitutional Amendments
    III. Constraint and Powers of Constitutional Change
    IV. The Types of Constraint on Constitutional Amendment Powers
    V. Distribution of Power and the Justification of Constraint
    VI. Justification of Constraints on Constitutional Amendment Powers
    VII. Conclusion

    4. Comment on Doyle's Constraints on Constitutional Amendment Powers
    Mark Tushnet

    5. Constituting the Amendment Power: A Framework for Comparative Amendment Law
    Thomaz Pereira

    I. Introduction
    II. Conclusion

    6. Sieyès: The Spirit of Constitutional Democracy?
    Luisa Fernanda García López

    I. Introduction
    II. Towards a Representative Democracy
    III. Towards a Constitutional Democracy
    IV. Conclusion

    7. Revolutionary Reform in Venezuela: Electoral Rules and Historical Narratives in the Creation of the 1999 Constitution
    Joshua Braver

    I. Introduction
    II. Carl Schmitt's Unfortunate Victory over Hannah Arendt in the Analysis of Popular Constitution-Making
    III. Hannah Arendt's Revolutionary Reform
    IV. Hugo Chávez's Radical and Original Constituent Power
    V. The Turning Point: The Electoral Rules for the Constituent Assembly
    VI. Radical Breaks and Exclusionary Mandates
    VII. Conclusion

  • Manifestation scientifique

    La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

    La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

    La confiance. Un dialogue interdisciplinaire

    vendredi 8 décembre 2017
    Lieu de la manifestation :

    Toulouse

    Organisé sous la direction de Aurore Gaillet, Nicoletta Perlo et Julia Schmitz

    Présentation

     

    Dès lors qu’elle renvoie à la possibilité de « se fier », à quelqu’un ou à quelque chose, la confiance est au cœur et au fondement des relations sociales, intéressant ce faisant la plupart des sciences sociales. Dans un contexte dominé par le constat partagé d’une « crise » de confiance / ou de défiance – dans la société, dans la démocratie, dans les hommes et les institutions politiques, dans le progrès, dans l’économie, etc. –, une interrogation croisant les analyses de différentes disciplines prend tout son sens.

    Si le juriste est interpellé par la problématique de la confiance en tant que « juriste dans la cité », il peut également y trouver un concept invitant à renouveler certains cadres classiques des droits constitutionnel, de l’environnement, de l’économie ou encore des finances.

    L’organisation d’une « journée d’étude interdisciplinaire » tend à poursuivre ce questionnement, en invitant des spécialistes de disciplines non juridiques à dialoguer avec des juristes. Les points de vue de la philosophie, de l’histoire, de la science politique et de l’économie seront ainsi mobilisés pour questionner la thématique commune de la confiance.

    Il s’agira notamment, d’une part, de se demander si la réflexion sur la confiance est en mesure de développer des outils aptes à renouveler certains cadres théoriques classiques ; d’autre part de s’interroger sur l’impact de ces réflexions théoriques sur le lien social, eu égard aux enjeux actuels.

     

    Programme prévisionnel

     

    Matinée

     

    9h00 : Accueil des participants

    9h15 : Introduction
    Aurore Gaillet, Professeur de droit public, UT1

    Nicoletta Perlo, Maître de conférences en droit public UT1

    Julia Schmitz, Maître de conférences en droit public, UT1

    9h45 : Philosophie et Droit
    Catherine Colliot-Thélene, Professeur émérite de philosophie, Université Rennes 2, membre de l’IUF
    Dialogue avec :
    Mathieu Carpentier, Professeur de droit public, Agrégé de philosophie, UT1

    10h45 : Histoire et Droit
    Claire Judde de La Rivière, Maître de conférences en histoire, Université Toulouse II
    Dialogue avec :
    Jean-Christophe Gaven, Professeur d’histoire du droit, UT1

    11h45 : Pause

    12h15 : Science politique et Droit
    Nonna Mayer, Directrice de recherche émérite au CNRS
    Dialogue avec :
    Wanda Mastor, Professeur de droit public, UT1

    13h15 : Déjeuner

     

    Après-midi

    Présidence : Olivier Brossard, Professeur de sciences économiques, Directeur de l’Institut de Sciences Po Toulouse

     

    14h45 : Économie et Droit
    Michel Aglietta, Professeur émérite de sciences économiques, Université Paris X, membre de l’IUF
    Dialogue avec les juristes
    Vincent Dussart, Professeur de droit public, UT1, spécialiste de droit fiscal et financier
    Lucien Rapp, Professeur de droit public, UT1, spécialiste de droit économique

    16h00 : Propos conclusifs
    Sidi Askofaré, Professeur en Psychopathologie, Psychanalyste, Université Jean Jaurès, Toulouse
    Julien Weisbein, Maître de conférences HDR en science politique, Science Po Toulouse

  • Parutions

    Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle)

    Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle)

    Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle)

    Elisabeth Lusset

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-5035-6765-5

    Présentation de l'éditeur

    Ce livre analyse les crimes commis à l’intérieur des monastères médiévaux (violences, homicides ou encore vols) et la manière dont les religieux criminels étaient corrigés tant par les abbés, les évêques, les chapitres généraux des ordres religieux que par les organes de la curie romaine. Il compare, à l’échelle de l’Europe, les établissements de moines, chanoines réguliers et moniales, qu’ils appartiennent à un ordre (Cluny, Cîteaux, Prémontré, Grande Chartreuse) ou à une nébuleuse moins définie sur le plan juridique (abbayes et prieurés de moines bénédictins ou de chanoines réguliers). En explorant le fonctionnement de la justice claustrale, les peines prescrites ainsi que les mécanismes de réconciliation des criminels, l’ouvrage éclaire sous un angle nouveau les processus de construction institutionnelle et de réforme des ordres religieux entre les XIIe et XVe siècles.

    Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers, agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, Élisabeth Lusset est chargée de recheche au CNRS. Elle travaille sur l’histoire comparée des ordres religieux et sur le gouvernement de l’Église médiévale.

    406 pages

     

    Sommaire

    Chapitre premier - Secreta ou detecta ? Instances de correction des religieux criminels et production documentaire

    A. La correction au sein du cloître

    1. Chapitre des coulpes et correction secrète des crimes
    2. Les instances en charge de la correction au sein du monastère

    B. La correction des criminels au sein des ordres religieux

    1. Exemption et souveraineté en matière disciplinaire
    2. Le chapitre général : instance législative et judiciaire suprême

    C. La correction des criminels par les évêques et les archevêques normands et anglais

    1. Les registres épiscopaux
    2. Le contrôle disciplinaire des monastères non exempts
    3. Le contrôle disciplinaire des monastères exempts

    D. La correction des religieux par le pape

    1. Le droit pontifical
    2. Les registres de la chancellerie et de la pénitencerie apostolique

    E. Pouvoirs laïques et discipline claustrale

    1. La collaboration des pouvoirs ecclésiastiques et laïques
    2. Une intervention croissante des juges laïques: les cas français et anglais

    Chapitre II - Procédures : dénoncer, enquêter et gracier

    A. Dénoncer les crimes au chapitre des coulpes

    B. Procédure lors des visites

    1. Enquête générale
    2. Enquêtes criminelles
    3. Abandon des charges, sentence ou purgation canonique

    C. Pétitionner le pape

    1. À quel organe pontifical recourir ?
    2. Le parcours des clercs réguliers et de leurs suppliques

    Chapitre III – Typologie des crimes et circonstances

    A. Typologie des crimes

    1. Les violences physiques et verbales
    2. Les homicides
    3. Le vol
    4. Les crimes de faux, d’incendie et de sorcellerie

    B. Lieux du crime

    1. Infraou extra septa
    2. Les espaces sacrés : l’église et le cimetière
    3. La salle capitulaire
    4. Le dortoir et les chambres
    5. Le cloître et le réfectoire

    C. L'heure du crime

    D. Crimes individuels ou collectif ?

    E. Les armes du crime

    1. Armes offensives
    2. Crimes de poison

    Chapitre IV – Mobiles du crime

    A. Des crimes sous influence : colère, vin et haine

    1. Ira et furore commotus
    2 . Inebriatus et potu repletus
    3. Per odium et rancorem motum

    B. L'accès aux charges claustrales

    C. Gestion et partage des biens

    D. Le gouvernement de la communauté monastique

    1. Les conflits entre « nations »
    2. Iuniores contre seniores
    3. Le convers pervers
    4. Le refus de l’autorité des supérieurs
    5. Correction et abus
    6. L’exercice trop autoritaire du pouvoir
    7. Régime de faveur

    E. Réformes

    1. Le topos du réformateur persécuté
    2. Les conflits de réforme au prisme des actes de la pratique

    F. La persistance du vieil homme

    1. Rhétorique de l’excuse
    2. Fama et vindicta
    3. A verbis ad verbera. Des insultes aux coups
    4. Maniement des armes
    5. Poids des solidarités familiales
    6. Une conversio morum en actes

    Chapitre V – L’eau de tristesse et le pain de douleur - Pénitences et peines

    A. Expulsion et/ou livraison au pouvoir séculier

    B. Excommunications

    1. Excommunicatio regularis et pénitences
    2. Excommunication canonique

    C. Transfert pro culpa

    1. Les buts du transfert pro culpa
    2. Les modalités du transfert pro culpa
    3. Résistances
    4. L’encadrement de l’usage du transfert pro culpa

    D. L’enfermement punitif

    1. Types d’enfermement
    2. Généralisation de la peine de prison au XIIIe siècle
    3. Conditions d’incarcération et perception de la peine

    E. Scandale et sévérité des peines

    Chapitre VI - Mélanger l’huile de miséricorde et le vin de la correction

    A. Mitigation les peines et réconciliation des criminels

    1. Des peines modulables
    2. La réconciliation des criminels apostats ou expulsés
    3. Réhabilitation

    B. Répartition et hiérarchisation des compétences en matière d’absolution et de dispense

    1. Le canon Si quis suadente et les modalités d’application de la réserve pontificale
    2. La potestas absolvendi et dispensandi épiscopale
    3. La potestas absolvendi et dispensandi au sein des monastères

    C. L’exercice de la miséricorde pontificale

    1. Crimes énormes ou ordinaires ?
    2. Pourquoi s’adresser à la pénitencerie apostolique ?

    D. Concilier rigueur et miséricorde

    1. Résistances des prélats aux injonctions de miséricorde
    2. Défense des prérogatives disciplinaires des chapitres généraux

  • Manifestation scientifique

    L’environnement méditerranéen. Confrontations internes

    L’environnement méditerranéen. Confrontations internes

    L’environnement méditerranéen. Confrontations internes

    Cycle de conférences 2017-2018 du Centre d’Etudes Internationales sur la Romanité
    jeudi 21 septembre 2017
    Lieu de la manifestation :

    La Rochelle

    Cycle de conférences sur le thème « L’environnement méditerranéen Confrontations internes » organisé par le Centre d’Etudes Internationales sur la Romanité de l’Université de La Rochelle

    21 septembre 2017

    De la romanité en Amérique ? Références culturelles dans les écrits des chroniqueurs péruviens métis (XVIème s.)
    Hadrien Chino

     

    26 octobre 2017

    Charles XI de Suède en quête de modèles politiques
    Jacques Bouineau

     

    7 décembre 2017

    Diversité ethnique, confrontations et symbioses culturelles en Mésopotamie au 3e millénaire
    Camille Lecompte

     

    11 janvier 2018

    La condition des musulmans dans le royaume siculo-normand
    Ahmed Djelida

     

    15 février 2018

    Le conflit des références en Egypte moderne et les solutions jurisprudentielles
    Hassan Abdelhamid

  • Parutions

    Cahiers poitevins d'Histoire du droit

    Cahiers poitevins d'Histoire du droit

    Cahiers poitevins d'Histoire du droit

    Huitième et neuvième Cahiers

    Auteur(s) : Eric Gojosso

    Édition : 2017

    ISBN: 979-1-0904-2676-4

    Coll. Histoire du droit, 468 pages

    Présentation de l'éditeur

    Publiés de manière périodique, les Cahiers poitevins d'histoire du droit ont vocation à recueillir les travaux réalisés dans le cadre de l'Institut d'Histoire du Droit de l'Université de Poitiers (IHD - EA 3320) ou se rapportant à l'histoire de la Faculté de droit de Poitiers, ou plus largement encore à l'histoire du droit, des institutions et des idées politiques. 

    Cette nouvelle livraison qui correspond aux huitième et neuvième cahiers (années 2016 et 2017), comprend ainsi la publication des actes du colloque franco-slovène « Le droit face aux circonstances exceptionnelles » (Poitiers, 14 novembre 2014) et du colloque sur la « Prérévolution » (Poitiers, 3 septembre 2015), de même qu'une dizaine d'articles touchant à l'histoire du droit, des institutions et des idées politiques.

  • Parutions

    Introduction historique au droit de la famille

    Introduction historique au droit de la famille

    Introduction historique au droit de la famille

    Auteur(s) : Antoine Leca

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-7110-2816-0

    Présentation de l'éditeur

    Cet ouvrage est un livre d'histoire, qui a pour ambition de rappeler d'où viennent la famille et le mariage et de décrire et comprendre leur évolution. 

    Ce sont des institutions millénaires, plus anciennes que la Torah, l'Évangile ou le Coran, à l'aune desquels certains les évaluent. Mais pour le juriste, les religions, aussi respectables fussent-elles, ne peuvent pas être notre code. 

    Nous ne devons pas davantage nous polariser sur la prétendue nature des choses. L'être humain n'a jamais cessé de transformer celle-ci et l'évolution de l'humanité s'est opérée en s'élevant au-delà des pesanteurs imposées par la nature. La biologie non plus ne peut pas être notre code. 

    Ce livre est volontairement concis. Les analyses visent davantage à recueillir un esprit qu'à décrire dans le détail des règles, qui ne sont plus applicables. Par ailleurs, à l'heure de la fée Google, il n'est plus nécessaire d'essayer d'expliquer en deux lignes ce que n'importe quel étudiant connecté sur son terminal de poche peut apprendre d'un seul clic, sans perdre son temps à feuilleter des pages et des pages. 

    Cet ouvrage est tout ce que cet étudiant ne trouvera pas sur Internet : la présentation des grands axes de l'évolution, à travers la vision d'un professeur, éclairée par trente ans d'enseignement et débarrassée de tout parti-pris dogmatique.

    Ouvrage conforme aux programmes de la L1 Droit (Introduction historique au droit & Histoire des institutions publiques)

    154 pages

  • Appel

    Laws Across Codes and Laws Decoded

    Laws Across Codes and Laws Decoded

    Laws Across Codes and Laws Decoded

    ESCLH Biennal Conference, 28-30 juin 2018, Ecole Normale Supérieure
    mercredi 15 novembre 2017
    Lieu de la manifestation :

    The European Society for Comparative Legal History's fifth Biennal Conference (2010 Valencia - 2012 Amsterdam - 2014 Macerata - 2016 Gdansk) will take place in Paris next year.

    The Organising Committee of the 5th Biennal Conference and the Executive Council of the European Society for Comparative Legal History are pleased to call for papers for the upcoming conference to be held. The main theme picks up threads of thought from the earlier ESCLH conferences in Valencia (2010), Amsterdam (2012), Macerata (2014) and Gdansk (2016) to explore what codes and codification have meant and continue to mean for legal systems with codes, and for those without. Papers should be submitted, as set out below, by 15 November 2017.

     

    The conference will focus on the issue of codes or alternatives to codes as instruments of transforming laws in Europe and in the world. While codes, and the process of codification, are at least familiar if not always completely understood, this conference challenges us to look deeper at what a code meant for the legal systems affected by it. The conference seeks to understand the whole process of codification, from political aspects to its conception, agreement and roll-out, through to technical matters of drafting and implementation and even to linguistic matters of expression and deeper meanings. Challenging the importance for legal rules to be inserted within or outside a code, the conference proposes to examine all sorts of codes, and not only the most known civil codes: general codes as special (such as penal, commercial, labour, family, military) codes, officious codes as official codes. The conference seeks also to study the effects the codified structure of the norms could have on their content and on the way law functions, notably through case law and law writing. All the historical situations in which law reform took place outside of codification and outside of codes can be questioned could be relevant in helping us to understand law reform through codes or its alternatives.

     

    Papers should be novel, properly researched and referenced. They should address the conference theme, exploring doctrinal, theoretical, cultural or methodological aspects of comparative legal history. They must also be comparative, addressing more than one system of laws. The organisers particularly welcome addressing multiple legal systems or cultures. This includes where a similar legal system functions in different cultural circles.

    Practical details:

    1. To offer a paper, please send the title of their paper, a short abstract (of 200-400 word, absolutely no more and a short CV (no more than 1 page) by 15 November 2017 to the organizing committee, c/o Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
    2. The presentations should be in English.
    3. It is also possible to submit a complete proposal for one or more panels (3 papers normally).
    4. The list of accepted papers will be announced by 8 December 2017.

     

    Shortly, a conference website will be launched with fuller details of the conference. For the moment, some transport and accommodation information follows.

     

    Paris offers many accommodation possibilities ranging from five-star hotels, through smaller hotels in the Quartier latin and private rooms to beds in youth and student hostels. For some postgraduates the Ecole Normale Supérieure could offer cheaper accommodation in student dormitories.

  • Parutions

    Le juriste entre science et politique

    Le juriste entre science et politique

    Le juriste entre science et politique

    La revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l'étranger (1877-1938)

    Auteur(s) : Fatiha Cherfouh

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-2750-5192-5

    Coll. Thèses - Bibliothèque d'histoire du droit et droit romain, 508 pages

    Présentation de l'éditeur

    Qui sont ces hommes qui ont eu le projet de faire du droit une science et des juristes des scientifiques ? Ce sont les animateurs de la Revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l'étranger qui naît en 1877, sous l'égide de Joseph Lefort, et qui paraît jusqu'en 1938. Entouré de professeurs et praticiens, français et étrangers, cet avocat parisien place la revue sous le signe de l'ouverture disciplinaire et géographique. 

    La Revue Générale sera l'un des principaux périodiques juridiques de la Troisième République et en constitue un observatoire privilégié. Les rapports des auteurs à leur environnement, comme la spécialisation croissante du droit, les changements du droit civil ou pénal, la Première Guerre mondiale, la montée du socialisme et de l'interventionnisme étatique, les revendications ouvrières, le rapport à l'Allemagne, impriment à la revue un caractère tantôt singulier, tantôt archétypal. 

    Un projet est donc au coeur du recueil : l'avènement d'un juriste scientifique au discours savant empreint de neutralité. Mais dans le même temps, ces juristes entendent influencer voire guider la société et le législateur en prônant, selon les domaines, un réformisme juridique ou une forme de conservatisme. Ces juristes ne seraient-ils pas alors davantage des politiques que des scientifiques ? L'analyse historique permet de saisir tous les enjeux de ce questionnement qui trouve encore aujourd'hui des échos au sein de la communauté contemporaine des juristes. 

    1er Prix de thèse de l'Association des Historiens des Facultés de droit 

    Prix de thèse Ourliac de l'Académie de Législation de Toulouse

    Préface de Nader Hakim

  • Parutions

    Law and Order in Anglo-Saxon England

    Law and Order in Anglo-Saxon England

    Law and Order in Anglo-Saxon England

    Tom Lambert

    Édition : 2017

    ISBN: 978-0-1987-8631-3

    Présentation de l'éditeur

    Law and Order in Anglo-Saxon England explores English legal culture and practice across the Anglo-Saxon period, beginning with the essentially pre-Christian laws enshrined in writing by King AEthelberht of Kent in c. 600 and working forward to the Norman Conquest of 1066. It attempts to escape the traditional retrospective assumptions of legal history, focused on the late twelfth-century Common Law, and to establish a new interpretative framework for the subject, more sensitive to contemporary cultural assumptions and practical realities. 

    The focus of the volume is on the maintenance of order: what constituted good order; what forms of wrongdoing were threatening to it; what roles kings, lords, communities, and individuals were expected to play in maintaining it; and how that worked in practice. Its core argument is that the Anglo-Saxons had a coherent, stable, and enduring legal order that lacks modern analogies: it was neither state-like nor stateless, and needs to be understood on its own terms rather than as a variant or hybrid of these models. Tom Lambert elucidates a distinctively early medieval understanding of the tension between the interests of individuals and communities, and a vision of how that tension ought to be managed that, strikingly, treats strongly libertarian and communitarian features as complementary. Potentially violent, honour-focused feuding was an integral aspect of legitimate legal practice throughout the period, but so too was fearsome punishment for forms of wrongdoing judged socially threatening. Law and Order in Anglo-Saxon England charts the development of kings' involvement in law, in terms both of their authority to legislate and their ability to influence local practice, presenting a picture of increasingly ambitious and effective royal legal innovation that relied more on the cooperation of local communal assemblies than kings' sparse and patchy network of administrative officials.

    Tom Lambert was born and grew up in York. He spent nearly a decade based at the University of Durham, as an undergraduate, postgraduate, and seminar tutor. Since gaining his doctorate in 2009, he has held a Past and Present Postdoctoral Fellowship at the Institute of Historical Research in London, and spent five very happy years teaching and researching in Oxford. Much of the work for Law and Order in Anglo-Saxon England was carried out between 2012 and 2015, when he was the Bennett Boskey Fellow in History at Exeter College, Oxford. He is now a Fellow of Sidney Sussex College, Cambridge.

    416 pages

     

    Sommaire

    Introduction: Approaching Law and Order in the Early Middle Ages

    PART I: THE FOUNDATIONS OF THE ANGLO-SAXON LEGAL ORDER

    1. Law before AEthelberht
    2. Kingship, Legislation, and Punishment in the Seventh Century
    3. Royal Administration and Legal Practice to the Early Tenth Century

    PART II: ORDER AND "THE STATE" IN LATE ANGLO-SAXON ENGLAND

    4. Substantive Legal Change
    5. Ideals of Kingship and Order
    6. Local Legal Practice and Royal Control
    7. Rights and Revenues

    Conclusion: Continuity, Change, and the Norman Conquest

  • Parutions

    Human Rights after Hitler

    Human Rights after Hitler

    Human Rights after Hitler

    The Lost History of Prosecuting Axis War Crimes

    Dan Plesch

    Édition : 2017

    ISBN: 978-1-6261-6431-4

    Présentation de l'éditeur

    Human Rights after Hitler reveals thousands of forgotten US and Allied war crimes prosecutions against Hitler and other Axis war criminals based on a popular movement for justice that stretched from Poland to the Pacific. These cases provide a great foundation for twenty-first-century human rights and accompany the achievements of the Nuremberg trials and postwar conventions. They include indictments of perpetrators of the Holocaust made while the death camps were still operating, which confounds the conventional wisdom that there was no official Allied response to the Holocaust at the time. This history also brings long overdue credit to the United Nations War Crimes Commission (UNWCC), which operated during and after World War II. 

    From the 1940s until a recent lobbying effort by Plesch and colleagues, the UNWCC's files were kept out of public view in the UN archives under pressure from the US government. The book answers why the commission and its files were closed and reveals that the lost precedents set by these cases have enormous practical utility for prosecuting war crimes today. They cover US and Allied prosecutions of torture, including "water treatment," wartime sexual assault, and crimes by foot soldiers who were "just following orders." Plesch's book will fascinate anyone with an interest in the history of the Second World War as well as provide ground-breaking revelations for historians and human rights practitioners alike.

    Dan Plesch is director of the Centre for International Studies and Diplomacy at SOAS, University of London. He is the author ofAmerica, Hitler and the UN, coeditor of Wartime Origins and the Future United Nations, and has been a frequent contributor to the Guardian and other media.

    272 pages

     

    Sommaire

    Introduction

    1. Prosecuting Rape: The Modern Relevance of World War II Legal Practices 

    2. A New Paradigm for Providing Justice for International Human Rights Violations 

    3. When the Allies Condemned the Holocaust 

    4. Pursuing War Criminals All Over th World 

    5. The Holocaust Indictments: Prosecuting the "Foot Soldiers of Atrocity" 

    6. Fair Trials and Collective Responsibility for Criminal Acts 

    7. Crimes against Humanity: The "Freedom to Lynch" and the Indictments of Adolf Hitler 

    8. Liberating the Nazis 

    9. The Legacy Unleashed

  • Parutions

    The Emperor of Law

    The Emperor of Law

    The Emperor of Law

    The Emergence of Roman Imperial Adjudication

    Kaius Tuori

    Édition : 2017

    ISBN: 978-0-1987-4445-0

    Coll. Oxford Studies in Roman Society & Law, 424 pages

    Présentation de l'éditeur

    In the days of the Roman Empire, the emperor was considered not only the ruler of the state, but also its supreme legal authority, fulfilling the multiple roles of supreme court, legislator, and administrator. The Emperor of Law explores how the emperor came to assume the mantle of a judge, beginning with Augustus, the first emperor, and spanning the years leading up to Caracalla and the Severan dynasty. 

    While earlier studies have attempted to explain this change either through legislation or behavior, this volume undertakes a novel analysis of the gradual expansion and elaboration of the emperor's adjudication and jurisdiction: by analyzing the process through historical narratives, it argues that the emergence of imperial adjudication was a discourse that involved not only the emperors, but also petitioners who sought their rulings, lawyers who aided them, the senatorial elite, and the Roman historians and commentators who described it. Stories of emperors settling lawsuits and demonstrating their power through law, including those depicting "mad" emperors engaging in violent repressions, played an important part in creating a shared conviction that the emperor was indeed the supreme judge alongside the empirical shift in the legal and political dynamic. Imperial adjudication reflected equally the growth of imperial power during the Principate and the centrality of the emperor in public life, and constitutional legitimation was thus created through the examples of previous actions--examples that historical authors did much to shape. Aimed at readers of classics, Roman law, and ancient history, The Emperor of Law offers a fundamental reinterpretation of the much debated problem of the advent of imperial supremacy in law that illuminates the importance of narrative studies to the field of legal history.

    Kaius Tuori is currently an Academy of Finland Research Fellow. He studied at the Universities of Helsinki, Finland, and La Sapienza in Rome, and holds a doctorate in Law and an M.A. in History. His research interests include legal history, Roman law, legal anthropology, classical archaeology, and their intellectual history, and his publications include two academic monographs and several articles in journals such asLaw, Culture and the Humanities, theJournal of Legal History, the Journal of Legal Pluralism,Revue internationale des droits de l'Antiquite, and theLegal History Review. He is also a co-editor of the forthcoming Oxford Handbook of Roman Law and Societyalongside Paul J. du Plessis and Clifford Ando.

     

    Sommaire

    0. Introduction
    1. Caesar, Cicero, and the Models of Legal Autocracy
    2. Augustus as Judge and the Relegation of Ovid
    3. Divine or Insane: Emperors as Judges from Tiberius to Trajan
    4. Hadrian as the Ideal Judge
    5. Caracalla, the Severans, and the Legal Interest of Emperors
    6. Conclusions
    Appendix. Known Instances of Imperial Adjudication from Caesar to Severus Alexander and their Sources
    Endmatter

  • Parutions

    Les structures seigneuriales rurales

    Les structures seigneuriales rurales

    Les structures seigneuriales rurales

    Bretagne méridionale (XIVe-XVIe)

    Brice Rabot

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-7535-5387-3

    Coll. Histoire, 416 pages

    Présentation de l'éditeur

    Cellule essentielle d’encadrement des hommes, la seigneurie est à la fin du Moyen Âge un organisme complexe et divers. Cet ouvrage vise à mieux en comprendre les ressorts en partant d’un cadre chronologique et géographique cohérent et suffisamment étendu, la Bretagne méridionale du XIVe au début du XVIe siècle. Il est enrichi d’une trentaine de cartes, réalisées à partir des dépouillements archivistiques, qui permettent de visualiser le poids, le rôle ou encore les traits singuliers des structures seigneuriales dans l’organisation des campagnes de Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âge.

    Avec le soutien de l’université de Nantes.

    Brice Rabot est agrégé d’histoire, docteur de l’université de Nantes. Il a consacré ses premiers travaux de recherche aux thèmes de la reconstruction des campagnes, du prélèvement seigneurial, de l’autorité et de l’encadrement des hommes en partant des relations d’homme à homme.

     

    Sommaire

    Les sources et leur exploitation

    • Apports et limites des sources

    • Le problème des poids et des mesures

    Présentation générale des structures seigneuriales en Bretagne méridionale

    • Les organismes seigneuriaux

    • Systèmes de tenures et types de redevances

    • Un angle d’étude : le prélèvement seigneurial

    Difficultés et lent rétablissement des structures seigneuriales au XIVe siècle et dans la première moitié du XVe siècle (années 1300-années 1440)

    • Les seigneuries à l’épreuve des guerres et de la crise au XIVe siècle

    • Une prospérité relative sous le règne de Jean V (1399-1442)

    • Géographie des structures seigneuriales et du prélèvement

    Crises et adaptations des seigneuries bretonnes (années 1450-années 1520)

    • Arrêt brutal de la reprise bretonne et montée des difficultés

    • De nouvelles conditions pour les seigneurs

    • Une géographie du prélèvement seigneurial affermie

  • Parutions

    Writing Laws in Antiquity / L’écriture du droit dans l’Antiquité

    Writing Laws in Antiquity / L’écriture du droit dans l’Antiquité

    Writing Laws in Antiquity / L’écriture du droit dans l’Antiquité

    Dominique Jaillard, Christophe Nihan

    Édition : 2017

    ISBN: 978-3-4470-6894-9

    Présentation de l'éditeur

    The present volume comprises various essays that examine the writing down and transmission of laws and legal collections in the ancient world, including Greece, Mesopotamia, Egypt and Israel. Using a comparative approach, the volume envisions the writing of legal collections as a complex set of social, political, economic and religious processes, and seeks to trace a number of the key dynamics involved in those processes. Additionally, the volume gives special attention to the writing down of ritual laws, which are considered here as a specific yet nonetheless instructive instance of legal formulation in ancient societies.
    In keeping with this methodological perspective, the first part of the volume (“Codes, Codification and Legislators”) discusses the processes involved in the creation of legal collections as well as the relevance of the analytical categories used to describe these processes, whereas the second part (“Writing Ritual Prescriptions: Meanings and Functions”) addresses issues related to the codification of ritual norms, especially in Greece and Israel. Overall, the volume aims to further the discussion on the writing of laws in antiquity with regard to a number of key questions, such as the relationship between written and unwritten norms, the function of written laws in the preservation and transformation of structures of authority, and the place of religion and rituals in processes of legal codification.

     

    Sommaire

    Dominique Jaillard & Christophe Nihan, Introduction: Written Laws in their Ancient Contexts, p. 9

    Part One: Codes, Codification and Legislators
    Première partie: Codes, codification et législateurs

    Sophie Démare-Lafont, Les lois dans le monde cunéiforme: codification ou mise par écrit du droit ?, p. 21
    Françoise Ruzé, La codification en Grèce archaïque, p. 34
    Gary N. Knoppers, Moses and the Greek Lawgivers. The Triumph of the Torah in Ancient Mediterranean Perspective, p. 50
    Sandra L. Lippert, La codification des lois en Égypte à l’époque perse, p. 78

    Part Two: Writing Ritual Norms: Meaning and Functions
    Deuxième partie: L’écriture de la norme rituelle. Sens et fonctions

    Pierre Brulé, Hiéra et Hosia. Affaires divines et affaires humaines dans le travail législatif des assemblées, p. 101
    Anselm C. Hagedorn, Sacred Laws, Lawgivers and Codification. Perspectives from the Hebrew Bible, Gortyn and Selinus, p. 117
    Jan-Mathieu Carbon & Vinciane Pirenne-Delforge, Codifying ‘Sacred Laws’ in Ancient Greece, p. 141

    Index of Sources, p. 159

  • Parutions

    Forging the Kingdom

    Forging the Kingdom

    Forging the Kingdom

    Power in English Society, 973–1189

    Judith Green

    Édition : 2017

    ISBN: 978-0-5211-5829-9

    Présentation de l'éditeur

    Between the imperial coronation of Edgar in 973 and the death of Henry II in 1189, English society was transformed. This lively and wide-ranging study explores social and political change in England across this period, and examines the reasons for such developments, as well as the many continuities. By putting the events of 1066 firmly in the middle of her account, Judith Green casts new light on the significance of the Norman Conquest. She analyses the changing ways that kings, lords and churchmen exercised power, especially through the building of massive stone cathedrals and numerous castles, and highlights the importance of London as the capital city. The book also explores themes such as changes in warfare, the decline of slavery and the integration of the North and South West, as well as concepts such as state, nationalism and patriarchy.

    318 pages

     

    Sommaire

    1 – Introduction
    2 – Contexts
    3 – Kings
    4 – Lay Lords: an Age of Aristocracy?
    5 – Archbishops, Bishops, and Abbots
    6 – Individuals, Communities, and Networks
    7 – Power and Place
    8 – London: the Making of a Capital City
    9 – A Patchwork Kingdom
    10 – Conclusion

  • Parutions

    Entre normes et sensibilité - Droit et Musique

    Entre normes et sensibilité - Droit et Musique

    Entre normes et sensibilité - Droit et Musique

    Hommage à Norbert Rouland

    Patricia Signorile

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-7314-1059-4

    Coll. Inter-normes, 376 pages

    Présentation de l'éditeur

    Dans l’Antiquité, le droit romain et la musique participent à des degrés divers à l’organisation et à la vie politique de la Cité. Ces attaches ne firent par la suite que se resserrer, comme l’attestent les codifications régissant le domaine profane ou les règles de droit canon concernant la musique au Moyen-Âge. Cependant il est nécessaire de s'interroger sur l'origine et la pratique des codifications, la notion de hiérarchie, le rôle de la raison et les modes de rationalisation, qu'il s'agisse de les prolonger, de les infléchir ou de rompre avec eux. L'élargissement du concept de norme et de sensibilité, le dépassement de la confrontation entre normes et pratiques artistiques, la focalisation sur les pratiques productrices de normes ouvrent des pistes de recherche.

    Dans le présent ouvrage, il ne s’agit donc pas seulement d’envisager les questions juridiques qui pourraient concerner la musique [droits des auteurs, des interprètes ; droit du travail ; contrats ; règles juridiques intéressant les entreprises culturelles ; etc.] ou l’utilisation que la musique pourrait faire du droit, notamment dans des œuvres à appui textuel et narratif [l’élément juridique dans tel opéra ; etc.]. L’objet de cet ouvrage consiste à expertiser les rapports épistémologiques qui lient les deux domaines dans leurs aspects juridico-structurels mais aussi politiques et philosophiques.

  • Parutions

    Une histoire de la dette publique en France

    Une histoire de la dette publique en France

    Une histoire de la dette publique en France

    Michel Lutfalla

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-4060-6432-9

    Coll. Bibliothèque de l'économiste, 306 pages

    Présentation de l'éditeur

    Première histoire moderne de la dette publique en France, de François Ier à François Hollande, le livre montre comment nos gouvernements ont très longtemps maltraité leurs créanciers, par la banqueroute, violente (jusqu’en 1797) ou silencieuse (par l’inflation, jusqu’à peu).

  • Parutions

    Droits de l’homme et colonies

    Droits de l’homme et colonies

    Droits de l’homme et colonies

    De la mission de civilisation au droit à l’autodétermination

    Auteur(s) : Eric Gasparini,Martial Mathieu,Alexandre Deroche

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-7314-1060-0

    Coll. Histoire des idées et des institutions politiques, 516 pages

    Présentation de l'éditeur

    Ce volume retranscrit les actes du colloque international Droits de l’Homme et colonies organisé en deux sessions, la première à Grenoble en 2013 et la seconde à Aix-en-Provence en 2014. 

    Le projet qui a associé les historiens du droit de l’université de Grenoble Alpes et ceux d’Aix-Marseille Université avait pour ambition d’étudier la thématique des droits de l’homme en contexte colonial, se fondant sur l’intérêt politique très fort suscité par le renouveau de l’histoire et de la mémoire coloniales ces dernières années. 

    Il s’agissait de promouvoir une approche scientifique réunissant des spécialistes de l’histoire coloniale provenant d’horizons disciplinaires, historiographiques et géographiques variés. 

    L’ouvrage, résolument interdisciplinaire et international, permet un éclairage nouveau du couple controversé « droits de l’homme et colonies ».

  • Parutions

    Les grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation

    Les grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation

    Les grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation

    Auteur(s) : Renaud Salomon

    Édition : 2017

    ISBN: 979-1-0904-2994-9

    Hors collection, 1328 pages

    Présentation de l'éditeur

    Cet ouvrage sur les "grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation de 1790 à nos jours" a pour objectif de présenter l'apport doctrinal des conclusions du parquet général à l'élaboration de la jurisprudence de la Cour de cassation. 

    Il s'agit du premier opus de cette ampleur, depuis les origines de la Cour de cassation, consacré aux conclusions des avocats généraux. 

    Cet ouvrage souligne qu'ils ont été, bien souvent, à l'origine de changements de jurisprudence, d'évolutions du droit, et parfois même, de la création de concepts juridiques, grâce à une extraordinaire liberté intellectuelle et à une analyse juridique visionnaire. 

    De très nombreuses conclusions ont ainsi brillamment participé à la construction de l'édifice jurisprudentiel de la Cour de cassation depuis sa création. Du début du XIXe siècle aux premières années du XXIe siècle, sans oublier la IIIe République, qui a connu un véritable flamboiement intellectuel et juridique, cette publication met en lumière l'extraordinaire travail des avocats généraux, parfois emphatique, souvent recherché, toujours rigoureux, dans lequel ils se sont excellemment illustrés. 

    Avec les contributions de Pierre-Emmanuel Audit, Nicolas Balat, Jean-Sébastien Borghetti, Charles-Edouard Bucher, Lydie Dauxerre, Georges Decocq, Guillaume Drouot, Julien Dubarry, Charlotte Dubois, Grégoire Duchange, Estelle Fragu, Natalie Fricero, Paul Giraud, Laurent Leveneur, Emeric Jeansen, Astrid Marais, Jean-Marc Moulin, Yannick Pagnerre, Claire-Marie Péglion-Zika, Laurent Pfister, Sophie Schiller, Renaud Salomon, Bernard Teyssié, Edouard Verny.

  • Parutions

    Réfugiés et apatrides

    Réfugiés et apatrides

    Réfugiés et apatrides

    Administrer l’asile en France (1920-1960)

    Aline Angoustures, Dzovinar Kévonian, Claire Mouradian

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-7535-5486-3

    Coll. Histoire, 312 pages

    Présentation de l'éditeur

    Ce premier volume publié par le Comité d’histoire de l’Office français pour la protection des réfugiés et des apatrides, à partir d’archives en grande majorité inédites, contribue à l’histoire de la protection des réfugiés. Il porte sur les années 1920 à 1960 et concerne la France et le monde occidental. Il présente une approche globale du réfugié, érigeant celui-ci en sujet et non en simple objet de projections des politiques publiques, des mobilisations associatives et des programmes humanitaires.

    Avec une préface de Pascal Brice.

    Avec le soutien de l’Ofpra.

  • Manifestation scientifique

    La réciprocité : dimensions théologiques, juridiques et autres

    La réciprocité : dimensions théologiques, juridiques et autres

    La réciprocité : dimensions théologiques, juridiques et autres

    mardi 4 juillet 2017
    Lieu de la manifestation :

    Montauban

    Colloque international organisé par le CTHDIP, sous la direction de Christine Mengès-Le Pape

    Présentation

     

    La réciprocité proportionnelle : ciment de la Cité. Mais dans les relations d’échanges, le juste sous sa forme de réciprocité est ce qui assure la cohésion des hommes entre eux, réciprocité toutefois fondée sur une proportion et non sur une stricte égalité. C’est cette réciprocité-là qui fait subsister la cité.

    Aristote, Livre V, Éthiques à Nicomaque

    Après avoir interrogé -lors du colloque 2015- le principe de justice distributive, une suite peut être donnée et une question posée, celle de la réciprocité qui trouve ses origines à la fois dans les traditions religieuses mais également chez les philosophes et les jurisconsultes depuis l’Antiquité.

    Pour se faire proportionnelle, la justice ne semble pouvoir aller sans la réciprocité.

    Selon les théologiens et les juristes, la notion contient le principe de l’équivalence des échanges et du respect mutuel des conventions, elle dirige vers la philia. Il y a ici l’idée d’un retour d’amitié qui pourrait embrasser les relations entre États, religions et particuliers. Dans cette vision qui rapproche de la responsabilité et mène jusqu’à la réparation, voire la solidarité, on peut y voir la part des sources sacrées : le Livre de Jérémie invite à pratiquer « la justice envers les uns et les autres, … » (Jér 7, 5) ; la tradition islamique propose une réciprocité entre frères. C’est aussi le verset évangélique devenu règle d’or : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes » (Mt 7, 12). De leurs côtés, les juristes ont emprunté aux Grecs les accords réciproques, les synallagma, assortis à la notion de bona fides. La réciprocité semble pouvoir recouvrir toutes les relations, juridiques ou autres, égales ou inégales. On se rappelle ici des Homélies sur la richesse de Basile le Grand, « Dieu doit-il être accusé d’injustice pour avoir inégalement réparti les biens ? Tu es dans l’abondance, ton voisin est réduit à mendier, pourquoi cela ? Pour que tous les deux vous acquériez des mérites, toi par une bonne gestion, lui par une grande patience ». Au début du XIe siècle, une image proche est donnée par l’évêque Gérard de Cambrai pour expliquer la tripartition : « chacun des trois est réchauffé à droite et à gauche par les deux autres ». Plus tard, le Dictionnaire de Furetières rappela combien « la société des hommes est établie pour se donner un secours réciproque. Il y a des devoirs réciproques entre le Roi et les sujets, le père et les enfans, le mari et la femme. […] Notre propre raison nous engage à plusieurs devoirs réciproques ».

    À travers l’histoire fut ainsi livrée la formule « qui donne, reçoit ». On la trouve appliquée au Prince dans la fable Des membres et de l’estomac. Mais il est recommandé d’aller plus loin, au-delà des obligations symétriques, jusqu’à ne plus rien attendre en retour. En temps de crise, lorsque les ruptures menacent, ces relations réciproques ont pu paraître abîmées par l’individualisme et le matérialisme ambiants qui ont imprégné les conceptions spirituelles, juridiques, économiques et autres. La réciprocité d’amitié a pu se faire exception. Dès lors, face aux éloignements de cet ordre naturel qui porte normalement vers les autres, peuvent s’ouvrir des interrogations situées entre donner et recevoir, vers la gratuité et l’asymétrie.

    Il s’agira d’étudier le principe de réciprocité, ses moyens et ses finalités, appliqués à la diversité des échanges, … lors des temps d’unité ou de rupture. Sur la diversité de ces aspects marqués par un passé souvent heurté, le colloque réunira des dignitaires religieux, des personnalités de la finance et des universitaires.

    Christine Mengès-Le Pape, Professeur à l’université de Toulouse 1 Capitole

     

    Programme

     

    Mardi 4 Juillet

    (Auditorium du Centre Universitaire de Tarn-Et-Garonne)

     

    8h30 : Accueil des participants

    9h00 : Ouverture du colloque
    Monsieur Philippe Nélidoff, Doyen de la Faculté de droit de Toulouse
    Madame Corinne Mascala, Présidente de l’université Toulouse 1 Capitole
    Monsieur Jean-Louis Marty, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tarn-et-Garonne
    Madame Brigitte Barèges, Maire de la Ville de Montauban
    Monsieur Christian Astruc, Président du Conseil Départemental de Tarn-et-Garonne
    Madame Carole Delga, Présidente du Conseil Régional Occitanie - Pyrénées – Méditerranée
    Monsieur Pierre Besnard, Préfet de Tarn-et-Garonne

    Ouverture des travaux
    Christine Mengès-Le Pape, Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole

     

    Des définitions, une histoire

    10h00 : Séance sous la présidence de Philippe Nélidoff, doyen de la faculté de droit de Toulouse

     

    Reciprocatio. La « réciprocité » antique entre alternance, retour, écho et réflexion
    Jean-Marie Pailler, Professeur émérite de l’université Toulouse-Jean Jaurès

    Dépasser l’exigence de réciprocité : La règle d’or, expression de la loi naturelle ou précepte évangélique, d’après les Pères Latins (IIIe-Ve siècle)
    Anne-Claire Favry, Professeur à la Faculté de théologie de Toulouse

    Les différentes formes de réciprocité dans la spiritualité chrétienne d'après le Nouveau Testament et les Pères
    Jean-Claude Larchet, Professeur émérite de la Faculté de théologie de Strasbourg

     

    Discussion

     

    11h15 : Séance sous la présidence de Michael Wygoda, Directeur du département de droit hébraïque au Ministère de la Justice, Jérusalem

    Le Concordat de Worms (1122) : la paix par la réciprocité
    Sylvain Gouguenheim, Professeur à l’ENS de Lyon

    Le concordat napoléonien : un concordat pacificateur
    Philippe Nélidoff, Doyen de la Faculté de droit de Toulouse

    Les négociations concordataires, des matchs équilibrés ? (note écrite)
    Brigitte Basdevant-Gaudemet, Professeur émérite de l’université Paris-Sud

    Réciprocité et humanité. Sur l’universalité des normes juridiques et morales
    Johann Chapoutot, Professeur à l'université Paris-Sorbonne

     

    Discussion – Repas

     

    La réciprocité dans la pratique juridique

    14h00 : Séance sous la présidence de Sylvain Soleil, professeur à l’université de Rennes

     

    Le principe de réciprocité à l'épreuve de la vie conjugale au XIXe siècle
    Bénédicte Decourt-Hollender, Maître de conférences à l’université de Nice

    Les engagements réciproques des époux et des partenaires : étude comparée
    Marc Nicod, Professeur à l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité dans les contrats
    Philippe le Tourneau, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité dans la pratique du droit privé tunisien
    Mohamed Kamel Charfeddine, Professeur à l’université de Tunis El Manar

     

    Discussion

     

    16h00 : Séance sous la présidence de Philippe le Tourneau, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole

    Réciprocité malmenée. Réciprocité restaurée. Les expertises angevines des XVIIe-XVIIIe siècles en matière de responsabilité contractuelle
    Sylvain Soleil, Professeur à l’université de Rennes

    Réciprocité et responsabilité civile
    Jérôme Julien, Professeur à l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité dans le droit islamique de la responsabilité civile
    Ahmed Ben Taleb, Professeur à l’université de Tunis El Manar

    Réciprocité et altérité dans le droit talmudique
    Michael Wygoda, Directeur du département de droit hébraïque au Ministère de la Justice à Jérusalem

     

    Discussion

     

    La réciprocité en question, limites et reconnaissances

    (Salle de conférences de l’ancien collège)

     

    18h45 : Séance solennelle ouverte par Mgr. Bernard Ginoux, évêque de Montauban

     

    Les limites de la réciprocité
    Bernard Bourgeois, Président honoraire de l’Académie des sciences morales et politiques, Professeur émérite de l’université Paris I Panthéon Sorbonne 

    La réciprocité entre le religieux et le politique
    Hanna Suchocka, ancien Premier Ministre de Pologne, Professeur à l’université Adam-Mickiewicz de Poznan

    Réhabiliter l’humanisme politique et spirituel : la Réciprocité comme contre-valeur
    Fadi Daou, Président de la Fondation Adyan, Professeur de théologie et géopolitique des religions à l’université Saint-Esprit (Liban)

    20h00 : Fin de la journée

     

    Mercredi 5 Juillet

    (Auditorium du Centre Universitaire de Tarn-et-Garonne)

     

    Penser et appliquer la réciprocité

    9h00 : Séance sous la présidence de Sylvain Gouguenheim, Professeur à l’ENS de Lyon

     

    La réciprocité à l’école de Jules Ferry, à travers les manuels de morale
    Bernadette Pierchon, Maître de conférences à l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité à Toulouse-Droit, dans la seconde moitié du XXe siècle
    Marie-Bernadette Bruguière, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole, Universitas

    La fascination transhumaniste démasquée, l'altérité en danger
    Tanguy-Marie Pouliquen, Professeur à la Faculté de théologie de Toulouse

     

    Discussion

     

    10h30 : Séance sous la présidence de Marie-Bernadette Bruguière, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole

     

    La réciprocité en action. L’œuvre humanitaire oubliée de l’UNRRA (1943-1947)
    Joseph Lapsos, professeur à l’université pédagogique de Cracovie

    Réciprocité et fraternité dans le domaine de la protection sociale
    Jacques Bichot, Professeur émérite de l’université Lyon III

    La gratuité, moteur de la réciprocité
    Bruno Gautier, Doyen de la Faculté de théologie de Toulouse

    Contrat de travail ou empowerment : de la réciprocité au don…
    Marie-Christine Monnoyer, Professeur à l’université Toulouse 1 Capitole
    Nathalie Geneste, Maître de conférences à l’université de Bordeaux

     

    Discussion

     

    Au-delà de la réciprocité, la justice

    (Salle de conférences de l’ancien collège)

    14h00 : Séance sous la présidence de Jacques Bichot, Professeur émérite de l’université Lyon III

     

    Justice, violence et réciprocité. L’équité comme source et mère du droit
    Pierre-Louis Boyer, Maître de conférences à l’université catholique de l’Ouest 

    René Girard et les risques de la réciprocité
    Christian Lavialle, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole

    Certains sont d'avis que c'est la réciprocité qui constitue la justice… Ont-ils raison ?
    Henri Torrione, Professeur à l’université de Fribourg

     

    Discussion

     

    La réciprocité comme relation

    15h30 : Séance sous la présidence de Bruno Gautier, Doyen de la Faculté de théologie de Toulouse

     

    Le principe de réciprocité dans les accords bilatéraux entre l'Union européenne et la Suisse
    Inga Kawka, Maître de conférences à l’université pédagogique de Cracovie

    La réciprocité dans les relations internationales - considérations autour des relations franco-polonaises 1919-1939
    Tomasz Schramm, Consul de France à Poznan, Professeur à l’université Adam-Mickiewicz de Poznan

    Polémiques autour de la création de l'Empire colonial français : la réciprocité dissymétrique
    André Cabanis, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole
    Adrien Blazy, Chargé de cours à l’université Toulouse 1 Capitole

     

    Discussion

     

    Le dialogue dans la réciprocité

    17h00 : Séance solennelle ouverte par Corinne Mascala, présidente de l’université Toulouse 1 Capitole

     

    Dialogue et laïcité : la réciprocité entre État et religions ?
    Arnaud Schaumasse, Chef du bureau central des cultes

    De la réciprocité dans le judaïsme
    Haïm Korsia, Grand Rabbin de France

    Spiritualité chrétienne et altérité
    François Clavairoly, Président de la Fédération protestante

    La réciprocité : Une nécessité pour toute communauté
    Mohammed Moussaoui, Président honoraire du Conseil Français du Culte Musulman

     

    Discussion

     

    19h00 : Fin de la journée

     

    Jeudi 6 Juillet

    (Auditorium du Centre Universitaire de Tarn-et-Garonne)

     

    Réciprocités interreligieuses (I)

    9h00 : Séance sous la présidence de Charis Meletiadis, Professeur à l’université Panteion d’Athènes

     

    La réciprocité pour le bien vivre ensemble : la minorité musulmane en France et en Europe
    Janati Abderrahim, Doctorant à l’université Toulouse 1 Capitole

    Quelle citoyenneté pour les chrétiens au Proche-Orient ?
    Annie Laurent, Spécialiste du Proche-Orient, docteur d’État en sciences politiques

    Le droit des minorités musulmanes dans les pays de l’Islam sunnite
    Mounir Tlili, ancien Ministre des affaires religieuses de Tunisie, Professeur à l’université Zitouna de Tunis

    Réciprocités interreligieuses ? Mêmes mots, points communs doctrinaux, mêmes attitudes ? Quelle liberté ?
    François Jourdan, Professeur à la Faculté de théologie de Toulouse

     

    Discussion

     

    Recherche : l’épreuve des doctrines politiques et juridiques (II)

    9h00 : Séance sous la présidence de Danielle Anex-Cabanis, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole
    Guy Astoul, Professeur honoraire à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès

     

    La réciprocité du traitement du sujet par l’État et l’Église chez Jean Pey : une pensée religieuse alternative du XVIIIe siècle
    Pierre-Henri Vignoles, Allocataire de recherche à l’université Toulouse 1 Capitole

    L’exercice de la vertu citoyenne : un engagement pour la liberté politique (1792-1794)
    Jérémy Maloir, Doctorant à l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité au XIXe siècle, une notion essentielle dans les relations entre assureurs et assurés
    Marine Vigneron, Doctorante à l’université Toulouse 1 Capitole

     

    Discussion

     

    Réciprocité pour l’équité

    10h30 : Séance sous la présidence de Tomasz Schramm, Consul de France à Poznan, Professeur à l’université Adam-Mickiewicz de Poznan

     

    La réponse terrestre à la grâce de Dieu
    Danielle Anex-Cabanis, Professeur émérite de l’université Toulouse 1 Capitole

    Aux racines de la notion de réciprocité : la recherche de l'équité entre les parties dans la procédure de l'empire romain tardif
    Christophe Camby, Chargé de cours à l’université de Tours

    La réciprocité comme un moyen de salut dans certaines pratiques économiques du Moyen Âge
    Nikoletta Giantsi, Professeur à l’université d’Athènes

    Les relations entre le droit canonique et le droit étatique du point de vue processuel
    Hélène de Courrèges, Maître de conférences à l’université de Rouen

     

    Discussion

     

    Vers la solidarité

    14h00 : Séance sous la présidence de Mounir Tlili, ancien Ministre des affaires religieuses de Tunisie, Professeur à l’université Zitouna de Tunis

     

    Droit et devoir chez Burlamaqui
    Jean-Paul Coujou, Professeur à l’institut catholique de Toulouse

    Dialogue et controverses entre protestants et catholiques au temps de l'Académie de Montauban (1600-1659)
    Guy Astoul, Professeur honoraire à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès

    Une forme de réciprocité ecclésiastique pendant les guerres de religion : la notion de concession perpétuelle entre les Catholiques et les Orthodoxes
    Charis Meletiadis, Professeur à l’université Panteion d’Athènes

    La réciprocité entre l’Église plénière et ses dissidences selon Daniel-Rops
    Hervé Le Roy, Maître de conférences à l’université Toulouse 1 Capitole

    La réciprocité dans la pensée d’Hannah Arendt
    Vicktor Kaploun, Professeur à l’université de Saint-Pétersbourg

     

    Discussion

     

    15h30 : Séance sous la présidence de Hanna Suchocka, ancien Premier Ministre de Pologne, Professeur à l’université Adam-Mickiewicz de Poznan

     

    Une approche islamique de la réciprocité
    Mohamed Nouri, Président du Conseil français de la Finance Islamique

    La réciprocité entre les pays du Nord et ceux du Sud
    Léon Okioh, Professeur à l’université d’Abomey

    Le principe de réciprocité en droit de l’OMC, au-delà du do ut des ?
    Piotr Szwedo, Professeur à l’université Jagellonne de Cracovie

    La réciprocité dans la doctrine romaine depuis le second XIXe siècle
    Christine Mengès-Le Pape, Professeur à l’université Toulouse 1 Capitole

     

    Discussion

     

    17h30 : Clôture

  • Parutions

    La culture judiciaire anglaise au Moyen Âge

    La culture judiciaire anglaise au Moyen Âge

    La culture judiciaire anglaise au Moyen Âge

    1re partie

    Auteur(s) : Yves Mausen

    Édition : 2017

    ISBN: 978-2-8493-4277-0

    Coll. Histoire du droit et des institutions

    Présentation de l'éditeur

    Le présent volume recueille les actes d’un colloque organisé à l’abbaye de Royaumont du 15 au 18 novembre 2012. Consacré à l’histoire de la procédure du common law, de ses origines médiévales à ses prolongements modernes, il contribue autant à faire un état des lieux de la recherche qu’à lui ouvrir des perspectives nouvelles. En adoptant une méthodologie comparative, il s’agit d’inscrire l’histoire du droit anglais dans le contexte du droit européen, pour mieux mettre à jour la tradition à partir de laquelle il se forme dans toute sa spécificité.

    Parmi les thèmes abordés, il y a des « cas d’école » techniques, comme l’action de trespass on the case, le precedent ou l’opinion evidence. Mais le lecteur trouvera aussi, de façon complémentaire, des considérations politiques et sociales sur le roi justicier, l’autorité judiciaire épiscopale ou encore les justiciables étrangers.

Copyright © 2017 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech