Portail universitaire du droit

Recommandations aux auteurs de la Revue d’histoire des Facultés de droit et de la culture juridique

 

Les modes de présentation ici proposés, à partir d’exemples, peuvent être complétés, pour les questions plus particulières, par la consultation duLexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, 3e éd. 2002 [1971].

D’une façon générale, il est demandé de limiter la mise en forme bureautique des fichiers transmis, d’éviter par exemple de multiplier les styles ou de surcharger les titres. Les paragraphes sont donc en style normal et les notes en style de note, sans retrait de première ligne, tabulation, ou saut de ligne entre les paragraphes. Ils sont justifiés des deux côtés. Les titres des subdivisions sont en minuscules, et suivent la hiérarchie suivante : I., A., 1., a… Il n’y a pas de point à la fin des titres.

En revanche, la précision dans la constitution des références bibliographiques réduira considérablement les interventions et donc les risques d’erreurs.

 

Citations

Les citations sont entourées de guillemets français : « … » ; une citation incluse dans une autre citation est signalée par des guillemets anglais : “…”.

En cas de citation tronquée, la coupure est indiquée par des crochets carrés : […].

 

Abréviations

On n’utilise pas d'abréviation pour : par exemple. Il faut proscrire les latinismes venus d’outre-Atlantique comme i.e. ou e.g.

On met en italique, comme tous les mots en langue étrangère : Ibid., op. cit., loc. cit., et al…

On laisse cependant en romain : Id., Cf., etc., et s.

Les siècles sont présentés en petites majuscules, avec un e en exposant : x e siècle.

 

Espaces insécables

Il faut une espace insécable après p. , n° , vol. , tit. , t. , tome , liv. , art. , al. , «

Il faut une espace insécable avant les ponctuations doubles, c’est-à-dire : ; ? ! », les numéros de rois ou de papes (Léon XIII), et les unités de mesure ou monétaires (km, h, l. s. d…).

 

Présentation de la Bibliographie

Livres

P. Nom, Titre du livre, lieu, éditeur commercial, date, vol., p.

N.B. Le lieu d’édition peut être omis quand il s’agit de Paris.

J.M. Auby et R. Drago, Traité de contentieux administratif, Paris, LGDJ, 1984, t. I, 3e éd., p. 240.

F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France, Points-Seuil, Histoire en Débats, 2002.

Le titre particulier d’un tome, ou la traduction française du titre, peuvent être indiqués.

M. Picard et A. Besson,Les assurances terrestres en droit français, t. I, Le contrat d’assurance, 3e éd., LGDJ, 1970.

S. Tonk, Erdélyiek egyetemjárása a középkorban [Les Transylvains dans les universités au Moyen Age], Bucarest, Kriterion, 1979.

 

Collectifs

P. Nom, « Titre de l’article », Titre du recueil (P. Nom éd. ou dir.), Lieu, éditeur commercial, date, p.

P. Nom (éd. ou dir.), Titre du recueil, Lieu, éditeur commercial, date.

G.D. Guyon, « Sirey, Jean-Baptiste », Dictionnaire historique des juristes français (P. Arabeyre, J.L. Halpérin et J. Krynen dir.), Paris, Puf, 2007, p. 716-717.

J.M. Vercruysse (dir.), Ponce Pilate, Arras, Artois Presses Université, 2013.

 

Revues

P. Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, n°, date, p.

A. Esmein, « La jurisprudence et la doctrine », Revue Trimestrielle de Droit Civil, vol. 1, n° 1, 1902, p. 5-19.

 

Documents électroniques : indiquer la date de consultation

A. Ross, « Tû-Tû », Enquête, 1999, n° 7 ( https://enquete.revues.org/1586 , consulté le 6 février 2018).

Retrouvez la revue d'histoire des facultés de droit
et de la culture juridique sur les archives ouvertes.