Clément Desrumaux

Maître de conférences
Science politique.
UFR d’Anthropologie, de Sociologie et de Science politique

Triangle : Action, Discours, Pensée Politique et Économique
  • THESE

    Contes de campagne : sociologie comparée des conjonctures électorales législatives en France et en Grande-Bretagne (1997-2007), soutenue en 2013 à Lille 2 sous la direction de Jean-Gabriel Contamin, membres du jury : Agnès Alexandre-Collier, Hanspeter Kriesi, Rémi Lefebvre, Patrick Lehingue et Antoine Roger     

  • Clément Desrumaux, Jérémie Nollet (dir.), Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique: usages et légitimation de la médiatisation en politique, Presses universitaires de Rennes et OpenEdition, 2022, 204 p.  

    Peut-on réussir en politique grâce aux « médias » ? C'est souvent de cette manière que les professionnels de la politique, les journalistes ou les citoyens appréhendent l'usage politique des médias. Cette formulation fait pourtant obstacle à l'explication des processus sociaux à l'œuvre dans la médiatisation de la politique. Afin de montrer comment la médiatisation peut être agissante en politique, cet ouvrage met à l'épreuve le concept de « capital médiatique », une forme de capital symbolique tiré de la médiatisation. Les contributions examinent les opérations d'accumulation, d'appropriation, de légitimation, de conversion ou de rentabilisation de ce capital, à partir d'études de cas (Louise Michel, José Bové, Emmanuel Macron ou les parlementaires). L'ouvrage n'est pas seulement une étude de la médiatisation du politique : c'est aussi une contribution à la sociologie du champ politique et des ressources qui y prévalent. Il analyse le travail des agents politiques en lien avec tout ou partie du champ journalistique, et plus largement dans un espace médiatique profondément transformé par le numérique. Il conclut à l'inégale rentabilité du capital médiatique selon la position dans le champ politique. Les réflexions engagées invitent à réfléchir, par analogie, à d'autres espaces pour lesquels la reconnaissance médiatique est un enjeu stratégique et semble être une ressource valorisée

    Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant (dir.), Apprendre la politique : enquête sur les étudiant·e·s (sic) en droit et science politique en France, Presses universitaires du Septentrion, 2021, Paradoxa, 250 p.   

    Clément Desrumaux, Stéphane Cadiou (dir.), L'argent en politique , PUG, 2021, 195 p. 

    Clément Desrumaux, Karim Fertikh, Nicolas Azam, Damien Boone, Nicolas Bué [et alii], Les programmes politiques: genèses et usages, Presses universitaires de Rennes et OpenEdition, 2019, Res publica (Online)  

    Les programmes politiques sont au cœur de la vie politique des démocraties contemporaines : les promesses que l'on tient, ou que l'on trahit, les débats sur le réalisme des propositions des candidats nourrissent discours politiques et commentaires journalistiques. Cet ouvrage entend ouvrir un nouveau chantier de recherche portant sur l'invention et les usages des programmes depuis le 19e siècle. Comment et pourquoi les programmes sont-ils apparus et comment ont-ils été codifiés et diffusés jusqu'à devenir incontournables dans l'action politique ? Quels sont les acteurs (intellectuels, experts, think tanks, sondeurs…) qui interviennent dans leur production ? Comment les candidats et militants des partis les utilisent-ils, et les appliquent-ils ? Politistes ou historiens, les auteurs de cet ouvrage privilégient une approche empirique sous la forme d'études de cas relatives à différentes époques ou pays. En se penchant sur la genèse historique des programmes, sur leurs usages et conditions de production, et sur les programmes de la gauche française durant les années 1970 et 1980, les études réunies montrent que, loin de constituer de simples catalogues de mesures d'action publique bien identifiables et stabilisées, les programmes et leurs significations sont sans cesse retravaillés et modifiés, interprétés et défaits par ceux qui les mobilisent. L'étude des programmes politiques proposée dans cet ouvrage renouvelle ainsi le regard qui est porté sur la vie politique et sur les idées politiques

    Clément Desrumaux, Rémi Lefebvre (dir.), Faire campagne, De Boeck, 2016, 242 p. 

  • Clément Desrumaux, « Mobilisation électorale », in Haegel, Florence, Persico, Simon (dir.), Partis politiques, Bruylant, 2024, pp. 597-642 

    Clément Desrumaux, Stéphane Cadiou, « Le scrutin métropolitain lyonnais : des élections de premier ordre ? Construction et hiérarchisation des élections », in Lefebvre, Rémi, Vignon, Sébastien (dir.), Politiser l'intercommunalité ? Le cas des élections locales de 2020, Presses universitaires du Septentrion, 2023, pp. 57-86 

    Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant, « Apprendre la politique, quelques enseignements », in Desrumaux, Clément, Mainsant, Gwénaëlle (dir.), Apprendre la politique : Enquête sur les étudiant·e·s en droit et science politique en France, Presses universitaires du Septentrion, 2021, pp. 199-205 

    Clément Desrumaux, Diane Delacourt, « Une campagne sans effet ? Suivre la campagne, suivre les étudiant·e·s en campagne, résultats de l'enquête panélisée », in Desrumaux, Clément, Mainsant, Gwénaëlle (dir.), Apprendre la politique : enquête sur les étudiant-e-s en droit et science politique en France, Presses universitaires du Septentrion, 2021, pp. 149-169 

    Clément Desrumaux, « Pratiques informationnelles et rapports à la culture légitime », in Desrumaux, Clément, Mainsant, Gwénaëlle (dir.), Apprendre la politique : enquête sur les étudiant-e-s en droit et science politique en France, Presses universitaires du Septentrion, 2021, pp. 171-198 

    Clément Desrumaux, « Temps de campagne : travail politique des députés et coproduction des conjonctures électorales en France et en Grande-Bretagne (1997-2007) », in Marrel, Guillaume, Payre, Renaud (dir.), Temporalité(s) politique(s) : le temps dans l'action politique collective, De Boeck Supérieur, 2018, pp. 25-40 

    Clément Desrumaux, « Changements de programme : usages des programmes par les candidats aux élections législatives en France et en Grande-Bretagne (1997-2007) », in Fertikh, Karim, Hauchecorne, Mathieu, Bué, Nicolas (dir.), Les programmes politiques : genèses et usages, Presses universitaires de Rennes, 2016, pp. 127-143 

    Clément Desrumaux, « Force de la règle et règle du plus fort : les investitures aux élections législatives françaises ou la contingence des prescriptions partisanes », in Allal, Amin, Bué, Nicolas (dir.), (In)disciplines partisanes : comment les partis politiques tiennent leurs militants, Presses universitaires du Septentrion, 2016, pp. 127-146 

  • Clément Desrumaux, Stéphane Cadiou, « L'argent en politique : un sujet public ? [coord. n°15 de : Politiques de communication] », Politiques de communication, 2021, p. 196   

    Clément Desrumaux, Stéphane Cadiou, « Devenir lanceur d'alerte ? Les dynamiques politiques locales de dénonciation des usages de l'argent public », Politiques de communication, 2021, n°15, pp. 109-138 

    Clément Desrumaux, « Le vote dans un Royaume dés-Uni : les apports de la géographie électorale britannique », Savoir/Agir, 2020, n°53, pp. 74-80 

    Clément Desrumaux, « Réencastrer l'usage des agences de communication en période électorale : ethnographie de deux campagnes législatives françaises », Politiques de communication, 2019, n°13, pp. 127-157 

    Clément Desrumaux, « Campagnes électorales : que nous apprennent les exemples étrangers ? », La Lettre de l'InSHS, 2017, n°46, pp. 28-29   

    Clément Desrumaux, « Pour une sociologie des répertoires d’actions électorales », Politix , 2016, n° ° 113, pp. 5-16    

    Pour analyser les pratiques, les techniques et les savoirs mobilisés lors des campagnes électorales, cet article propose l’usage de la notion de répertoires d’actions électorales. La littérature sur les campagnes électorales est généralement dominée par des considérations d’efficience électorale et les changements observés dans les pratiques sont principalement liés à des évolutions technologiques. La notion de répertoires d’actions électorales permet d’analyser les choix produits par les agents dans un contexte où « le choix des armes » est structuré historiquement et sociologiquement. Les agents puisent dans des répertoires d’actions électorales en fonction de contextes politiques enserrés dans des cadres légaux, en fonction aussi de leur appartenance partisane et du rapport de force interne aux partis. La notion de répertoire permet aussi d’expliquer les mobilisations électorales en tenant compte des trajectoires des agents mobilisés et des interactions qu’ils entretiennent avec leurs publics. Enfin, il s’agit aussi d’analyser les évolutions historiques et géographiques des répertoires en lien avec des croyances qui entourent les modes d’action et les phénomènes de circulation dont ils font l’objet.

    Clément Desrumaux, « Une approche configurationnelle des styles de campagne : Les mobilisations électorales législatives en Grande-Bretagne (1997-2005) », Politix , 2016, n° ° 113, pp. 43-64    

    L’analyse des campagnes s’est souvent faite au prisme de leur évolution diachronique. La pluralité synchronique des pratiques électorales fait rarement l’objet d’analyse, si bien qu’on ignore qu’une même campagne électorale s’incarne en réalité dans des formes plurielles de mobilisation électorale. L’article développe une analyse configurationnelle pour expliquer la façon dont les styles de campagne diffèrent et s’imbriquent inégalement au jeu politique national. À partir du cas britannique et d’une enquête auprès des candidats des partis travaillistes et conservateurs, il s’agit de comprendre comment se structurent les formes de mobilisation électorale. Les styles de campagne électorale varient selon les propriétés des candidats, mais aussi et surtout selon la nature de la compétition et le degré d’intégration au jeu central. Finalement, en tenant compte des trajectoires des candidats ainsi que leurs expériences personnelles, professionnelles ou partisanes, l’approche configurationnelle permet de comprendre le champ des possibles qui orientent l’élaboration des styles de campagne.

    Clément Desrumaux, Thomas Léonard, « Des pratiques conformes à la tradition locale : le recours au tribunal administratif dans la structuration du jeu politique lors des élections dans le Nord (1988-2008) », Genèses. Sciences sociales et histoire, 2016, n°102, pp. 24-46   

    Clément Desrumaux, Rémi Lefebvre, « Faire campagne [introd. et coord. du dossier du n°113 de Politix] », Politix, 2016, n°113   

    Clément Desrumaux, « Une approche configurationnelle des styles de campagne : les mobilisations électorales législatives en Grande-Bretagne (1997-2005) », Politix, 2016, n°113, pp. 43-64   

    Clément Desrumaux, Remi Lefebvre, « Faire campagne (dossier) », Politix, 2016, pp. 5-139 

    Clément Desrumaux, « Présentation », Réseaux , 2014, n° ° 187, pp. 9-21   

    Clément Desrumaux, « Modernité de la communication politique ou simple  moment New labour  ? : Flux et reflux du  spin  chez les travaillistes britanniques (1994-2007) », Réseaux , 2014, n° ° 187, pp. 79-105    

    Selon les politistes qui écrivent sur les campagnes électorales à la suite de Blumler et Kavanagh, l’accession de Tony Blair à la tête du Parti travailliste britannique en 1994, puis son installation au 10 Downing Street en 1997, seraient un symbole d’une évolution historique de la communication politique. La capacité du parti, puis du gouvernement, à organiser des campagnes de presse, à réagir rapidement aux événements, à articuler l’action politique aux sondages d’opinion caractériseraient ainsi une nouvelle forme de travail politique définitivement orientée vers les médias. Si l’on réinscrit ce travail politique dans le rapport de force interne au Parti travailliste entre 1994 et 2007, ces évolutions apparaissent plus incertaines et bien moins linéaires qu’il y paraît. La communication politique mise en place autant qu’incarnée par une équipe de « modernisateurs » doit faire face à l’opposition de l’aile gauche du parti et, plus encore, à une méfiance grandissante des journalistes, si bien que le gouvernement travailliste revoit, à partir de 2001, sa communication, son intensité et sa place dans la hiérarchie des pratiques politiques. La transformation de la communication apparaît ainsi moins comme un implacable processus historique qu’une pratique dont les usages varient au gré des conjonctures politiques.

    Clément Desrumaux, Jérémie Nollet, « Présentation », Réseaux : communication, technologie, société, 2014, n°5, pp. 9-21 

    Clément Desrumaux, « Modernité de la communication politique ou simple moment New labour ? Flux et reflux du spin chez les travaillistes britanniques (1994-2007) », Réseaux : communication, technologie, société, 2014, n°5, pp. 79-105 

    Clément Desrumaux, Jérémie Nollet, « Le travail politique par et pour les médias (dossier) », Réseaux : communication, technologie, société, 2014, n°5, pp. 9-21 

    Clément Desrumaux, « From Logo to Logos. Conservatism through the Speeches of David Cameron (2005-2009) », Observatoire de la société britannique, 2010, n°9, pp. 57--74 

  • Clément Desrumaux, Richard Nadeau, Martial Foucault, Bruno Jérôme, Véronique Jérôme-Speziari, Villes de gauche, villes de droite. Trajectoires politiques des municipalités françaises de 1983 à 2014, Liens Socio, 2018  

    Fruit de collaborations entre des économistes et des spécialistes de science politique de Montréal et de Paris, l’ouvrage s’intéresse aux élections municipales françaises entre 1983 et 2014 et entend proposer un modèle explicatif de ces résultats électoraux. Une logique d’exposition d’inspiration anglo-saxonne structure le plan de l’ouvrage, qui présente de manière didactique le modèle d’explication du vote des villes. L’ouvrage est de plus enrichi de 73 pages d’annexes qui offrent aux lecteu...

  • Clément Desrumaux, Vote et production collective des préférences individuelles, 2019 

  • Clément Desrumaux, « Les « sciences » électorales. Expertises, dispositifs et circulations des savoirs sur les élections », le 28 mars 2024  

    Colloque organisé par le CURAP, Université de Picardie sous la direction scientifique de Clément Desrumaux et Sébastien Vignon, en collaboration avec Triangle et l’ANR VERELECT

    Clément Desrumaux, « Les ressources humaines de la démocratie électorale », le 31 mars 2023  

    Séminaire organisé par Sébastien Vignon et Laurent Le Gall, CURAPP, Université de Picardie Jules Verne

    Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant, « Présentation de l’ouvrage "Apprendre la politique" », Séminaire général de l’IRISSO, Université Paris Dauphine-PSL, Paris, le 01 septembre 2022 

    Clément Desrumaux, « Métropole de Lyon, an I : des élections directes, et après ? », le 26 février 2021  

    Organisé par la Faculté de droit Julie-Victoire Daubié, Université Lumière Lyon 2 dans le cadre des Rencontres juridiques

    Clément Desrumaux, « L’Absence de Guerre », le 15 février 2019  

    Table ronde autour de la pièce "L’Absence de Guerre" (David Hare), mise en scène par Aurélie Van Den Daele et présentée au Théâtre de la Croix-Rousse du 9 au 12 avril 2019

    Clément Desrumaux, « Temporalité(s) politique(s) », le 30 novembre 2017  

    Organisé par JB. Devaux, doctorant de science politique, Triangle, G. Marrel, Maître de conférences de science politique, UAPV-LBNC-CHERPA, R. Payre, PR de science politique, Sciences Po Lyon - Triangle

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL