Primavera de Filippi

Chargé de recherche
Sociologie et sciences du droit.
Centre National de la Recherche Scientifique

Centre d'Études et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques
  • Primavera de Filippi, Blockchain et cryptomonnaies, 3e éd., Que sais-je ? - Humensis, 2024, Que sais-je ? ( Sciences ), 127 p. 

    Primavera de Filippi, Blockchain et cryptomonnaies, 2e éd., Presses Universitaires de France et Cairn, 2022, Que sais-je ? ( Sciences ), 127 p.  

    La blockchain : une révolution équivalente à l'invention d'Internet ? C'est du moins ce qu'on en dit parfois. Mais en quoi consiste exactement cette nouvelle technologie et quelles sont ses répercussions réelles ? Popularisée par l'explosion du cours de Bitcoin, une cryptomonnaie permettant d'échanger de la valeur de façon décentralisée et sécurisée, la blockchain s'étend à des champs bien plus larges, comme la certification et l'authentification de documents, ou encore l'automatisation des transactions. Une promesse à la clé : désintermédier en passant d'un système fondé sur la confiance à un système fondé sur la preuve. Donnant un aperçu des applications encore en développement, Primavera De Filippi n'examine rien de moins que les implications politiques et sociales de cette nouvelle technologie qui n'a pas fini de faire parler d'elle

    Primavera de Filippi, Aaron Wright, Blockchain and the law: the rule of code, Harvard University Press, 2018, 300 p. 

    Primavera de Filippi, Blockchain et cryptomonnaies, Presses Universitaires de France et Cairn, 2018, Que sais-je ?, 125 p.  

    La blockchain : une révolution équivalente à l'invention d'Internet ? C'est du moins ce qu'on en dit parfois. Mais en quoi consiste exactement cette nouvelle technologie et quelles sont ses répercussions réelles ? Popularisée par l'explosion du cours de Bitcoin, une cryptomonnaie permettant d'échanger de la valeur de façon décentralisée et sécurisée, la blockchain s'étend à des champs bien plus larges, comme la certification et l'authentification de documents, ou encore l'automatisation des transactions. Une promesse à la clé : désintermédier en passant d'un système fondé sur la confiance à un système fondé sur la preuve. Donnant un aperçu des applications encore en développement, Primavera De Filippi n'examine rien de moins que les implications politiques et sociales de cette nouvelle technologie qui n'a pas fini de faire parler d'elle.

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier (dir.), Open data & big data: nouveaux défis pour la vie privée, Mare & Martin, 2016, Droit & science politique, 269 p.  

    La 4e de couverture indique : "L'Open data encourage les gouvernements à mettre à disposition de tous, de manière totalement ouverte, les informations publiques, pour en permettre une libre réutilisation. Entre temps, explose le marché des Big data c'est-à-dire la collecte et à l'agrégation de grandes masses de données numériques, privées et publiques, dans le but d'extraire de nouvelles informations, grâce à des algorithmes statistiques et prévisionnels. Les données à caractère personnel présentes dans ces différents gisements, sont la cible privilégiée de ces traitements. Leur régime de protection risque d'être gravement affecté sous l'effet de ce double mouvement. Loin de remettre en cause le principe d'Open data, ces nouvelles menaces doivent susciter des précautions supplémentaires, notamment pour les données scientifiques. Il devient urgent de susciter des vocations dans le champ des Humanités numériques, notamment au C.N.R.S., parmi les jeunes chercheurs juristes, informaticiens, politologues, sociologues, cogniticiens. Cet ouvrage, le premier du genre en français, réunit des contributions essentielles de spécialistes de diverses disciplines dont le droit et la sociologie, pour comprendre les nouveaux enjeux de l'explosion des data dans notre vie privée."

    Primavera de Filippi, Luca Belli (dir.), Net neutrality compendium: human rights, free competition and the future of the Internet, Springer, 2016, 300 p.  

    La 4e de couverture indique : "The ways in which Internet traffic is managed have direct consequences on Internet users' rights as well as on their capability to compete on a level playing field. Network neutrality mandates to treat Internet traffic in a non-discriminatory fashion in order to maximise end users' freedom and safeguard an open Internet. This book is the result of a collective work aimed at providing deeper insight into what is network neutrality, how does it relates to human rights and free competition and how to properly frame this key issue through sustainable policies and regulations. The Net Neutrality Compendium stems from three years of discussions nurtured by the members of the Dynamic Coalition on Network Neutrality (DCNN), an open and multi-stakeholder group, established under the aegis of the United Nations Internet Governance Forum (IGF)."

    Primavera de Filippi, Copyright Law in the Digital Environment , LAP LAMBERT Academic Publishing GmbH & Co. KG, 2012, 116 p.   

  • Primavera de Filippi, Géraldine Aïdan, « Le Ius artificiale entre intériorité et boîte noire : Le droit de l’IA est-il soluble dans le droit ? », in Presse universitaire de Laval (dir.), justice sociale et intelligence artificielle, 2023   

    Primavera de Filippi, « Digital Assets Cryptocurrencies and Blockchain », FGV FINTECHS & Law, FGV Direito SP, 2022   

    Primavera de Filippi, Xavier Lavayssière, « Blockchain Technology: Toward a Decentralized Governance of Digital Platforms? », The Great Awakening: New Modes of Life amidst Capitalist Ruins, Punctum Book, 2020   

    Primavera de Filippi, « PLANTOÏDE: UNE FORME DE VIE FONDÉE SUR LA BLOCKCHAIN », in Genevieve Vidal, Olga Kisseleva (dir.), Double Vie d’Artistes, 2020   

    Primavera de Filippi, « Bitcoin », A History of Intellectual Property in 50 Objects, 2019   

    Primavera de Filippi, « Blockchain Technology and Decentralized Governance: The Pitfalls of a Trustless Dream », Decentralized Thriving : Governance and Community on the Web 3.0, 2019   

    Primavera de Filippi, « Citizenship in the Era of Blockchain-Based Virtual Nations ​ », Debating Transformations of National Citizenship, 2018   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Les algorithmes sont ils devenus le langage ordinaire de l'administration ? », in Geneviève Koubi, Lucie Cluzel-Métayer, Wafa Tamzini (dir.), Lectures critiques du Code des relations Public et administration, LGDJ, 2018, pp. 193-210     

    Primavera de Filippi, « Blockchain : a global infrastructure for distributed governance and local manufacturing. », FabCities: The Mass Distribution of Almost Everything, 2018   

    Primavera de Filippi, « Repenser le droit à l'ère numérique : entre la régulation technique et la gouvernance algorithmique », in V. Gautrais, P.E. Moyse (dir.), Droit et Machine, Éditions Thémis, 2017   

    Primavera de Filippi, Michel Reymond, « Blockchain et droit à l'oubli », in Tristan Nitot, Nina Cercy (dir.), Numérique: reprendre le contrôle, 2016, pp. 138   

    Primavera de Filippi, « Gouvernance algorithmique: Vie privée et autonomie individuelle à l'ère des Big Data », in Primavera De Filippi, Daniele Bourcier (dir.), Open Data & Data Protection : Nouveaux defies pour la vie privée, Mare & Martin, 2016   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Three-Strikes Response to Copyright Infringement: The Case of HADOPI », in Francesca Musiani, Derrick L. Cogburn, Laura DeNardis, Nanette S. Levinson (dir.), The Turn to Infrastructure in Internet Governance, Palgrave-Macmillan, 2016, pp. 125-152   

    Primavera de Filippi, « Community Mesh Networks: Citizens Participation in the Deployment of Smart Cities », in Vesco, A. & Ferrero, F. (dir.), Social, Economic, and Environmental Sustainability in the Development of Smart Cities, IGI Global, 2015, pp. 298-314   

    Primavera de Filippi, « Translating Commons-Based Peer Production Values into Metrics: towards Commons-based Crypto-Currencies », in David Lee Kuo Chuen (dir.), Handbook of Digital Currency, Elsevier, 2015   

    Primavera de Filippi, Félix Tréguer, « Wireless Community Networks: Towards a Public Policy for the Network Commons? », Net Neutrality Compendium: Human Rights, Free Competition and the Future of the Internet, 2015, pp. 261-270   

    Primavera de Filippi, Samer Hassan, « Measuring Value in the Commons-Based Ecosystem: Bridging the Gap Between the Commons and the Market », The MoneyLab Reader, Institute of Network Cultures, 2014   

    Primavera de Filippi, « Ubiquitous Computing in the Cloud: User Empowerment vs. User Obsequity », User Behavior in Ubiquitous Online Environments, IGI Global, 2013, pp. 44   

    Primavera de Filippi, Isabelle Ramade, « Les licences Creative Commons : Libre Choix ou Choix du Libre ? », in Camille Paloque-Berges, Benjamin Jean, Christophe Masutti (dir.), Histoire et cultures du Libre, Framabook, 2013, pp. 44   

    Primavera de Filippi, Daniele Bourcier, « Vers un nouveau modèle de partage entre l'administration et les communautés numériques », in Nicolas Matyjasik, Philippe Mazuel (dir.), Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2012, pp. 67   

  • Primavera de Filippi, Anne Gagnebien, Geneviève Vidal, Chantal Enguehard, David Fayon, « Blockchains : quels enjeux juridiques, économiques, et énergétiques ? », Terminal. Technologie de l’information, culture & société, 2023, n°136 

    Primavera de Filippi, Bruno Deffains, Philémon Poux, «  Maximal Extractable Value  ou la Tragédie des Blockchains en tant que Communs », 2023  

    Introduction Contrairement aux bases de données centralisées, dont les données sont stockées sur un serveur ou un centre de données centralisé géré par une entité unique, une blockchain est un entrepôt décentralisé dont les données sont répliquées sur plusieurs nœuds du réseau. Il existe deux grandes catégories d’acteurs impliqués dans une blockchain : les utilisateurs et les opérateurs. Les utilisateurs du réseau sont ceux qui soumettent des messages au réseau afin d’exécuter une transaction...

    Primavera de Filippi, Philémon Poux, Bruno Deffains, « Maximal Extractable Value ou la Tragédie des Blockchains en tant que Communs », Terminal. Technologie de l’information, culture & société, 2023   

    Primavera de Filippi, Marc Santolini, « Extitutional Theory: Modeling Structured Social Dynamics Beyond Institutions », Ephemera : Theory and Politics in Organization, 2022   

    Primavera de Filippi, Wessel Reijers, Liav Orgad, « The Rise of Cybernetic Citizenship », Citizenship Studies, 2022     

    Primavera de Filippi, Michael Zargham, Joshua Tan, Luke Miller, Jonathan Abbott [et alii], « Towards a participatory digital ethnography of blockchain governance », Qualitative Inquiry, 2022, n°7, pp. 837-847   

    Primavera de Filippi, Horst Treiblmaier, Melanie Swan, Mary Lacity, Thomas Hardjono [et alii], « What’s Next in Blockchain Research? – An Identification of Key Topics Using a Multidisciplinary Perspective », Database for Advances in Information Systems, 2021   

    Primavera de Filippi, Morshed Mannan, Wessel Reijers, « The Alegality of Blockchain Technology », Social Policy and Society, 2021   

    Primavera de Filippi, Andrea Leiter, « Blockchain in Outer Space », AJIL Unbound, 2021, pp. 413-418   

    Primavera de Filippi, Morshed Mannan, Wessel Reijers, « Blockchain as a confidence machine: The problem of trust & challenges of governance », Technology in Society, 2020, p. 101284   

    Primavera de Filippi, Fennie Wang, « Self-Sovereign Identity in a Globalized World: Credentials-Based Identity Systems as a Driver for Economic Inclusion », Frontiers in Blockchain | www.frontiersin.org, 2020   

    Primavera de Filippi, Alexis Collomb, Klara Sok, « Blockchain Technology and Financial Regulation: A Risk-Based Approach to the Regulation of ICOs », European Journal of Risk Regulation, 2019   

    Primavera de Filippi, Sinclair Davidson, Jason Potts, « Blockchains and the economic institutions of capitalism », Journal of Institutional Economics, 2018, n°4, pp. 639-658   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Vers un droit collectif sur les données de santé », RDSS. Revue de droit sanitaire et social, 2018, n°3, p. 444       

    Primavera de Filippi, « Transparence des algorithmes face à l’open data : quel statut pour les données d’apprentissage ? », Revue française d'administration publique , 2018, n° 167, pp. 525-537    

    RésuméL’utilisation d’algorithmes informatiques au sein des administrations publiques risque d’obfusquer les fondements factuels et juridiques des décisions administratives. Dans l’effort de respecter les principes d’un gouvernement ouvert ( open data), le législateur s’est jusqu’à présent focalisé sur la transparence de la décision algorithmique, mais rien n’est précisé sur les données qui vont influencer ces algorithmes. Cet article s’intéresse aux problématiques liées à l’application d’algorithmes dans les décisions administratives, et souligne la nécessité de garantir non seulement l’accès au code source de ces algorithmes, mais aussi l’accès aux bases de données qui les ont entraînés.

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « La transparence des algorithmes face à l'Open Data : Quel statut pour les données d'apprentissage ? », Revue française d’administration publique, 2018     

    Primavera de Filippi, Wessel Reijers, Iris Wuisman, Morshed Mannan, Christopher Wray [et alii], « Now the Code runs itself : On-chain and Off-chain governance of blockchain technology », Topoi, 2018   

    Primavera de Filippi, Samer Hassan, « The Expansion of Algorithmic Governance: From Code is Law to Law is Code », Field Actions Science Reports, 2017   

    Primavera de Filippi, Melanie Swan, « Towards a Philosophy of Blockchain », Metaphilosophy, 2017   

    Primavera de Filippi, Alex Pazaitis, Vasilis Kostakis, « Blockchain and value systems in the sharing economy: The illustrative case of Backfeed », Technological Forecasting and Social Change, 2017, pp. 105-115   

    Primavera de Filippi, Samer Hassan, « Blockchain Technology as a Regulatory Technology: From Code is Law to Law is Code », First Monday, 2016   

    Primavera de Filippi, Benjamin Jean, « Les Smart Contracts, les nouveaux contrats augmentés ? », Conseils et Entreprises, 2016   

    Primavera de Filippi, Benjamin Loveluck, « The invisible politics of Bitcoin: governance crisis of a decentralised infrastructure », Internet Policy Review, 2016, n°3       

    Primavera de Filippi, « The interplay between decentralization and privacy: the case of blockchain technologies », Journal of Peer Production, 2016   

    Primavera de Filippi, Félix Tréguer, « Expanding the Internet Commons: The Subversive Potential of Wireless Community Networks », Journal of Peer Production, 2015, n°6     

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Architecture et gouvernance : Le cas des architectures distribuées sur Internet », Pensée Plurielle - Parole, pratiques et réflexions du social , 2014, p. 42   

    Primavera de Filippi, Melanie Dulong de Rosnay, « Le pirate informatique, un explorateur des courants juridiques du réseau », Tracés : Revue de Sciences Humaines, 2014, n°26, p. 42    

    Le bateau c’est la liberté, pas seulement le moyen d’atteindre un but.Bernard Moitessier, navigateur, Tamata et l’Alliance L’Internet, un réseau mondial décentralisé, s’est constitué comme un espace de plus en plus régulé par des États qui luttent pour maintenir ou même établir leur souveraineté sur le réseau (Post, 1996). Par suite de nombreuses réformes législatives, les États se sont progressivement emparés du réseau, étendant ainsi leur juridiction à un espace qui se situait auparavant au...

    Primavera de Filippi, Katarzyna Gracz, « Regulatory failure of copyright law through the lenses of autopoietic systems theory », International Journal of Law and Information Technology, 2014, p. 46   

    Primavera de Filippi, Miguel Said Vieira, « Between Copyleft and Copyfarleft : advanced reciprocity for the commons », Journal of Peer Production, 2014, p. 42   

    Primavera de Filippi, « Bitcoin: a regulatory nightmare to a libertarian dream. », Internet Policy Review, 2014, n°2, p. 43   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Open data : l'ouverture des données », La Semaine juridique. Édition générale, 2014, p. 42   

    Primavera de Filippi, « Réseaux et gouvernance. Le cas des architectures distribuées sur internet », Pensée plurielle , 2014, n° 36, pp. 37-53    

    Cet article analyse l’évolution des architectures distribuées sur Internet, et comment ces dernières peuvent relancer le débat sur certains fondements de la démocratie sur le réseau. L’article se concentre notamment sur le cas des « réseaux mesh » (mesh networking), dont l’architecture a été conçue pour répondre d’abord aux attaques des États autoritaires et à la fracture numérique, mais qui régulent aujourd’hui des formes particulières d’expression politique proches de ce qui pourrait fonder une « démocratie distribuée ». C’est à partir de ce concept que l’article s’efforcera de présenter une nouvelle façon de penser la « démocratie technique » en analysant comment les divers modes de régulation qui se sont développés sur le réseau peuvent être reliés à l’évolution des principes démocratiques. La loi traditionnellement définissait de façon descendante la manière dont les normes encadraient les infrastructures. Aujourd’hui, c’est l’architecture même des réseaux qui va déterminer les normes « techniques » qui, de façon ascendante, iront influencer les comportements des utilisateurs du réseau.

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « L'Open Data : universalité du principe et diversité des expériences ? », La Semaine juridique. Édition générale, 2013, n°38, pp. 1-9   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « La double face de l'Open data », Les Petites Affiches, 2013, pp. 1-5   

    Primavera de Filippi, « Une charte éthique pour le Big Data », Documentaliste - Sciences de l'Information, 2013, pp. 8-9   

    Primavera de Filippi, Danièle Bourcier, « Les communautés numériques : Objectifs, principes et différences », Les Cahiers français : documents d'actualité, 2013, n°372, p. 44   

    Primavera de Filippi, « Métiers et compétences », Documentaliste-Sciences de l'Information , 2013, n° 50, pp. 4-9   

    Primavera de Filippi, Luca Belli, « The Law of the Cloud v the Law of the Land : Challenges and Opportunities for Innovation », European Journal of Law and Technology, 2012, n°2   

    Primavera de Filippi, Smari Mccarthy, « Cloud Computing : Centralization and Data Sovereignty », European Journal of Law and Technology, 2012, n°2   

    Primavera de Filippi, Benjamin Jean, « De la culture papier à la culture numérique : l'évolution du droit face aux médias », Implications philosophiques, 2012, p. 18   

  • Primavera de Filippi, Morshed Mannan, Jack Henderson, Tara Merk, Sofia Cossar [et alii], Report on blockchain technology & legitimacy, 2022   

    Primavera de Filippi, Morshed Mannan, Wessel Reijers, Paula Berman, Jack Henderson, Blockchain Technology, Trust & Confidence: Reinterpreting Trust in a Trustless system?, 2022   

    Primavera de Filippi, Greg Mcmullen, Governance of blockchain systems: Governance of and by Distributed Infrastructure, 2018   

    Primavera de Filippi, Fennie Wang, Alexis Collomb, Klara Sok, Financing Open Blockchain Ecosystems: Toward Compliance and Innovation in Initial Coin Offerings, 2018   

    Primavera de Filippi, Benedikt Schuppli, Constance Choi, Carla Reyes, Nikita Divissenko [et alii], Regulatory Framework for Token Sales: An Overview of Relevant Laws and Regulations in Different Jurisdictions, 2018   

    Primavera de Filippi, Luca Belli, The value of Network Neutrality for the Internet of Tomorrow: Report of the Dynamic Coalition on Network Neutrality, 2013   

  • Primavera de Filippi, Géraldine Aïdan, Usages et mésusages des biais dans le droit : l’IA a-t-elle conquis l’intériorité d’un juge humain ?, 2022 

    Primavera de Filippi, Morshed Mannan, Wessel Reijers, Blockchain Technology and the Rule of Code: Regulation via Governance, 2022   

    Primavera de Filippi, Blockchain-based Crowdfunding: what impact on artistic production and art consumption?, 2016   

    Primavera de Filippi, Luca Belli, Framing the Network Neutrality debate : a multi-stakeholder approach towards a policy blue-print, Report of the Dynamic Coalition on Network Neutrality, 2014, 42 p.   

  • Primavera de Filippi, Philémon Poux, Simona Ramos, « Blockchain for the Governance of Common Good », Proceedings of 1st International Workshop on Distributed Infrastructure for Common Good (DIGC ’20)., Online, le 08 décembre 2020   

    Primavera de Filippi, François Verdier, Frédéric Mallet, Philippe Collet, Lise Arena [et alii], « Smart IoT for Mobility: Automating of Mobility Value Chain through the Adoption of Smart Contracts within IoT Platforms », le 05 septembre 2018   

    Primavera de Filippi, Nathalie Nevejans, Jean-Paul Laumond, Bruno Deffains, Stéphanie Smatt [et alii], « Allons-nous être remplacés par des robots ? », Robes & robots, Paris, le 30 mars 2017 

    Primavera de Filippi, Sinclair Davidson, Jason Potts, « Economics of Blockchain », Public Choice Conference, Fort Lauderdale United States (US), le 10 mai 2016   

    Primavera de Filippi, Miguel Vieira, « Information Commons between Peer-­Production and Commodification: the case of Cloud Computing », 17th Annual Conference of The International Society for New Institutional Economics, Florence Italy (IT), le 20 juin 2013   

    Primavera de Filippi, Katarzyna Gracz, « Resolving the crisis of copyright law in the digital environment : reforming the "copy-right" into a "reuse-right" », 7th International Conference on the interaction of knowledge rights, data protection and communication., Helsinki Finland (FI), le 26 novembre 2012   

    Primavera de Filippi, Smari Mccarthy, Daniele Bourcier, « Cloud Computing: New Research Perspectives for Computer & Law », 13th International Conference of Artificial Intelligence & Law United States (US), le 11 juillet 2011     

    Primavera de Filippi, « The Concept of a Digital Copy », 15th International Legal Informatics Symposium (IRIS) Austria (AT), le 23 février 2012   

    Primavera de Filippi, « Ontologies of Intellectual Property », Know Right 2010: Conference on the Interaction of Information Related Rights, Information Technology and Knowledge Management Austria (AT), le 05 mai 2010   

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • David Stancel, Implementation of MiCA, thèse en cours depuis 2023  

    The Markets in Crypto Asset Directive (MiCA) is an impending regulatory framework in Europe, designed to govern the use and operation of cryptocurrencies. This research will primarily focus on the implications of MiCA for centralized crypto asset service providers, with a secondary focus on its impact on the Decentralized Finance (DeFi) sector. This thesis will establish an academic framework for understanding the role of centralized service providers in the evolving cryptocurrency landscape and the implications of MiCA. It will explore the challenges and opportunities presented by MiCA for centralized service providers, investigating how these regulations can be integrated into their operations to ensure compliance while maintaining service efficiency and user trust. The research will adopt a participatory action research approach, engaging with various stakeholders in the cryptocurrency ecosystem, including centralized service providers, startups, established companies, regulatory bodies, and user communities. This engagement will provide valuable insights into the practical challenges and opportunities of implementing MiCA in the context of centralized service providers. The research will also explore the social dynamics of these ecosystems, examining how the implementation of MiCA may impact the relationships and identities of individuals and communities within the centralized service providers. While MiCA operates within the logic of institutional regulation, this research will seek to understand how it can be adapted to the structures of centralized service providers. As a secondary focus, this research will delve into the intersection of MiCA and DeFi, investig

    Louise Frion, Blockchain, gouvernance distribuée et théorie des communs, thèse en cours depuis 2022  

    Cette recherche se fixe l'objectif de trouver des points de convergence entre les communautés et projets utilisant la technologie blockchain au service du développement de biens publics mondiaux (Gitcoin, Protocol Labs, Funding the commons, Foundation Filecoin, etc.) et les institutions multilatérales travaillant à la régulation de ces biens publics, dans un cadre de plus en plus "polycentrique" (V. Ostrom). Le cadre théorique de la théorie des communs et de la gouvernance polycentrique sera étudié en profondeur, analysé et enrichi pour répondre à cette question de recherche. Des outils comme l'équivalence réglementaire et fonctionnelle permettront de relier ces deux environnements (blockchain et institutions internationales), et de faire émerger des solutions robustes sur le plan technique et juridique et innovantes pour résoudre ces problématiques d'envergure mondiale. Ce projet a pour objectif de contribuer au projet Blockchain.Gov, une recherche pluridisciplinaire de 5 ans pilotée par Primavera de Filippi (directeur de recherche au CNRS/CERSA) pour promouvoir des pratiques de gouvernance distribuée on-chain et off-chain susceptibles de renforcer la confiance au niveau communautaire et global dans les institutions et les dispositifs réglementaires associés.

    Philémon Poux, Blockchains et choix collectif : blockchains, gouvernance et les Communs, thèse soutenue en 2022 à Université ParisPanthéonAssas en co-direction avec Bruno Deffains, membres du jury : Grazia Cecere (Rapp.), Yassine Lefouili (Rapp.), Balázs Bodó, Jason D. Potts et David Rozas  

    Dans cette thèse, j'utilise le cadre conceptuel de l'économie politique et institutionnelle pour analyser le choix collectif et l'établissement de constitutions, c'est-à-dire les règles pour décider des règles, dans les communautés blockchain. J'adopte une double approche entre, d'une part, l'utilisation de la théorie économique classique pour évaluer le processus de gouvernance dans les communautés rassemblées autour d'une blockchain (gouverner la blockchain) et, d'autre part, l'identification de la façon dont les innovations des blockchains peuvent être utilisées pour améliorer la coopération dans les groupes (gouverner avec une blockchain). Ces directions se nourrissent mutuellement : à mesure que nous comprenons mieux les spécificités de la gouvernance des blockchains, nous découvrons dans quelle mesure elles peuvent à leur tour être utilisées pour la gouvernance de ressources partagées dans différents contextes. La principale question abordée dans ce manuscrit est de savoir comment les blockchains peuvent être utilisées pour gouverner des biens Communs.Ce travail démontre que si les blockchains sont un outil puissant pour garantir une certaine confiance dans les opérations quotidiennes de gouvernance d'une ressource, il ne faut pas ignorer les dynamiques en œuvre lorsque ces règles doivent être modifiées. Cela alimente une relation à double sens : les blockchains peuvent introduire la confiance dans des environnement qui en sont dépourvus mais, à l'inverse, elles ont besoin de l'implication de la communauté et de confiance et de ses normes pour faire face aux évolutions du système.

    Niranjan Sivakumar, La cartographie des controverses cryptographique, thèse en cours depuis 2022 

    Nathan Vandy, Blockchain Governance, thèse en cours depuis 2022 

    Jessy Kate Schingler, Applied Extitutional Theory, thèse en cours depuis 2022  

    La théorie extitutionnelle est une nouvelle approche normative pour comprendre les dynamiques sociales structurées. Elle est distincte (et complémentaire) de la théorie institutionnelle. La théorie extitutionnelle postule que nous pouvons construire une autre “lentille” pour examiner la dynamique sociale en nous concentrant sur différentes logiques d'ordonnancement. Alors que les logiques des institutions tournent autour de règles et de rôles, le prisme extitutionnel est structuré par les identités et les relations. Jusqu'à présent, la théorie s'est concentrée sur la caractérisation et la différenciation entre les dynamiques institutionnelles et extitutionnelles. Cette recherche contribuera aux fondements de la théorie extitutionnelle en développant davantage la grammaire de base de la théorie. Au fur et à mesure que notre compréhension des personnalités distinctes de ces phénomènes mûrit, nous tournons notre attention vers la riche interaction entre eux, cherchant à observer et à formaliser comment ils s'influencent mutuellement, comment le changement se produit et s'il existe des arrangements communs et stables entre les institutions et les extitutions. Nous nous demandons également si certaines dynamiques extitutionnelles donnent naissance de manière prévisible à certaines dynamiques institutionnelles, et vice versa. Ce concept est appelé « scaffolding » (échafaudage) dans la théorie extitutionnelle. Ma recherche cherchera à développer puis à appliquer cette grammaire théorique émergente à 3 aspects particulièrement sous-théorisés des dynamiques sociales persistantes : le moment constitutionnel des nouvelles institutions (le moment où une institution naît), les éléments informels des institutions actuelles, et la persistance des phénomènes sociaux qui pourtant ne sont pas conformes aux logiques institutionnelles connues. Tout au long de la recherche, diverses études de cas seront utilisées pour explorer le pouvoir prédictif de la théorie pour les questions de stabilité, de changement (influence), d'efficacité et d'épanouissement dans les arrangements sociaux. J'espère que la théorie extitutionnelle pourra nous donner un riche ensemble de nouveaux outils pour aborder la conception de dispositifs de gouvernance efficaces, combinant les propriétés insaisissables de l'autonomie et de l'efficacité. De tels outils peuvent être appliqués dans de nombreux aspects de la vie quotidienne, des relations amicales et familiales jusqu'aux nouvelles notions de souveraineté, dans un monde où l'enceinte institutionnelle de l'État westphalien continue d'être contestée par de nouvelles formes d'association permises par la technologie.

    Anthony Lai, Computational Law and Polycentric Governance for Collective Goods, thèse en cours depuis 2022  

    Cette recherche développera des moyens de comprendre la façon dont le droit informatique peut permettre aux industries, aux plateformes, aux écosystèmes et aux communautés de s'autoréguler, de se coordonner ou de s'intégrer dans des cadres polycentriques pour la gouvernance des biens collectifs. La gouvernance polycentrique est un concept articulé dans les travaux d'Elinor Ostrom, qui se situe au sein de sa recherche sur les méthodes de conception pour coordonner l'action collective émergente autour de la gouvernance des « biens collectifs » (englobant les concepts de biens de club, de biens communs et de biens publics). Cette thèse établira un cadre académique pour l'utilisation du droit informatique, en particulier des technologies de grand livre distribué, telles que les blockchains, pour fournir des garde-fous et permettre l'émergence d'une telle action collective, ainsi que l'application croissante de l'IA, de l'IoT, et d'autres technologies et systèmes intensifs de data, dans l'ensemble de nos entreprises et sociétés en voie de numérisation rapide.

    Esen Esener, La gouvernance du blockchain, thèse en cours depuis 2022  

    Le projet du Conseil européen de la recherche "Blockchain Gov", dirigé par Primavera De Filippi, doit étudier l'utilisation de la blockchain et des applications décentralisées et son impact sur la gouvernance des institutions publiques et privées. Pour ce projet, le chercheur doit explorer la qualification de la technologie blockchain en tant que technologie de régulation et son impact sur l'état de droit. Blockchain Gov est un projet de recherche interdisciplinaire qui étudie l'impact de la technologie blockchain sur la gouvernance, et ses conséquences sur la légitimité et la confiance. Il s'appuie sur quatre piliers interdépendants. Les questions de la recherche du project Blockchain Gov sont: a) Comment le blockchain peut servir comme une technologie regulatoire qui peut améliorer la confiance et l’assurance publiques et privée et peut rapprocher la règle de droit de la règle de code b) Comment le code définira le gouvernance par l’infrastructure, les normes sociaux qui définient le gouvernance de l’infrastructure et les incitations économiques integrées a la plateforme qui déterminent la structure globale de rémunération favorisent-elles plus de transparence, de responsabilité, de représentativité et d'inclusion dans le processus de gouvernance des communautés décentralisées ? c) Comment créer un prototype de système alternatif de résolution des conflits, combinant des mécanismes sur la chaîne et hors de la chaîne pour garantir une meilleure procédure ?

    Maria Sofia COSSAR LAMBERTINI, La technologie Blockchain en tant que "technologie de régulation" et son impact sur l'état de droit., thèse en cours depuis 2022  

    La doctorante propose d’aborder deux questions de recherche centrales, chacune divisée en sous-questions: (1) Comment la blockchain comme technologie régulante peut-elle accroître la confiance dans les institutions publiques et privées et leur légitimité en augmentant le degré de conformité entre l’État de droit et le Droit du Code? (1.a) Dans quelle mesure une lex cryptographica peut-elle être considérée comme une forme de restriction constitutionnelle capable de produire une gouvernance raisonnable? (1.b) Dans quelle mesure des règles et politiques de gouvernance raisonnable, appliquées au travers d’une lex cryptographica, peuvent-elles être vues comme un équivalent fonctionnel aux critères inscrits dans les lois existantes dans l'État de droit? (2) Comment la blockchain comme technologie de gouvernance peut-elle aider à développer des modèles de gouvernance distribuée qui suivent les principes de gouvernance raisonnable et de gouvernance intentionnelle pour les communautés de la blockchain? (2.a) Quelles règles, exogènes ou endogènes, peuvent contribuer à produire une meilleure gouvernance distribuée selon des modèles de gouvernance en chaîne ou de gouvernance par l’infrastructure? (2.b) Quelles règles, exogènes ou endogènes, peuvent contribuer à produire une meilleure gouvernance distribuée selon des modèles de gouvernance hors chaîne ou de gouvernance de l’infrastructure?

    Vashti Maharaj, La blockchain dans le secteur public , thèse en cours depuis 2022  

    The research that is to be undertaken during the course of the Doctoral Programme will be primarily driven by the mandate of the Blockchainn Gov. The Project seeks to identify the strengths and weaknesses of the use of Blockchain technology, in order to find ways to fill the gaps that have led to reluctance in uptake, and ultimately find logical, workable and meaningful solutions that may be able to occasion a paradigm shift and present prototypes which can be which can be fit for purpose, scalable and imbued with trust to be translatable on a global level. The conduct of research will be centred around the theoretical issues surrounding Blockchain technology, which involves an indepth analysis surrounding the nature of the technology and its potentiality to meet diverse sectorial needs, taking into consideration the principles of distributed governance, collective action, internet governance as well as its impact upon the rule of law and the politics of sovereignty. This includes the multidimensional analysis of the work of leading theorists on collective action in relation to the operational function of Blockchain, while also taking into consideration alternative views posed by pre-eminent schools of thought which may provide elucidation on the theoretical sub-strata that drives human behaviour. The intended research work in this area avows interdisciplinary collaboration utilizing participatory action research. This holistic approach is absolutely crucial, as the integration of Blockchain technology as a mainstay requires the multifaceted perspectives of legal, political, and technological experts who can realistically bring to the fore the key issues to be addressed and identify the synergies which will be the key drivers for success. Pilot communities will therefore be utilized in order to test new proposed governance models, as an impetus to provide the appropriate validation and endorsement required to lead to wider acceptance and adoption.

    Tara Merk, Gouvernance décentralisée et DAOs, thèse en cours depuis 2022  

    Les DAO et la capacité d'organisation des blockchains ont été largement conceptualisées sur le plan théorique. Cependant, les données empiriques qui fondent la plupart des conceptualisations restent dominées par l'analyse des crypto-monnaies en général et du bitcoin en particulier. Bien que des exceptions comme le récit de DuPonts (2017) sur l'échec de The DAO ou l'analyse de Swarm City par Beck et al. (2018) rompent avec ce schéma, peu d'analyses empiriques ont été réalisées pour et sur la récente classe de DAO qui ont émergé depuis fin 2019. En concentrant ma recherche sur ces nouvelles instances, je vise à valider, affiner et étendre certaines des notions théoriques existantes développées sur les DAO. Je cherche spécifiquement à découvrir ce qui "fait" une DAO selon les trois dimensions mises en évidence par Hassan et De Filippi (2021) : La décentralisation (dans quelle mesure est-elle requise sur la chaîne ? dans quelle mesure hors de la chaîne ?), l'autonomie et l'automatisation (l'intervention humaine est-elle bienvenue ? dans quelle mesure ?), et la participation (qui est membre de la DAO ? Certains appartiennent-ils plus que d'autres ?). Sur le plan méthodologique, j'adopte une approche socioconstructiviste de cette question et je prévois d'utiliser des données d'enquête et d'entretien qualitatives pour comprendre les différentes opinions au sein de la communauté blockchain. Cette recherche contribue à la littérature actuelle en ajoutant des cadres théoriques fondés sur l'étude empirique de la plus récente vague de DAO qui s'est développée depuis fin 2019 (par exemple, Yearn.finance ou SushiSwap).

    Dzhamilia Kamalova, Gouvernance et défis juridiques des systèmes décentralisés de règlement des différends, thèse en cours depuis 2022  

    L'objectif principal de cette proposition de recherche doctorale est d'analyser et de comprendre la nature des plateformes décentralisées de règlement des différends récemment intégrées. Il serait important de mener des recherches approfondies, d'analyser le cadre législatif actuel et la place des systèmes de justice innovants, d'aborder les problèmes, les limites et les questions juridiques relatifs de ce sujet. L’étendue de cette proposition de recherche englobe une variété de méthodes différentes. Il utilisera non seulement un type de recherche juridique empirique qualitatif mais aussi quantitatif. Une partie importante de recherches serait consacrée non seulement à déterminer si l'état actuel des tribunaux de blockchain susmentionnés est conforme au cadre législatif international, mais également à découvrir une nuance philosophique plus profonde. La recherche abordera les liens entre la philosophie du droit, la méthode innovante de résolution en justice, la place des tribunaux décentralisés dans le système juridique actuel, son administration, les prévisions futures de leur adoption massive et leur gouvernance et traitera principalement les questions juridiques suivantes : 1. Enjeux juridiques provenant de la gouvernance de la justice décentralisée. 2. Analyse comparée de la philosophie du droit et de la philosophie de la technologie. 3. Impact des tribunaux basés sur la blockchain et leur place dans le système judiciaire traditionnel. 4. Prévision pour une solution future des problèmes juridiques actuels et les moyens de les surmonter grâce à la transformation d’une la vision actuelle du système judiciaire. 5. Propositions concernant les politiques actuelles et futures qui régissent les relations découlant de la mise en œuvre de tribunaux autonomes décentralisés.

    Lou Viquerat, Le rôle de l’affect dans la formation et la contestation des institutions, thèse en cours depuis 2022  

    Ma recherche visera à analyser dans quelle mesure la production et la gestion des affects est un élément clé de la formation, de l’efficacité, de la continuité, et de la contestation des institutions explorer, plus spécifiquement, comment des dynamiques sociales informelles et des structures de gouvernances construites via des expériences émotionnelles partagées deviennent formalisées en droit. Peu de recherches ont été menées pour évaluer le rôle de l’affect dans la formation et la déformation des organisations politiques et civiques, la majorité de ces recherches se concentrant sur les processus législatifs. Ma recherche proposera une analyse juridique et empirique utilisant la théorie des affects et l’histoire des émotions comme cadres conceptuels et descriptifs de ces phénomènes. Cette analyse peut être étayée par le prisme complémentaire de la théorie extitutionelle, théorie normative proposant d’analyser les dynamiques sociales structurées via des logiques distinctes de la théorie des institutions, en s'intéressant au rôle des relations et identités collectives et à leurs dynamiques informelles. Ma recherche s’appuiera sur des études de cas afin de formaliser les relations réciproques régissant affects et institutions. Il s’agira notamment d’analyser des exemples historiques tirés du droit public, ainsi que des exemples contemporains, tels que le droit numérique et les politiques de gouvernance de nouvelles technologies. J'espère que cette recherche apportera une perspective complémentaire pour appuyer la légitimité des institutions dans les dimensions du sentiment d’appartenance et du débat démocratique, et leur efficacité face aux défis inédits et complexes dont elles sont en charge.

    Constance Choi, Les systèmes juridiques comme reproduction de la hiérarchie , thèse en cours depuis 2019  

    Cette thèse portera sur un examen comparatif des systèmes juridiques, axé sur les systèmes de droit public. Dans la première partie, le document comparera les aspects fonctionnels des systèmes juridiques hérités de manière hétérodoxe, en analysant comment ces dimensions, individuellement et ensemble, renforcent, médiatisent et façonnent le pouvoir et les normes sociales. Dans la deuxième partie, le document explorera différents systèmes, notamment les concepts fondamentaux de la théorie juridique, tels que la théorie du droit naturel, le positivisme juridique, le réalisme juridique et les théories normatives du droit, y compris les concepts fondamentaux de justice et d'équité. Dans la troisième partie, cet article examine les systèmes basés sur les chaînes de blocs et la possibilité de créer de nouveaux types de contrats sociaux et économiques en tant que caractéristiques émergentes. organisation sociale. Cette section examinera comment les innovations technologiques permettent de nouvelles formes de coordination pouvant nécessiter une reformulation de l'architecture des systèmes de droit public et proposer des alternatives institutionnelles. Dans sa conclusion, cette thèse examinera les enseignements tirés des cadres de droit public des systèmes hérités dans la conception de systèmes de gouvernance émergents, en examinant dans quelle mesure les technologies de blocage peuvent permettre et reconstruire des institutions juridiques plus conformes aux notions modernes de légitimité, de justice et d'équité.

    Silke Elrifai, La justice en chaîne , thèse en cours depuis 2019  

    La recherche vise à (1) analyser comment les mécanismes de règlement des différends fondés sur les systèmes blockchain ou liés à ceux-ci interagissent avec le droit et l'influencent, et (2) explorer, plus généralement, comment la technologie blockchain transforme la justice étatique en un vecteur du monopole de l'état sur la violence légitime. Utilisant la théorie des réseaux et la théorie des systèmes, la recherche vise à analyser empiriquement la résolution des conflits sur ou concernant les systèmes blockchain, en mettant l'accent sur le respect des droits fondamentaux et des procédures légales. Il s'agira notamment d'examiner les nouveaux mécanismes de règlement des différends « en chaîne » (on chain) tels que le forking, les services de portefeuille multi-signatures, la gouvernance décentralisée et les systèmes de collaboration, notamment les organisations dites autonomes décentralisées, les « juridictions numériques » et les fournisseurs de services d'arbitrage en chaîne. Il s'agira également d'examiner l'utilisation des services « hors chaîne » (off chain) en analysant la prévalence du choix de la loi applicable et des conventions d'arbitrage dans les termes et conditions des applications blockchain ainsi que la jurisprudence pertinente.