Portail universitaire du droit

Parutions

Les dernières parutions

Portail  Recherche  Actualités  Toutes les parutions  Le retard dans l'exécution des contrats (XIIe-XIXe siècle)
le-retard-dans-l-execution-des-contrats-xiie-xixe-siecle-9782370321428


Parution : 12/2017
Editeur : Institut Universitaire Varenne
ISBN : 978-2-3703-2142-8
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

Le retard dans l'exécution des contrats (XIIe-XIXe siècle)

Contribution historique à l'étude de la responsabilité contractuelle

Marie-Anne Daillant

Présentation de l'éditeur

Depuis plus d'un siècle, l'existence du concept de responsabilité contractuelle suscite de vives controverses au sein de la doctrine française. Le retard contractuel, aussi dénommé demeure, ou mora, constitue le second fait générateur de la responsabilité contractuelle, à côté du défaut d'exécution. Les spécificités de la demeure tiennent tant à ses conditions de mise en oeuvre qu'à son régime, caractéristiques qui ne cesseront d'être réformées depuis le Moyen Âge, au gré des besoins et valeurs de chaque époque sans cesse en évolution. Fidèle à l'héritage romain dévolu par la Codification justinienne, le juscommune ne parviendra pas à formuler un principe général de responsabilité contractuelle pour retard, admettant que cette question relève davantage du fait que du droit. Il dispose néanmoins du matériau nécessaire à l'édification du principe. Mais le retard n'y est pas considéré formellement comme une faute et ce constat est d'autant plus frappant dans les sources du droit propre au Royaume de France qui privilégient la recherche de l'exécution en nature de la dette. Le véritable changement s'opérera à la fin du XVe siècle, puis surtout sous la plume des juristes humanistes, qui qualifieront pleinement le retard de faute. Toutefois, faute, dommage et causalité ne feront pas l'objet d'une systématisation aboutie, bien que favorisée par l'énonciation d'un principe général de responsabilité civile par Grotius, sous l'égide du précepte du neminem laedere. Aux siècles suivants, l'ambiguïté demeurera manifeste, entraînant d'ailleurs une importante discordance entre les deux sommités de la doctrine française moderne, Domat et Pothier. Finalement, les rédacteurs du Code civil ne prendront pas parti pour un principe de responsabilité contractuelle pour retard, tout en confirmant les traits principaux d'un tel concept. 

Prix 2017 Henri Capitant de la Chancellerie des Universités de Paris 

Première mention du Prix de thèse 2017 de l'Association des Historiens des Facultés de Droit 

Préface d'Olivier Descamps

Marie-Anne DAILLANT est docteur en droit.

Thèses , Vol. 147 , 524 pages.  45€