Portail universitaire du droit

1480329972


Parution : 12/2016
Editeur : Presses Universitaires de Rennes
ISBN : 978-2-7535-5221-0
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

Parlement[s] - N° Hors série 11

Amitiés politiques. D'Oreste et Pylade à nos jours

Sous la direction de Arnaud Suspène

Revue Parlement[s], 220 pages

Présentation

« Notre république est une amitié ». C’est par ces mots, qu’il prête à Michelet, que Robert de Jouvenel commence son célèbre pamphlet La République des Camarades (1914). Dans le contraste entre le titre et l’incipit d’un même livre, deux aspects de l’amitié en politique se manifestent avec netteté. Ciment social par excellence, fondée sur les hautes exigences d’une communauté de valeurs, l’amitié concourt à l’établissement de la concorde civile et de la paix internationale ; véhicule de la faveur, prétexte de tous les passe-droits, voile de toutes les collusions, l’amitié présente aussi une menace pour la justice et la démocratie.

Entre ces deux pôles extrêmes, une immense variété de cas de figures et d’expériences historiques : de l’impossible amitié du tyran grec à l’amitié nationale exaltée par Barrès à l’occasion de la Grande Guerre ; du surprenant appel du roi Louis XVI au moment de la fuite à Varennes – « Français, et vous surtout Parisiens,… méfiez-vous des suggestions et des mensonges de vos faux amis, revenez à votre roi, il sera toujours votre père, votre meilleur ami » (20 juin 1791) – à l’amitié franco-allemande, incarnée par Helmut Kohl et François Mitterrand main dans la main devant l’ossuaire de Douaumont le 22 septembre 1984.

Des chercheurs, historiens, littéraires, historiens du droit, acteurs politiques ont voulu explorer ensemble, sur la longue durée, quelques facettes d’une relation complexe et fascinante, entre lien social, diplomatie et élan du cœur.

 

Sommaire

Arnaud Suspène, Introduction

Recherche

  • Claudia de Oliveira Gomes, Le contraire de la philia. Le tyran et l’érôs

  • Arnaud Suspène, De l’amitié républicaine à l’amitié du Prince : une approche politique de l’amicitia romaine (fin de la république-Haut Empire)

  • Régine Le Jan, Amitié et politique au haut Moyen Âge.

  • Bénédicte Sère, Essai sur un oxymore normatif : l’amitié politique à la fin du Moyen Âge

  • Maurice Daumas, « Aimez toujours bien le maître… » Amitié et politique en France à l’époque moderne

  • Denis Pernot, Maurice Barrès professeur d’« amitiés françaises »

  • Jérôme Bocquet, L’amitié en politique, de la Résistance à l’Algérie

Sources

  • Arnaud Suspène, Un conflit d’amitiés dans l’Antiquité. Popilius envoyé en ambassade auprès d’Antiochus Épiphane, tableau de Lagrenée (1779)

  • Christian Kühner, Le prince et le cardinal. Amitiés et rivalités politiques dans la France du Grand Siècle au prisme d’une lettre de Condé à Mazarin

  • Alexandre Niess, Carte de Raymond Poincaré à Léon Bourgeois lors de son accession à l’Élysée

  • Pierre Allorant, Lettre de Jean Cassou à Jean Zay [fin juillet 1941]

  • Arnaud Suspène, Amitié et politique. Entretien avec Hervé Gaymard