Portail  Actualités de la recherche  Manifestations  Europe. Le partage public - privé en question

Europe. Le partage public - privé en question
&
jeudi23mars2017
vendredi24mars2017

Colloque

Europe. Le partage public - privé en question


Présentation

 

L’« affaire du CETA », suscitée par le refus Wallon d’entériner certaines dispositions du traité de commerce avec le Canada, trahit une préoccupation montante dans l’Union européenne : prévenir le risque d’une subversion des Etats par les marchés, du politique par l’économique. On y voit une menace pour la préservation de biens et services publics ainsi que pour l’éclosion d’un espace public transnational. La construction européenne est soupçonnée de promouvoir une privatisation de la monnaie, du crédit et de la politique elle-même, tout en obstruant la reconnaissance de biens dont la gestion ne relève ni de l’Etat (biens publics) ni du marché (biens privé) : les biens communs. Cependant, d’autres sensibilités s’alarment de tendances inverses : c’est la crainte d’une immixtion de la Puissance publique dans divers domaines de la vie privée.

Au total, la situation politique de l’Union européenne nous confronte à la question du partage public/privé et de ses « justes critères ». En de multiples domaines la question vient à se poser. Sans se prétendre exhaustif, le Colloque propose d’en instruire des facettes significatives sous quatre thématiques : 1) médias, espaces publics ; 2) raison publique/conscience privée ; 3) l’Union Economique et Monétaire ; 4) Biens publics, biens privés, biens communs.

 

Programme

 

Jeudi 23 mars

 

Le public, le privé, le commun

8h45 : Accueil café

9h15 : Ouverture du colloque
Jean-Marc Ferry

 

9h45 : Panel 1 / Table ronde Médias, espace public

Une approche strictement descriptive de nos espaces publics est-elle possible ? L’analyse du fonctionnement médiatique peut-elle faire abstraction de ce qui, à nos yeux, mériterait le caractère public, et de ce qui, en revanche, reviendrait à la sphère privée ? S’il est vrai que nos évaluations spontanées du fonctionnement médiatique reposent sur une notion intuitive du partage public/privé et de ses « justes critères », comment alors procéder à une clarification de ceux-ci, afin de procurer à la critique une assise réfléchie ?

Discutants :
Gilles Achache, Scan-research, Paris, France
Daniel Dayan, CNRS Paris, France
Isabelle Veyrat-Masson, Centre de recherche CNRS et Laboratoire Communication et Politique CNRS Paris, France

Modérateur-discutant : Jean-Marc Ferry, Titulaire de la Chaire de Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes, France, Université libre de Bruxelles, Belgique

12h30 : Pause déjeuner

 

14h15 : Panel 2 / Table ronde : Raison publique, conscience privée

Nos constitutions libérales admettent une certaine dissociation entre, d’une part, les normes publiques censées communes aux ressortissants en tant que citoyens, et, d’autre part, les valeurs privées supposées propres à chaque individu en tant que particulier. Cependant, la critique de l’individualisme contemporain voit dans cette dissociation un risque pour l’identité des personnes. On pointe les limites d’un dispositif qui, au nom de la responsabilité, institue une séparation entre la raison publique et la conviction privée, et l’on en appelle à un dépassement du libéralisme politique. Comment relever le défi ? La critique peut-elle, à cet égard, indiquer une voie plausible ?

L'Union par le droit, la société civile plutôt que l'Etat
Julien Barroche, Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, France

L’alternative libérale public/privé est-elle complète ?
Mark Hunyadi, Université catholique de Louvain, Belgique

L’alternative libérale public/privé est-elle complète ?

Adhérer intimement aux 'valeurs de la République' : une injonction publique faite aux étrangers
Janie Pelabay, Centre de Recherches Politiques de Sciences Po, Paris, France
Et Emilien Fargues, Doctorant à Sciences Po/CEVIPOF, France

Modérateur-discutant : Tristan Storme, Faculté de droit et des sciences politiques, Université de Nantes, France

De 18h00 à 20h00 : Cocktail

 

Vendredi 24 Mars

 

La construction européenne : vers une privatisation du politique ?

 

9h00 : Panel 3 / Table ronde L’Union économique et monétaire (UEM)

Dire que l’Union économique et monétaire fonctionne mal ; qu’en l’état actuel elle enserre les Etats de l’Eurozone dans un carcan, les prive des moyens d’une politique autonome et concertée, enlise les économies nationales dans une forme d’impuissance qui les condamne à la stagnation, c’est là un diagnostic de moins en moins contesté. Mais il présuppose qu’une telle Union existe. Or, rien n’est moins évident. Une critique constructive pourrait-elle esquisser les voies d’une Union économique et monétaire digne de ce nom ?

La politique budgétaire des Etats de la zone euro : nationale et commune
Frédéric Allemand, Université du Luxembourg, Luxembourg

L’UEM dans un équilibre intenable – entre fédéralisme et dislocation
Dany Lang, Université de Paris 13, France 

L’UEM dans un équilibre intenable – entre fédéralisme et dislocation
Arnaud Lechevalier, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France 

Modérateur-discutant : Jean-Marc Ferry, Titulaire de la Chaire de Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes, France, Université libre de Bruxelles, Belgique

12h30 : Pause déjeuner

 

14h15 : Panel 4 / Table ronde Bien public, bien privé, bien commun

Dans son ouvrage intitulé « Illusion financière », Gaël Giraud indique que la construction européenne peut être regardée comme une entreprise de privatisation de la monnaie et du crédit. En un sens, ce diagnostic pourrait même s’appliquer au politique européen en général. Mais en ce qui concerne l’UE, l’Etat européen n’est pas nécessairement la bonne alternative au fanatisme du marché. Entre le pôle privé du marché et le pôle public de l’Etat, un Commun européen est-il pensable ?

La multiplicité monétaire comme condition d'une monnaie commune
Massimo AMATO, Université Bocconi de Milan, Italie 

Pour une politique européenne des communs
Gaël GIRAUD, Economiste en chef de l’Agence Française de développement (AFD) et directeur de recherche au CNRS, Paris, France

Modérateur-discutant : Arnauld Leclerc, Faculté de droit et des sciences politiques, Université de Nantes, Directeur de la Maison des sciences de l’Homme de Nantes, France

18h00 : Clôture du colloque

 

 

Contact : Chaire de Philosophie de l’Europe - 02 40 48 85 34
a Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Alliance Europa - 02 40 48 85 34 - contact-allianc - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


Maison de sciences de l'Homme Ange Guépin
Amphi - 5 allée Jacques Berque
44000 Nantes

Document

Conférence des Doyens
Université numérique juridique Francophone
Avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
Copyright © 2020 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech