Emeline Fourment

Maître de conférences
Science politique.
Faculté de Droit,Sciences Economiques et Gestion

Centre Universitaire Rouennais d'Études Juridiques
  • THESE

    Théories en action : appropriations des théories féministes en milieu libertaire à Berlin et Montréal, soutenue en 2021 à Paris Institut détudes politiques, sous la direction de Florence Haegel, membres du jury : Pascale Dufour, Catherine Achin, Anne Kwaschik et Delphine Naudier   

  • Emeline Fourment, « Femmes, frappez en retour ! » , 4e éd., Mouvements, 2017, 92, 7684 p.    

    Comment lutter contre les violences sexuelles dans les milieux militants ? Ce texte se penche sur les réflexions féministes qui traversent les gauches radicales allemande et française depuis les années 1990. Ne souhaitant pas recourir à la police ou à l’institution judiciaire, trois stratégies s’offrent aux victimes et à leurs allié·e·s : la pédagogie, via l’éducation des agresseurs, la confrontation directe et l’organisation d’une justice interne alternative. Celles-ci s’avèrent cependant souvent peu efficaces devant les soutiens que rencontrent les agresseurs, si bien que de nombreuses femmes choisissent aujourd’hui de s’auto-organiser en groupe de défense féministe non-mixte. Si elles parviennent ainsi à faire sans la police, il ne semble pas que ces pratiques alternatives permettent de maintenir l’unité des collectifs militants.

    Emeline Fourment, Cagoule noire et ongles roses: féminismes et rapports de genre dans la gauche radicale de Göttingen, 2014, 127 p. 

  • Emeline Fourment, « Analysing informal and indirect participation to transnational activist networks: The case of antiauthoritarian feminists in Berlin and Montreal », in Bloomsbury Academic (dir.), Leftist Internationalisms. A Transnational Political History, 2023 

  • Emeline Fourment, Julien Allavena, Émeline Fourment, Jacopo Galimberti, « Subvertir la politique : l’iconographie des mouvements autonomes italiens et allemands (1960-1990) », 2024  

    Qu’il s’agisse de « donner à voir un objet absent » ou de « tenir la place de quelqu’un [d’autre] », la notion de « représentation » qui désigne ces deux gestes, du moins dans la définition qu’en propose Roger Chartier, paraît indissociablement symbolique et politique. Les avant-gardes du xxe siècle l’ont rappelé par la négative, en élaborant d’un même mouvement des discours politiques et des pratiques esthétiques que l’on pourrait chacune qualifier d’« anti-représentatives ». L’histoire de l...

    Emeline Fourment, Émeline Fourment, « Non-mixités féministes et inclusion des personnes trans' : un clivage générationnel ? », Travail, genre et sociétés, 2023, n°1, pp. 165-168   

    Emeline Fourment, Émeline Fourment, « Les ambivalences du militantisme ouest-allemand pour la santé des femmes : entre appropriations et remises en cause des savoirs médicaux (1971-1975) », Critique Internationale, 2023, n°2, pp. 19-40   

    Emeline Fourment, Émeline Fourment, Anne Kwaschik, « Contestations, appropriations et productions de savoirs par les femmes. Réflexions sur les catégories d’analyse d’un champ de recherche émergent », Critique Internationale, 2023, n°99, pp. 11-18   

    Emeline Fourment, « L'université produit-elle des féministes libertaires ? Imbrications et tensions entre socialisations universitaire et militante », Revue Française de Science Politique, 2022, pp. 127-147   

    Emeline Fourment, « Une dinosaure chercheuse dans le milieu libertaire allemand : Effets d’une double casquette de chercheuse et de militante », Bulletin de Méthodologie Sociologique / Bulletin of Sociological Methodology, 2019, n°1, pp. 55-75   

    Emeline Fourment, Hanaline Brel, « Femmes, frappez en retour ! : La lutte féministe contre les violences sexuelles en milieu militant en France et en Allemagne », Mouvements : des idées et des luttes, 2017, n°92, pp. 76-84 

    Emeline Fourment, « Militantismes libertaire et féministe face aux violences sexuelles. Le cas de la gauche radicale de Göttingen. », Sociétés contemporaines, 2017, n°107, pp. 109-130   

    Emeline Fourment, « Au-delà du conflit générationnel : la conciliation des approches matérialistes et queer dans le militantisme féministe de Göttingen », Nouvelles questions féministes, 2017, n°1, pp. 48-65   

    Emeline Fourment, « Militantismes libertaire et féministe face aux violences sexuelles : Le cas de la gauche radicale de Göttingen », Sociétés contemporaines , 2017, n° 107, pp. 109-130    

    RésuméLes violences sexuelles ont peu intéressé la sociologie des mouvements sociaux. Pourtant, il n'est pas rare qu'elles fassent l'objet d'âpres débats, en particulier dans les mouvements libertaires, où les féministes réclament un positionnement collectif en faveur des victimes. Cet article prend pour objet les dénonciations de viols qui ont eu lieu entre 1989 et 2007 dans la gauche radicale de Göttingen (Allemagne). Il s'intéresse à la façon dont les féministes politisent et publicisent ces violences, ainsi qu'aux résistances qu'elles rencontrent. Il met en évidence un tournant dans les stratégies féministes développées, et fait le lien avec un changement de cadre interprétatif : durant les années 1990, les féministes adoptent un cadre d'interprétation matérialiste et une stratégie d'offensive, tandis que durant les années 2000, leur cadre d'interprétation est influencé par la théorie queer, en même temps qu'elles optent pour la stratégie de la pédagogie.

    Emeline Fourment, « Au-delà du conflit générationnel : la conciliation des approches matérialistes et queer dans le militantisme féministe de Göttingen », Nouvelles Questions Féministes , 2017, n° 36, pp. 48-65    

    À partir d’une analyse du militantisme de deux générations distinctes de féministes à Göttingen, ville universitaire allemande, cet article montre que le clivage politico-théorique entre le féminisme matérialiste et le queer n’est pas réductible à un conflit générationnel. Si l’auteure constate que le moment où les féministes ont commencé à s’engager façonne leur vision du monde, elle souligne aussi l’importance des échanges et des transmissions transgénérationnels. L’expérience partagée sur le terrain militant des années 2000 amène les féministes plus âgées, marquées par une approche matérialiste de la société, à intégrer des éléments queer dans leur militantisme, tandis que les jeunes féministes, qui se disent queer, continuent de défendre des principes matérialistes et de pratiquer la non-mixité. En s’intéressant à la pratique militante, l’article interroge ainsi l’évidence théorique du clivage entre féminismes matérialiste et queer.

  • Emeline Fourment, Femmes en noir. Stéréotypes de genre dans les black blocs, 2020   

  • Emeline Fourment, « Sauver le monde ou se sauver soi-même ? », prévue le 20 juin 2024  

    Colloque organisé par le CUREJ et DYSOLAB, Université de Rouen

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL