Yves Montouroy

Maître de conférences
Science politique.
UFR des Sciences Juridiques et Economiques

Laboratoire caribéen de sciences sociales
  • THESE

    Enjeux forestiers globalisés et territoires : les acteurs européens face à la régulation politique multiscalaire, soutenue en 2012 à Bordeaux 4, sous la direction de Andy Smith, membres du jury : Daniel Compagnon, Patrick Hassenteufel, Bastien Irondelle et Franck Petiteville     

  • Yves Montouroy, Les transitions écologiques ultra-marine au concret. Politiques publiques, animations territoriales et pratiques sectorielles: politiques publiques, animations territoriales et pratiques sectorielles, Presses universitaires des Antilles, 2023, Espace, territoires et sociétés, 205 p.  

    Connaissance de l'action publique territoriale et sectorielle en action. La transition écologique peut être définie comme l'intégration conjointe dans les politiques publiques et les pratiques sectorielles des enjeux de protection de la nature, de justice sociale et de développement économique. Si cette écologisation est indubitablement à l'agenda politique, la mise en oeuvre dans les secteurs et les territoires donne à voir des tensions avec les scènes de l'action publique locale, avec les pratiques des acteurs et avec des intérêts sectorialisés. La conséquence est une transition écologique à géométrie variable tant les interactions d'acteurs influencent la fabrication des problèmes publics de la transition écologique, les mises en responsabilité des secteurs, des collectivités locales et de l'Etat, les contenus des instruments de régulation et enfin les effets concrets sur les pratiques. L'objectif de cet ouvrage collectif est de donner à voir la variété des mises en politiques publiques des transitions écologiques dans les outre-mers. Il s'agit de montrer les acteurs en action pour construire les politiques de transitions écologiques ultramarines. Plus encore, l'objectif est de questionner ce que la variété des transitions écologiques nous dit de l'action publique contemporaine. Comment la transition écologique est-elle problématisée? A quelles nouvelles pratiques et nouveaux instruments donne-t-elle lieu ? Comment expliquer les choix faits dans les secteurs ? Sur quels points de convergence les acteurs se rencontrent-ils et pour quels changements réels ? Les contributions réunies permettent d'entrer dans la variété des mises en oeuvre de la transition écologique sur les territoires ultra-marins, notamment dans les secteurs de l'agriculture, de l'énergie et du portuaire. Ce faisant, les contributeurs à cet ouvrage souhaitent participer à une réflexion pour analyser et comprendre les formes du changement par les politiques publiques des transitions écologiques.

    Yves Montouroy, Amandine Montagut (dir.), Action publique foncière et protection des milieux naturels. Une instrumentation territorialisée ?: une instrumentation territorialisée ?, Presses universitaires de Rennes, 2023, Espace et territoires, 164 p. 

    Yves Montouroy, Les transitions écologiques ultra-marine au concret: Politiques publiques, animations territoriales et pratiques sectorielles, Presses universitaires des Antilles et Cairn, 2023, Espace, territoires et sociétés  

    Connaissance de l'action publique territoriale et sectorielle en action. La transition écologique peut être définie comme l'intégration conjointe dans les politiques publiques et les pratiques sectorielles des enjeux de protection de la nature, de justice sociale et de développement économique. Si cette écologisation est indubitablement à l'agenda politique, la mise en oeuvre dans les secteurs et les territoires donne à voir des tensions avec les scènes de l'action publique locale, avec les pratiques des acteurs et avec des intérêts sectorialisés. La conséquence est une transition écologique à géométrie variable tant les interactions d'acteurs influencent la fabrication des problèmes publics de la transition écologique, les mises en responsabilité des secteurs, des collectivités locales et de l'Etat, les contenus des instruments de régulation et enfin les effets concrets sur les pratiques. L'objectif de cet ouvrage collectif est de donner à voir la variété des mises en politiques publiques des transitions écologiques dans les outre-mers. Il s'agit de montrer les acteurs en action pour construire les politiques de transitions écologiques ultramarines. Plus encore, l'objectif est de questionner ce que la variété des transitions écologiques nous dit de l'action publique contemporaine. Comment la transition écologique est-elle problématisée ? A quelles nouvelles pratiques et nouveaux instruments donne-t-elle lieu ? Comment expliquer les choix faits dans les secteurs ? Sur quels points de convergence les acteurs se rencontrent-ils et pour quels changements réels ? Les contributions réunies permettent d'entrer dans la variété des mises en oeuvre de la transition écologique sur les territoires ultra-marins, notamment dans les secteurs de l'agriculture, de l'énergie et du portuaire. Ce faisant, les contributeurs à cet ouvrage souhaitent participer à une réflexion pour analyser et comprendre les formes du changement par les politiques publiques des transitions écologiques

    Yves Montouroy, La régionalisation des politiques forestières dans une économie mondialisée, 2005, 50 p. 

  • Yves Montouroy, Caitriona Carter, Thibaut Joltreau, Léa Schewe, Eric Foulquier, « Un élan portuaire vers une transition écologique territoriale ? Défis de gouvernance autour du Grand Port Maritime de Guadeloupe », in Yves Montouroy (dir.) (dir.), Les transitions écologiques ultra-marine au concret, Presses universitaires des Antilles, 2023, pp. 73-99 

    Yves Montouroy, Eric Foulquier, Pascal Jean Lopez, Iwan Le Berre, Damien Le Guyader, « The Caribbean Coastal Human-Environment Observatory and the TRAFIC scientific program, a participatory research device on the port fact in Guadeloupe archipelago (French West Indies) », in Fondation SEFACIL (dir.), Dinámicas portuarias en el caribe y américa latina. Ports in transition to face global challenges, EMS (Editions Management & Société), 2021, pp. 703-718       

    Yves Montouroy, Daniel Compagnon, Amandine Orsini Bled, Roman de Rafael, « Rôle des acteurs économiques dans l’élaboration, la circulation et la mise en œuvre des normes de gouvernance environnementale à l’échelle internationale », in Sandrine Maljean-Dubois (dir.) (dir.), Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement, UMR Droits International, Comparé et Européen (DICE), 2017, pp. 117-146   

  • Yves Montouroy, Marie Hrabanski, « Les  climatisations  différenciées de l’action publique », Gouvernement & action publique, 2022, n°3, pp. 9-31 

    Yves Montouroy, Océane Biabiany, Gilles Massardier, « La mise en œuvre locale des instruments comme vecteur de déclimatisation des politiques publiques », Gouvernement & action publique, 2022, n°3, pp. 127-152 

    Yves Montouroy, Cliff Dlamini, « Governing Sustainable Forest Management Issues in Polycentric Governance », Environmental Law Review, 2017, n°1, pp. 6-29 

    Yves Montouroy, « Power and Political Change Within Global Forest Governance: The eu Flegt Action Plan as Recentralisation », European Review of International Studies, 2016, n°2, pp. 58-76 

    Yves Montouroy, « Matthieu Ansaloni, Le tournant environnemental de la Politique Agricole Commune, Paris, L’Harmattan, 2015, 359 pages. », Politique européenne , 2016, n° 51, pp. 188-195   

    Yves Montouroy, « Realpolitik et environnement : Quand le changement climatique et les ressources naturelles deviennent des enjeux de sécurité », Revue internationale et stratégique , 2016, n° 101, pp. 151-157   

    Yves Montouroy, « Realpolitik et environnement. Quand le changement climatique et les ressources naturelles deviennent des enjeux de sécurité », La revue internationale et stratégique, 2016, n°101, pp. 151-157 

    Yves Montouroy, « Matthieu Ansaloni, Le tournant environnemental de la Politique Agricole Commune, Paris, L’Harmattan, 2015, 359 pages. », Politique européenne, 2016, n°1, p. 188 

    Yves Montouroy, « La démocratie environnementale au défi des triangles de fer : ouvrir la fabrication des politiques publiques à la société civile », Participations - Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, 2014, n° 1, pp. 173-188   

    Yves Montouroy, « Le changement dans la gouvernance globale des forêts : La recentralisation de l'action européenne contre le bois illégal », Gouvernement et action publique , 2014, n° VOL. 3, pp. 107-128    

    En 2003, l’UE approuvait le plan d’action Forest Law Enforcement, Governance and Trade (FLEGT) pour combattre le commerce international de bois illégal par la coopération internationale et de nouvelles réglementations douanières. Cette action européenne vient perturber fortement la régulation d’un secteur mondial qui s’était progressivement privatisée. La thèse défendue ici est que ce changement de politique publique par une recentralisation de la régulation conduit à une relation conflictuelle avec les autorités privées de la gestion forestière et les firmes du secteur ayant investi dans les instruments d’autorégulation antérieurs. Par conséquent, les acteurs privés font face au défi d’intégrer ce changement de politique publique dans leurs pratiques aux échelles nationale et européenne par un travail de problématisation et de politisation. Il est alors possible d’étudier la construction collective de cette politique européenne et ses effets sur la régulation d’un secteur globalisé.

    Yves Montouroy, « Le jeu transcalaire des papetiers dans le cadre de la mise en œuvre de la politique  climat-énergie  : le cas de l'Aquitaine », Critique internationale , 2014, n° 62, pp. 57-72   

    Yves Montouroy, Y. Montouroy, Arnaud Sergent, « Le jeu transcalaire des papetiers dans le cadre de la mise en ½oeuvre de la politique climat-énergie : le cas de l’Aquitaine », Critique Internationale, 2014, n°62, pp. 57-72 

    Yves Montouroy, « Le changement dans la gouvernance globale des forêts », Gouvernement & action publique, 2014, n°1 

  • Yves Montouroy, Nathalie Bertrand, Tina Rambonilaza, Jean-Marc Blazy, Isabelle Doussan [et alii], Le projet FUSEAU - Construire une gouvernance foncière multi-niveau au service d'une gestion intégrée de la préservation des milieux et ressources aquatiques, 2020, 20 p.   

    Yves Montouroy, Eric Sabourin, Carolina Milhorance, Fanny Howland, Leticia Checchi [et alii], Cartographie des acteurs et instruments et intégration des concepts dans les politiques climatiques :synthèse des études de cas (France - Guadeloupe/Martinique ; Brésil / Etat de Pernambouco ; Colombie / Cauca), 2019   

  • Yves Montouroy, Manon Droniou, Océane Biabiany, Andy Smith, Audrey Fanchone, Freins à l’accès à l’eau agricole pour les agriculteurs de la Petite Agriculture Familiale du Nord Grande-Terre (Guadeloupe): Série « synthèse de mémoires d’étudiant », 2021   

  • Yves Montouroy, Océane Biabiany, Gilles Massardier, Marie Hrabanski, « The wicked problem of climate policy integration in Guadeloupe (French West Indies) », 4th edition of the International Conference on Public Policy, Montreal (Canada) Canada (CA), le 26 juin 2019 

    Yves Montouroy, Daniel Compagnon, Amandine Orsini, « Production, diffusion et réception de normes internationales d’environnement par les acteurs privés : les cas de la gestion durable des forêts, de l’aviation civile et du bois illégal », Séminaire de restitution de l'ANR Circulex "Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement", Aix-en-Provence, le 21 mars 2016 

    Yves Montouroy, Arnaud Sergent, « Green politics and new industrial opportunities: the Aquitaine paper industry and biomass cogeneration », 5e Conférence Générale, European Consortium for Political Research, Potsdam Germany (DE), le 10 septembre 2009   

    Yves Montouroy, « The Southern Europe Forest Owners Union and the European sustainability forestry path », 23e Congrès European Society for Rural Sociology, Vaasa Finland (FI), le 18 août 2009   

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Ansebert Baltus, Politiques publiques de gestion de l'insécurité en France : le cas de la Guadeloupe, thèse soutenue en 2021 à Antilles sous la direction de Fred Réno, membres du jury : Florence Faberon, Isabelle Hidair-Krivsky et Justin Daniel  

    Cette thèse intitulée : « Les politiques publiques de gestion de l’insécurité en France : le cas de la Guadeloupe », se propose d’étudier comment ce modèle de lutte contre l’insécurité a évolué et s’est progressivement métamorphosé dans les différents territoires français et singulièrement en Guadeloupe, notamment depuis l’avènement de la politique de décentralisation initiée par le Président François Mitterand dès le début des années 1980. Ces constantes remises en question des programmes de lutte contre l’insécurité illustrent dans une large mesure toute la complexité que revêt leur élaboration jusqu’à leur application finale sur le terrain. Si à l’origine, cette politique était exclusivement une compétence régalienne, elle tend de plus en plus à s’internationaliser. Par ailleurs, l’implication des collectivités locales, d’acteurs de la société civile ainsi que des entreprises commerciales expertes en sécurité sont de plus en plus effectives et consolident l’action de l’Etat dans sa politique de prévention et de répression. Nous nous trouvons désormais dans une logique de co-production de la sécurité. En examinant les évolutions qui se sont opérées dans la politique criminelle de l’Etat particulièrement en Guadeloupe, notre étude tend à démontrer que les nouvelles formes qu’ont prises les actions menées par le pouvoir central telles que la décentralisation et la privatisation tout comme le processus d’hybridation des régulations, combinés à la « co-production » de sécurité, nouvelle forme de l’interventionnisme du pouvoir central pour lutter plus efficacement contre l’insécurité, n’ont toujours pas donné les résultats escomptés. Tout au contraire l’aggravation de l’insécurité a pris une tournure inédite en Guadeloupe et s’est encore davantage accentuée depuis le début des années 2000 en raison notamment de ce que nous pouvons appeler la périurbanisation de la délinquance.