Portail  Recherche  Actualités  Parutions  Laï-cité(s) et discrimination(s)

9782343116457r


Parution : 03/2017
Editeur : L'Harmattan
ISBN : 978-2-3431-1645-7
Site de l'éditeur
Notice SUDOC

Laï-cité(s) et discrimination(s)

Sous la direction de Mathieu Touzeil-Divina, Brigitte Esteve-Bellebeau

Les cahiers de la LCD (Lutte Contre les Discriminations), 190 pages

Présentation de l'éditeur

En un siècle, le mot de « laïcité » qui sent le soufre, en Droit comme en politique, s’est placé au coeur de la République française, et a acquis par là même un certain caractère polymorphe. Chacun.e le revendique (et certain.e.s le combattent sinon le regrettent), mais tous n’y voient plus la même chose quand bien même le terme est invoqué en choeur (parfois dissonant). De ces tensions, il est inévitable que le terme de laïcité se soit chargé de significations diverses : être laïque c’est sans aucun doute historiquement - en France - être anticlérical, lutter contre le pouvoir des Eglises à décider du bien et du mal en toutes circonstances, à s’immiscer dans le champ du politique. Ce premier sens fait place rapidement à celui de neutralité, considéré (dans le dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire paru en 1887 et dirigé par F. Buisson et J. Guillaume) comme presque synonyme de laïcité.

Ce faisant, être laïque a pu également signifier être tolérant, ou être pour le soutien indéfectible de la liberté de conscience, ce qui ne signifie plus tout à fait la même chose. Mais la roue tourne et le premier sens fait retour dans les consciences inquiètes de croire revenu le temps des religieux qui imposent leur « Loi »... La profusion des sens du mot « laïcité » (au singulier) nous conduirait- elle désormais à parler de « laïcités » (au pluriel) ? Dans le présent dossier, on peut ainsi effectivement observer des promoteurs d’un retour à une « laïcité de combat » tandis que d’autres invoquent une « laïcité apaisée » que le juge - administratif en particulier - viendrait « réguler ».

Au coeur de la Cité, les contributions ici réunies ont alors principalement eu pour objet deux services publics singuliers de la République et qui cristallisent tant ses espoirs que ses échecs : l’École et la prison. La Laïcité se rêve-t-elle alors encore comme le creuset républicain de l’égalité ?


Copyright © 2020 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech