Commissaire-priseur

Adjugé, vendu ! Le commissaire-priseur organise des ventes aux enchères publiques de biens meubles, la prisée étant l’estimation d’une chose destinée à la vente.

Niveau d'accès minimum : Bac+5
En tant que professionnel libéral, la rémunération du commissaire-priseur varie en fonction de la taille et de la clientèle de son étude.
Secteur : Et aussi...

En quoi consiste ce métier ?

Les ventes aux enchères organisées par la commissaire priseur peuvent-être judiciaires ou volontaires.
Lorsqu’il s’agit de ventes judiciaires, les biens mis en vente proviennent d’une procédure de saisir et permettent à un débiteur de rembourser son créancier.
Cependant, le commissaire-priseur peut également être contacté par un particulier qui souhaite vendre un ou plusieurs objets et qui a besoin des qualités d’expertise et de vendeur du commissaire-priseur. Le  commissaire-priseur a pour mission de faire des inventaires, d’organiser des ventes mais également de déterminer la valeur des biens.

En savoir plus :

Formation

Double cursus : l’accès à cette profession nécessite d’être diplômé en histoire de l’art et en droit. Soit, bac+3 en droit et bac+2 en histoire de l’art, soit l’inverse.
A noter que certaines universités proposent un double diplôme. L’étudiant doit ensuite réussir l’examen d'accès au stage de commissaire-priseur à la suite duquel il réalise un stage de 2 ans dans une étude de commissaire-priseur.
Enfin, pour pouvoir réaliser des ventes judiciaires, il devra en complément passer l'examen d'aptitude à la profession de commissaire-priseur judiciaire.

En savoir plus : Comment devient-on commissaire-priseur judiciaire ?


Témoignage : Sabine Sourdoire, Commissaire-priseur

Copyright : Agorassas

Source : Mooc Le Droit est-ce pour moi ?

Témoignage : Ghislaine Kapandji, Commissaire-priseur

Copyright : Université Paris Descartes

Témoignage : Valérie Bouvier, Commissaire-priseur judiciaire

Source : JustiMemo

Copyright vidéo : Ministère de la Justice