En raison de la situation sanitaire actuelle, toutes les manifestations scientifiques sont susceptibles d’être annulées ou reportées. Pour en savoir plus, plus nous vous invitons à vous renseigner auprès des organisateurs.
Portail  Actualités de la recherche  Manifestations  [Reporté] Krausisme juridique et politique en Europe

[Reporté] Krausisme juridique et politique en Europe

Colloque

[Reporté] Krausisme juridique et politique en Europe

Droit et politique au service de l'idéal de l'Humanité

Du jeudi 2 avril 2020 au vendredi 3 avril 2020

Présentation

 

Méconnu en France, le philosophe du droit Karl Christian Friedrich Krause (1781-1832) eut une descendance intellectuelle riche. Cultivée autant par des politiques libéraux soucieux de résoudre la « question sociale », que par des juristes intéressés par ses thèses organicistes et tutélaires, sa pensée connut un réel essor en Europe grâce aux travaux de vulgarisation de ses élèves, dont plusieurs deviendront professeurs : Heinrich Ahrens, Karl Röder, Theodor Schliephake et Hermann Karl von Leonardi.

En quelques mots, la philosophie krausiste se présente comme un spiritualisme rationaliste et humaniste, articulé autour de deux postulats de départ. Le « panenthéisme », d’une part, sorte de conciliation entre panthéisme et théisme, c’est-à-dire entre conceptions transcendante et immanente de Dieu, ce dernier contenant le monde sans se confondre avec lui. La vision d’une humanité formant un grand organisme vivant, d’autre part, qui comprend diverses unités sociales reliées entre elles de façon harmonique, dans l’idée de développer l’homme en lui permettant d’atteindre ses buts (vertu, beauté, droit, religion, science, art et éducation).

Afin de permettre à l’homme d’accéder à sa « pure et complète humanité », le versant politique du krausisme porta un vaste programme éducatif et progressiste (quoique profondément hostile au positivisme et au matérialisme), inséré au sein d’un libéralisme solidaire et d’une démocratie organique. Cette dernière est bâtie sur un système représentatif dualiste offrant une chambre spécifique à la représentation des intérêts sociaux, que d’aucuns pourraient voir comme une préfiguration des chambres corporatives. Le propos vise à rassembler les hommes autour de leurs objectifs communs via un ensemble harmonieux d’associations générales et spéciales, faisant ainsi cesser toute concurrence inutile et nuisible entre eux. La synergie associative autorisera ainsi la formation d’une « Alliance de l’Humanité », fédération ultime couronnant toutes les associations ; elle initiera, du même coup, le troisième âge de l’histoire humaine dégagé par Krause : celui de l’harmonie.

Dans l’optique de garantir le triomphe de ce troisième âge, le versant juridique du krausisme opta pour une refonte de la théorie de l’État, vu comme une association destinée à promouvoir et à réaliser le droit. Le droit étant le principe qui régit tous les rapports entre les sphères sociales dans lesquelles vit l’humanité, son régulateur autrement dit, l’État s’érige ainsi en un vaste pouvoir régulateur et conservateur de l’ordre social : il promeut et diffuse le droit et les valeurs culturelles qu’il porte en lui, toujours dans l’idée de mener chaque être humain vers son plein épanouissement. Les applications en furent nombreuses ; et si l’on retient surtout l’abolition de la peine de mort en 1867 par les Portugais convertis au krausisme, il convient aussi de mentionner l’avant-gardisme des krausistes sur des thèmes comme l’écologie et les droits de la femme.

L’ensemble de ces thématiques sera traité lors de ce colloque pluridisciplinaire, mêlant philosophie du droit, sciences politiques et histoire des pensées politique et juridique, afin de découvrir les soubassements de certaines démocraties européennes (Belgique, Espagne, Portugal…) et l’héritage du krausisme dans les temps présents, parfois érigé en rempart aux dérives autoritaristes et/ou populistes du XXIe s. Nous comblerons ainsi une lacune en France, où aucune synthèse n’existe.

 

Programme

 

Jeudi 2 Avril 2020

(Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme)

 

8h30 : Accueil des participants

9h00 : Allocutions d’ouverture

 

Matinée

Sous la présidence de Jean-Louis Halpérin, CTAD - Ecole Normale Supérieure

 

Aux origines du krausisme : philosophie du droit et droit naturel

9h15 : La philosophie du droit de Karl Christian Friedrich Krause et de Heinrich Ahrens
Grégory Lewkowicz, Centre Perelman - Université libre de Bruxelles

Une réception du droit naturel krausiste en France : Edouard Laboulaye
Tristan Pouthier, CRJ Pothier - Université d’Orléans

Le droit naturel de Vicente Ferrer Neto Paiva et la réception portugaise du krausisme
Maria Clara Calheiros, JusGov - Université du Minho

10h30 : Discussion – Pause

 

Utilisations et mésusages de la pensée de Krause et d’Ahrens en droits public et civil

11h00 : A propos de la méconnaissance, du dédain voire du rejet du krausisme par les juristes allemands du XIXe siècle
Olivier Jouanjan, Institut Villey- Univ. Paris II

La réforme de l’Etat par les krausistes espagnols au second XIXe siècle
Paul Aubert, TELEMME – Université d’Aix-Marseille

Krausisme et kantisme dans l’œuvre juridique du Doyen dijonnais Claude-Joseph Tissot
Jean-Jacques Clère, CREDESPO – Université de Bourgogne

 

12h15 : Discussion – Pause déjeuner

 

Après-midi

 

Droit pénal et droit social krausistes

14h15 : Le droit pénal de Karl Röder
Jean-Louis Halpérin, CTAD – Ecole Normale Supérieure

Le rôle des krausistes dans l’institution des sciences sociales et la critique du droit libéral, (Espagne, 1880-1910)
Élodie Richard, CNRS

15h05 : Pause – discussion

 

Concept et réalisations du krausisme politique

15h30 : Krausist Politics ? Heinrich Ahrens in the Frankfurt Parliament (1848/49)
Wolfgang Forster, Université de Tübingen

Guillaume Tiberghien et l’Instruction publique
Véronique Dortu, Haute Ecole de Liège

17h00 : Fin de la première journée

 

Vendredi 3 Avril 2020

(Amphithéâtre Danube – campus dijonnais de Sciences Po)

 

Sous la présidence de Patrick Charlot, CREDESPO - Université de Bourgogne

 

Diffusions d’un message d’espoir

9h00 : Scruter et répandre « l’époque nouvelle » depuis Prague : la revue Die neue Zeit de Hermann Karl von Leonhardi
Caroula Argyriadis-Kervégan, CPJP – Université de Cergy-Pontoise

Le projet européen krausiste
Raphaël Cahen, CORE – Vrije Universiteit de Bruxelles

9h50 : Discussion – Pause

 

Réceptions contrastées

10h25 : La réception manquée des krausistes par les proudhoniens et les utopistes français
Aurélie Lahaie, CREDESPO – Université de Bourgogne

L’actualité de l’idéal krausiste : le programme politique de Ciudadanos dans l’Espagne du XXIe siècle
Mathieu Petithomme, CRJFC – Université de Franche-Comté

Utopies organicistes et régulations corporatistes dans les dissertations doctorales portugaises du second XIXe siècle : les rêveries krausistes des ministres Mártens Ferrão et Costa Lobo
Oscar Ferreira, CREDESPO – Université de Bourgogne

12h30 : Conclusions

 

 

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 30/03/2020 - Bulletin d'inscription à télécharger sur https://credespo.u-bourgogne.fr


Maison des Sciences de l’Homme
6 Esplanade Erasme
21000 21000 Dijon
Science Po
Campus de Dijon
14 avenue Victor Hugo
21000 Dijon

Document


Copyright © 2020 Portail Universitaire du droit - Tous droits réservés
Une réalisation Consultech