Portail universitaire du droit

Le souverain et l’Église

Colloque

Le souverain et l’Église

Programme Imperialiter. Le gouvernement et la gloire de l’empire à l’échelle des royaumes chrétiens

Du lundi 16 octobre 2017 au jeudi 19 octobre 2017

Présentation

 

L’histoire des Empires connaît un engouement récent qui a fait émerger un champ spécifique, « l’impériologie ». En revanche, la question de l’« impérialité », c’est-à-dire de l’Empire comme horizon des possibles, n’a pas bénéficié d’une approche complète. Or, comme l’ont montré de récentes études, le succès de l’idéologie impériale se mesure aussi à sa marque dans des monarchies non impériales (France, Sicile, Angleterre, Castille, États pontificaux...).

Le programme Imperialiter vise donc à mener de manière exhaustive l’étude des « pseudo-empires » chrétiens au Moyen Âge et à l’époque moderne.

Le programme se décline en plusieurs interrogations majeures : l’impérialité est-elle un slogan mobilisateur ou un opérateur juridique qui ferait naître des notions effectives (souveraineté, lèse-majesté) ? Renvoie-t-elle à un système administratif et politique propre, ou est-elle un réservoir de références, d’images, de rituels liés au souverain, dont toute construction politique peut s’emparer pour masquer un ordre nouveau sous les oripeaux d’un ordre ancien ? On cherchera ainsi à mettre au jour la créativité politique des époques médiévale et moderne par le biais des processus d’adaptation du modèle impérial, lesquels lui permirent de se rendre compatible avec la féodalité comme avec la monarchie absolue.

Le roi et l’église

Les relations que chaque souverain entretient avec l’Église comme avec “son” Église apparaissent au cœur de la dynamique impériale des constructions politiques chrétiennes, et expriment une “impérialité seconde” profondément enracinée dans les exemples bibliques et historiques, ceux de David, du couple Moïse / Aaron, de Constantin, de Théodose, de Justinien, à la fois dans l’emprise du souverain sur le système religieux et dans sa soumission à ses prêtres. Il s’agit donc ici d’explorer les diverses formes de relations qui lièrent la royauté et la structure ecclésiastique depuis que la rupture induite par la lutte entre le Sacerdoce et l’Empire eut permis la migration de l’idéologie impériale et de son modèle théologico-politique depuis l’Empire réel jusqu’aux royaumes. On ne pourra, dans ce cadre, faire l’économie d’une approche séparée de la monarchie pontificale, qui produisit une forme spécifique de l’impérialité.

Comité scientifique : Annick Peters-Custot, Université de Nantes, Fulvio Delle Donne, Università della Basilicata, Yann Lignereux, Université de Nantes, Francesco Panarelli, Université de la Basilicate et Bernardo J. García García, Casa de Velázquez

 

Programme

 

Lundi 16 Octobre

 

14h00 : Salutations
Catherine Virlouvet, directrice de l’École française de Rome

Introduction

Royaume de Dieu et Empire des hommes
Corinne Leveleux-Teixeira, Université d’Orléans
Annick Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA)

 

Le roi comme chef de son église

Présidence : Hélène Sirantoine, Université de Sydney

 

15h00 : Tyrannus-Rex-Imperator : i sovrani normanno-svevi e la Chiesa del Regno di Sicilia
Francesco Panarelli, Université de la Basilicate

Pause

Les « Consultas » et la gestion des cultes locaux entre junta et papauté dans l’Espagne de Charles Quint et Philippe II
Sylvène Édouard, Université Lyon 3, LARHRA

La provvista beneficiaria negli stati dell’Italia centro-settentrionale nel Rinascimento
Giorgio Chittolini, Université de Milan

Discussions

18h00 : Fin de la journée

 

Mardi 17 Octobre

 

Le souverain et la chrétienté universelle

Présidence : Benoît Grévin, CNRS, LAMOP

 

9h00 : De l’alliance à l’étreinte mortelle. Les Capétiens et la théocratie pontificale, mi XIIe - début du XIVe siècle
Julien Théry, Université de Lyon 2, CIHAM

The identity of the Catholic Monarchs as Defensor Fidei and Defensor Ecclesiae
Bernardo J. Garcia Garcia, Universidad Complutense, Madrid

Pause

Alfonso il Magnanimo : tra politica papale e aspirazioni imperiali
Fulvio Delle Donne, Université de la Basilicate

Henry VIII and the royal supremacy
George Bernard, Université de Southampton

Discussions

 

13h00 : Pause-déjeuner

 

La pénitence du souverain : La soumission du roi à l’église sont-elles des attitudes impériales ?

Présidence : Yann Lignereux, Université de Nantes

 

15h00 : Demande de pardon et pénitence impériales, le moment tardo-antique (379-565)
Philippe Blaudeau, Université d’Angers, CERHIO

Résistances et actes de soumission des rois d’Angleterre aux souverains pontifes, de Guillaume Ier à Jean sans Terre 1066-1216
Fanny Madeline, Fondation Thiers

Discussions

17h30 : Fin de la journée

 

Mercredi 18 Octobre

 

Le pape verus imperator ?

Présidence : Paul Cohen, Université de Toronto

 

Alle origini della “imperializzazione” del papato (secc. XI-XII)
Nicolangelo D’Acunto, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano-Brescia

9h00 : “Il vero imperatore è il papa”: pratiche e linguaggi del papato Duecentesco
Pietro Silanos, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano-Brescia

Pause

Humiliter ou humiliariter ? Déposition et abdication des papes comme offenses à l’impérialité (1394-1417)
Bénédicte Sère (Université Paris-Nanterre, CHISCO)

Discussions

 

13h00 : Pause-déjeuner

 

14h30 : Séminaire : Les catégories du droit

Présidence : Guido Braun, Universität Bonn

 

Accueil – introduction

Il “re imperatore”. Elementi giuridico-politici nella costruzione della legittimità monarchica aragonese
Guido Cappelli, Università di Napoli « l’Orientale »

Nullum temporalem superiorem recognoscens, quocumque imperatore regnante : la royauté française, l’Empire et le droit romain. Le point sur la question
Julien Théry, Université de Lyon 2

Pause

La question de l’apport du droit romain à la construction de la paix royale dans le royaume de France à l’époque des derniers Capétiens directs
Vincent Martin, Université de Rouen

La légitimité de l’empire et sa sanction au Moyen Âge
Laurent Waelkens, Université de Leuven

Discussions

18h00 : Fin de la journée

 

Jeudi 19 Octobre

 

9h30 à 13h00 : Discussions sur l’organisation de la suite du programme

 

Contatti : École française de Rome - Fabrice Jesné, Directeur des études, Époques moderne et contemporaine - Claire Challéat, Assistante scientifique, Époques moderne et contemporaine


Ecole française de Rome
Piazza Navona 62
00186 Roma RM, Italie
Imprimer

Document