Portail universitaire du droit

Journée d’étude des doctorant(e)s en sociologie du droit et de la justice

Appel à communication

Journée d’étude des doctorant(e)s en sociologie du droit et de la justice

Paris, 26 mars 2018

Date limite le lundi 08 janvier 2018

Journée organisée par le réseau thématique « Sociologie du droit et de la justice » (RT13)
de l’Association française de sociologie (AFS), avec le soutien du CRESSPA-CSU

 

Le réseau thématique « Sociologie du droit et de la justice » (RT13) de l’Association Française de Sociologie (AFS) a pour vocation de réunir les chercheur·e·s et doctorant·e·s travaillant sur le droit ou la justice avec les méthodes et les questionnements des sciences sociales. Le RT13 met en relation des travaux fondés sur des bases empiriques solides, sans exclusive de méthode ni de courant d’analyse. Au-delà des chercheur·e·s prenant directement pour objets les institutions, normes, acteurs et dispositifs juridiques et judiciaires, le réseau est ouvert à celles et ceux qui sont amené·e·s à travailler sur le droit et/ou la justice à travers d’autres objets (administrations, action publique, mobilisations ou professions, pour ne citer que quelques exemples).Il est également attentif à travailler ses objets privilégiés à partir des outils analytiques transversaux aux sciences sociales (domination, régulation, champ, normativité, genre, classe, racialisation etc.).

Depuis 2013, le RT13 organise tous les deux ans (entre deux congrès de l’AFS) une journée d’étude doctorale afin d’alimenter les échanges entre chercheur.e.s confirmé·e·s et doctorant·e·s et de contribuer ainsi à la formation d’une nouvelle génération de chercheur.e.s en sciences sociales du droit. Soutenue par l’équipe CSU du CRESSPA (UMR 7217), l’édition 2018 de cette journée d’étude s’articulera autour de deux questions principales :

 

1 - Comment concevoir une enquête portant sur un objet juridique ou judiciaire ?

La question de l’empirie est particulièrement importante pour les membres du RT13, qui font parfois face à des professionnel·le·s du droit peu ouvert·e·s aux “profanes” que sont, en un sens, les sociologues. De surcroît, les procédures et textes juridiques peuvent sembler inaccessibles en l’absence de formation “technique” spécialisée. Il s’agira donc ici de discuter de la phase initiale de problématisation et de recueil des matériaux, dans la perspective de leur traitement potentiel. Les participant·e·s qui orienteront leur contribution autour de cet enjeu bénéficieront de retours d’expérience et de conseils qui leur permettront d’affiner leur démarche d’enquête.

 

2 - Comment problématiser et mettre en forme ses résultats au regard de la littérature en sociologie du droit et de la justice ?

Bien des jeunes chercheur.e.s ayant achevé leur “terrain” et le traitement de leurs données s’interrogent quant à l’orientation analytique à donner à leur travail. Le deuxième axe de cette journée d’étude propose ainsi aux doctorant·e·s de présenter leurs premières hypothèses et d’échanger sur les concepts de la sociologie du droit et de la justice pertinents pour restituer leurs résultats, ainsi que sur leur articulation avec des cadres d’analyse issus d’autres perspectives de recherche. Cette démarche permettra aux participant·e·s de se confronter à la littérature et de faire évoluer la “mise en énigme” de leur travail.

 

Ces deux axes s’adressent à l’ensemble des doctorant·e·s, quel que soit l’avancement de leur thèse : étudiant·e débutant une thèse dans ce sous-champ disciplinaire ou s’interrogeant sur l’opportunité d’une telle spécialisation, doctorant·e concentré·e sur la rédaction de sa thèse et encouragé·e à préciser sa « boite à outils » théorique, ou encore jeune chercheur·e découvrant, après plusieurs mois d’enquête, la dimension juridique de son objet. Par ailleurs, l’objectif de cette journée n’est pas de discuter des travaux aboutis mais bien d’entrer dans la “cuisine” de la thèse. Pour celles et ceux qui souhaiteraient présenter un travail en voie de publication, un atelier d’écriture sera proposé par le RT13 durant l’automne 2018.

 

Déroulement de la journée

La journée d’étude se tiendra le lundi 26 mars 2018 sur le site Pouchet, 61 rue Pouchet, Paris 17e.

Les présentations pourront durer 20 minutes maximum et seront discutées par des chercheur·e·s expérimenté·e·s, dont les recherches sont pertinentes au regard des travaux présentés.

La journée sera divisée en deux parties, l’une portant sur la conception des recherches empiriques et la seconde sur l’analyse et la mise en forme des résultats. Au besoin, la journée comportera également de courtes interventions sur des points méthodologiques précis, tels que les sources écrites de nature judiciaire.

 

Comment participer ?

Les doctorant·e·s intéressé·e·s enverront une proposition de communication à Kathia Barbier ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) pour le lundi 8 janvier 2018 au plus tard. Ce document d’une page maximum comprendra :

  • Les nom, prénom, affiliation institutionnelle, discipline et mail.
  • Une présentation brève de la thèse et de son état d’avancement, qui explicitera la manière dont elle s’inscrit en sciences sociales du droit.
  • Le choix circonstancié de se situer dans l’axe “conception d’une enquête” ou dans celui consacré à l’analyse des résultats.

 

Les personnes retenues rédigeront ensuite des contributions de dix pages maximum, à envoyer à l’équipe d’organisation le lundi 12 Mars 2018 au plus tard. Celles-ci contiendront (à titre indicatif) une présentation du contexte de la recherche, du questionnement abordé ainsi qu’une présentation synthétique des terrains anticipés ou réalisés. Pour les doctorant·e·s qui interviendront dans l’axe 2, une esquisse des principaux résultats sera également la bienvenue.

 

Comité d’organisation

  • Kathia  Barbier,  docteure,  ATER  à  l’Université  Versailles-Saint-Quentin  (CESDIP  et PRINTEMPS), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Émilie  Biland,  maîtresse  de  conférences  HDR  à  l’Université  Rennes  2  (Arènes), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Sebastian  Billows,  chercheur  postdoctoral  au  Max  Planck  Institute  for  the  Study  of Societies (Cologne, Allemagne), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Marine  Delaunay,  doctorante  à  l’Université  de  Bordeaux  (Centre  Emile  Durkheim), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Camille François, doctorant à l’Université Paris 8 (CRESSPA-CSU), AGPR de sciences sociales à l’ENS Ulm, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Romane             Sabrié,   étudiante            à             l’Université        Paris     Nanterre             (Sophiapol), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Document